Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

Voici pourquoi consommer des produits de boulangerie pourrait être dangereux




Sci-tech

URL courte

Une consommation élevée de produits riches en propionate pourrait provoquer une prise de poids et développer une résistance à l’insuline, ce qui dans les pires cas pourrait mener à l’obésité et au diabète. Cet additif est généralement utilisé par les boulangers pour créer des arômes artificiels.

Les produits contenant beaucoup de propionate pourraient provoquer le développement de l’obésité et du diabète, selon une récente étude de scientifiques américains publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Cet additif alimentaire est souvent utilisé par les boulangers et les pâtissiers pour créer des arômes artificiels. Pourtant, il ne se trouve pas dans la liste des aliments dangereux ou interdits.

Les premières conclusions ont été faites par les chercheurs grâce à des données issues d’expériences menées sur des souris. Il a été constaté qu’une forte consommation de cet additif alimentaire pouvait déclencher des réactions métaboliques et mener au développement de résistance à l’insuline et à la prise de poids.

Afin de vérifier s’il aura le même effet sur la santé humaine, les chercheurs ont organisé une étude à l’aide de placebo. Ils ont divisé 14 personnes en deux groupes. Un groupe a consommé de la nourriture chaque jour avec un gramme de propionate et un autre les mêmes aliments avec un placebo.

Ensuite, en se basant sur les résultats des analyses des échantillons de sang des participants, qui ont été pris avant le repas, dans les 15 minutes après et toutes les 30 minutes pendant les quatre heures suivantes, ils ont constaté que les personnes du groupe ayant consommé le repas contenant du propionate enregistraient une augmentation significative des hormones, notamment de la noradrénaline et du glucagon, peu après avoir mangé.

De ce fait, les scientifiques ont jugé que cet aliment pourrait perturber des processus métaboliques et causer le développement des maladies en question aussi chez les humains.





Source link

Mots clés: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut