Go to ...
RSS Feed

19 August 2019

Voter est-ce agir ?



Mais également celui, ci-dessous du 6 janvier 2012 ► Source cntaittoulouse (le lien source est invalide) intitulé ;

Est-ce agir ?

Nous refusons toutes les élections, qu’elles soient politiques ou professionnelles. Car jamais un élu, de quelque bord qu’il soit, n’a à parler ni à décider à notre place. Face au pouvoir des canailles, nous appelons en toutes circonstances à l’abstention.

On nous dit que les élections seraient le moyen pour les opprimés de renverser la situation. Observons tout d’abord que les alternances gouvernementales n’ont rien produit de semblable. Abusivement présenté comme démocratique, le parlementarisme, produit de la délégation de pouvoir, favorise la démission au quotidien, déshabitue les individus de l’exercice du pouvoir politique et favorise les « spécialistes » de la politique et autres nantis. Défendre le parlementarisme, c’est accepter de se soumettre aux résultats des urnes, aux 82 % de suffrages qui ont hissé Chirac sur le pavois, c’est légitimer la politique anti-sociale qui en découle. C’est aussi attendre éternellement la « prochaine » élection pour espérer un changement, et, dans l’attente, continuer à se faire piétiner. C’est transformer la lutte sociale en champ clos de conflits entre fractions parlementaires qui, lorsqu’elles sont minoritaires se présentent comme « la » solution de rechange, avant de continuer toujours la même politique quand elles reprennent le pouvoir. Un mouvement de lutte qui chercherait à s’appuyer sur le parlementarisme ne peut que s’affaiblir et se diviser et oublierait la masse croissante d’exploités qui refuse le jeu électoral et s’abstient consciencieusement à chaque élection.

Si l’électoralisme divise, l’action directe construit au contraire le rapport de force puisque, par définition, elle est l’action collective et sans intermédiaire des opprimés en lutte. L’action directe est la base originelle du syndicalisme, celle qui lui a permis, un temps, de contrer les attaques du capital. Il est grand temps de renvoyer les bureaucrates, les permanents politiques et syndicaux, les « partenaires sociaux », les élus (politiques ou professionnels), les spécialistes du paritarisme (qui participent à la gestion anti-sociale des caisses et de l’administration) aux poubelles de l’histoire.

Nous refusons tous les partis politiques, toutes les chapelles, tous les États et toutes les cliques d’arrivistes et de possédants, qui, au nom de la démocratie, de dieu ou d’un drapeau vivent en parasites sur la misère matérielle et morale qu’ils nous imposent à coups de lois et de milices. À bas l’État, le parlementarisme et les partis politiques !

▼▼▼

Voter c’est se soumettre, voter, c’est de donner des maîtres, voter c’est acquiescer au système de la mascarade oligarchique !

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Boycott du vote !
Boycott des institutions !
Boycott de l’État y compris de l’Union Européenne oligarchique!
Boycott de la mascarade électorale !
Boycott de la société marchande et de sa dictature !

Mais boycotter ne suffit pas… Il faut entrer en résistance, entrer en abstention politique active ; c’est à dire remplacer ce que nous boycottons justement par une alternative politique : celle des assemblées populaires locales, se confédérant et court-circuitant les institutions obsolètes et criminelles de l’outil répressif étatique, tel que préconisé et mis en place par des Groupes Gilets Jaunes comme ceux de Commercy dans la Meuse, de Saint-Nazaire et autres…

▼▼

Car l’abstention est un outil mais pas une fin en soi. S’il convient de s’abstenir, de boycotter tout ce qu’on peut, en même temps, nous devons nous organiser, nous TOUS et ensemble, sur nos lieux de travail, dans les communes afin de préparer le relai auto-gestionnaire !

Et afin d’exister au-delà des dirigeants, pour exister SANS EUX !

Pour ce faire nous (les peuples, avec ou sans Gilet Jaune) devront lâcher-prise et abolir l’État afin d’embrasser l’auto-gestion totale !

Précision de R71 du 6 janvier 2012 sous l’article, et en réponse à un commentaire ;

Quand un pouvoir n’a plus aucun soutien des votards, que la population est en cessation de paiement de l’impôt… Il ne va plus bien loin, lorsque le fruit est trop mûr, sans compromis.. On le cueille et on le jette sans ambage car la solution de remplacement fonctionne déjà. Ce n’est pas sur les barricades qu’on pense à l’avenir, c’est bien avant et si c’est bien pensé et effectué, les barricades elles-mêmes deviennent obsolètes…

N’est-ce pas là la preuve que par nos écrits, leurs diffusions, nos échanges, nos relayages ; nous pouvons créer une chaine de diffusion des pépites de vérité historique, scientifique, biologique et utiliser l’Internet comme une nouvelle presse Gutenberg 2.0 [NdJBL ► Hors GAFAM bien entendu et en refusant tous les PROJETS FNAC DARTY & Cie] pour nous préparer à écrire la suite de l’histoire à l’encre du réel ? Voir/Lire De la servitude moderne ;

… parce qu’il n’y a pas de solutions au sein du système ! Qu’il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais ! Boycott du vote qui n’est que la validation pseudo-citoyenne du consensus du statu quo oligarchique. Notre rapport à l’État est un rapport de soumission inutile. Changeons notre attitude ! Union pour une résurgence de la nature sociale profonde et universelle humaine, celle de la société des sociétés

Pour vous permettre, peut-être, d’arriver à cette même conclusion, je vous propose les lectures complémentaires suivantes, en versions PDF que j’ai le plus souvent réalisées sur proposition de R71 et en étroite collaboration et parfaite osmose avec eux ;

La Pédagogie des opprimés L’Éducation comme pratique de la libertéExtension ou Communication de Paulo Freire ;

La Commune de Paris et la notion d’ÉtatLa Théorie identique de l’Église et de l’État de Michel Bakounine ;

La Commune de Paris et la Commune des communes de Pierre Kropotkine ;

De la Commune à la Pratique anarchiste avec Louise Michel

Et ailleurs, je vous recommande la lecture de cet article de Daniel Vanhove Avant les élections dans l’UE, arrêt sur la notion de “démocratie” dont la conclusion fait sens ;

En réalité, la « démocratie » si souvent sollicitée dans les discours tant de droite que de gauche – ou de ce qu’il en reste – n’est plus qu’une illusion. Nous sommes déjà en «démocrature» ! Faut-il attendre qu’il soit trop tard et plonger plus bas encore pour comprendre?

Pour conclure, ces mots plus que jamais d’actualité dans le contexte européen : « Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit ! » – Coluche

L’Abécédaire d’Emma Goldman

Qu’Emma Goldman ne lui aurait surement pas dénié ► Un (autre) regard anarchiste sur la vie avec Emma Goldman



Source link

Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
udemy course download free

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up