Aller à…
RSS Feed

24 janvier 2021

Acte XXIII : le suicide de la bonne foi des « élites »



L’acte XXIII des gilets jaunes aura été marqué par plusieurs épisodes montés en épingle par une presse décidément de plus hostiles au dernier espoir de liberté en France. Alors que la mobilisation s’est officiellement maintenue sans les eaux de 30 000 personnes, tout a été fait pour discréditer un mouvement qui attend encore et toujours que le président daigne faire ses annonces… Désormais, les gilets jaunes seraient que de la « vermine » anti-flic.  

Si on reprend le long fil de la colère sociale qui a fait chuter Macron de son piédestal, on ne comprend pas grand-chose aux revirements verbeux de l’oligarchie au pouvoir. Présentés comme d’affreux pollueurs contents de détruire le climat à coup de gasoil et d’essence, les gilets jaunes ont rapidement pris des accents « fascistes » et « séditieux » à en croire les têtes pensantes du Gouvernement et leurs amis journalistes. Une bande dangereuse, mais heureusement pas très nombreuse qui n’en démord toujours pas malgré les scènes de violences filmées et diffusées en boucle des semaines durant pour semer dans les esprits que les gilets jaunes (un mari, un frère, une mère, une grand-mère…) ne sont en fait que des assoiffés de sang qui se nourrissent de haine et de destruction…

Les policiers coincés en Macronie

Au fil des semaines, la présentation faussée d’une réalité que beaucoup connaissent et ressentent ne tient plus alors l’élite ose de plus en plus parler de groupes d’extrême gauche, de black blocks et autres avatars gauchistes longtemps protégés et même chouchoutés. Plus de doutes désormais dans les esprits peu éclairés de ceuus qu désespérément prétendent guider le peuple, ce sont bien des gauchistes qui sèment le désordre, pillent et brûlent dans les rues de France. Il aura fallu attendre plus de quatre mois pour en arriver à ce constant pourtant simple.

Maintenant que les choses sont bien comprises, pourquoi ne pas en tirer les bonnes conclusions ? Alors que le mouvement ne s’est pas essoufflé malgré un Macron qui aura gagné dix jours de plus sur le dos d’une cathédrale Notre-Dame-de-Paris en flammes, la clique journalistique a décidé de faire des gilets jaunes des tueurs de flics. La scène parisienne de ce samedi 20 avril dans laquelle on voit des dizaines de black blocks (certains avec des gilets jaunes) hurlant « Suicidez-vous ! Suicidez-vous ! » à la police a fait réagir. Les politiques sont outrés, les journalistes aussi, les Français plus encore, mais faire encore une fois croire que les agissements de gauchistes sont le reflet de tout un mouvement populaire est honteux.

Les policiers se suicident en France et après des mois de mutisme absolu, Castaner prétend s’intéresser à ce sujet en mettant en place un machin appelé cellule de prévention. Grotesque, comme à chaque fois avec ce tout petit ministre de l’Intérieur. Si les policiers se suicident contrairement aux journalistes par exemple, c’est parce que leurs conditions de travail sont déplorables, continuent à se détériorer et que leur ministre de tutelle n’est bon qu’à leur promettre de leur payer leurs heures supplémentaires en échange de la protection du système macronien.

Les flics sont tombés dans le panneau, mais à force de voir leurs rangs se clairsemer non pas à cause d’une prétendue envie de tuer des filets jaunes, mais parce que désespérés, ils se suicident, ils comprendront peut-être que leur avenir appartient avec le peuple dont il faut partie. Une enquête est ouverte histoire de calmer les syndicats de police, mais le problème reste entier. Macron ne répond toujours pas à la colère du peuple et ne parvient guère à maîtriser la violence de quelques dizaines d’émeutiers professionnels. La faute à une loi « anti-casseurs » censurée par un Conseil constitutionnel saisi par Macron lui-même ? Non, le pouvoir a toutes les cartes en main – et depuis le début – pour casser la vague de casseurs, mais son intérêt est visiblement ailleurs. Il ne faut pas croie Renaud Dély, « la vermine » est ailleurs…





Source link

Mots clés: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut