Rédigé par notre équipe le 09 mai 2019.

La bête immonde serait-elle bel et bien vivante comme cela est répété dans les médias chaque jour de l’année ? Peut-être bien, mais si survivance il y a, il faudrait plutôt regarder du côté d’En Marche et plus particulièrement de sa tête de liste aux européennes, Nathalie Loiseau. Depuis que l’ancienne ministre chargée de faire tourner la prison européenne a pris la tête de la campagne d’En Marche, les électeurs comprennent peu à peu quel genre d’individu se cache derrière le masque du pouvoir. A la veille des commémorations du 8 mai, Loiseau a annoncé une « blitzkrieg positive » à ses partisans. Les fantômes du IIIe Reich hantent une femme décidément dangereuse.  

Il y a des oiseaux de mauvais augure qui vous tuent une campagne en un battement d’aile. Il existe désormais Loiseau qui vous plombe une campagne jugée essentielle par le pouvoir juste en ouvrant la bouche. Mauvaise oratrice la tête de liste d’En Marche ? C’est une certitude, mais le problème n’est même pas là. Que ce soit dans ses rares interviews ou en meeting, Nathalie Loiseau laisse passer des éléments de langage qui font dire que sa présence sur une liste d’extrême droite lors de ses années estudiantines n’était pas fortuite. Nouveau dérapage de taille, Loiseau a promis à ses maigres troupes de mener une « blitzkrieg positive » afin de remporter une victoire étincelante le 26 mai prochain.

Le caporal Loiseau fait ses classes à Germania ?

Pas douée pour la chose publique et clairement nulle en politique, Loiseau peu ajouter la mention « catastrophique » à ses connaissances en histoire. Bien décidée à remonter le moral de ses troupes, elle a affirmé au beau milieu du Mémorial de Caen vouloir mener une « blitzkrieg », c’est-à-dire une « guerre éclair ». Ce terme est tout droit issu de l’Allemagne. Rien de gênant puisque nous n’avons plus ni histoire ni frontières. Sauf que ce mot renvoie à un certain Adolf Hitler… Il n’est pas l’inventeur de la « blitzkrieg », mais bel et bien son promoteur le plus acharné et couronné de succès. L’annihilation de la Pologne en 1939, l’anéantissement de l’Europe de l’Ouest à commencer par la France (républicaine comme diraient les macroniens) en 1940 sont le résultat de la « bliztkrieg ». Rien de charmant, rien de « positif » à ce terme martial qui a laissé des centaines de milliers de morts sur les différents théâtres d’opération.

Mais pour Loiseau, aussi nulle en histoire que son patron de Macron, la blitzkrieg, c’est tellement cool qu’il faut la faire à l’occasion des européennes. Le temps presse – faute à une Macronie qui a tout fait pour ne pas lancer le débat – et les sondages sont de plus en plus difficiles, alors il faut faire une campagne éclaire. Une campagne, certes « positive » puisque la Macronie serait « là pour proposer et non pas bombarder ». La justification de Loiseau ne tient pas la route et l’on est en droit de se demander si l’utilisation de ce terme qui sent bon le nazisme n’est pas qu’une formulation naturelle pour celle qui a bien du mal à se défaire de ses habits d’extrême droite – la vraie.

La tête de liste d’En Marche est passée en quelques jours du statut de Cerbère inconnu de la Macronie à un personnage toxique aux idées bien trop proches d’une Allemagne aux flambeaux. Et elle a le culot d’assurer que le 26 mai sera le « D-Day ». Une manière de dire qu’une éventuelle victoire d’En Marche serait comparable au débarquement normand du 6 juin 1944 qui a enfoncé un coin mortel dans la jugulaire nazie. Mais qui sont les nazis d’aujourd’hui pour avoir un D-Day ? La réponse se dessine avec de plus en plus d’évidence à mesure que Nathalie Loiseau s’exprime… Les Français seraient bien inspirés de se mobiliser massivement le 26 mai et de bouter hors de France une personne aussi dangereuse. Son élection personnelle au Parlement européen ne fait aucun doute, mais il faut l’empêcher de lui donner des troupes nombreuses. Cela empêchera l’organisation d’une autre « blitzkrieg » contre une liberté déjà bien mal en point en France. Non à une Europe sous le joug d’une petite clique !





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *