Les Français allaient voir ce qu’ils allaient voir ! Après des mois de mobilisation, un grand débat qui a rapidement tourné à la farce, une France meurtrie par l’incendie de Notre-Dame-de-Paris, la Macronie avait fait courir le bruit que les réponses apportées par le chef de l’Etat seraient à la hauteur. Les attentes ont été déçues, et à un degré très macronien. Le président prétend avoir écouté, mais il continue tête baissée dans sa politique d’étranglement des Français. Insupportable.

Ils étaient plus de huit millions à écouter Emmanuel Macron jeudi en fin d’après midi ou en début de soirée. Car quand Macron prend la parole, le temps s’allonge et il parle sans cesse dans le seul but de s’auto-congratuler. Un exercice pénible à supporter pour les oreilles et la raison, car Macron a échoué en tout, mais il assure que tout va mieux depuis sa prise de pouvoir… Alors, sur les plus de huit millions de téléspectateurs, rares sont ceux qui ont suivi intégralement ce monologue où les contre-vérités, les approximations et les signes de mépris ont émaillé un discours travaillé depuis des semaines. Pendant plus de 2h30, Macron a parlé pour au fond ne rien annoncer. Une manière logique de conclure le grand débat qui n’a intéressé que les fanatiques du macronisme, médias en tête.

Gilets jaunes ? Rien ne vous sera donné !

Si Macron était encore une fois à la télévision, c’est parce qu’il devait mettre un terme au mouvement des gilets jaunes. Chose qu’il n’a pas su faire en décembre dernier. Les gilets jaunes ne sont pas des pigeons et le lancé de miettes dans leur direction n’est pas de nature à les calmer. Pourtant Macron a cru bon devoir rappeler « l’effort » de 10 milliards d’euros imaginé à la va-vite et qui n’a au fond aucun effet positif sur les personnes en souffrance dans notre pays. Généreux, comme il aime à le penser, Macron a donc ajouté un train de mesures pour contenter une fois pour toutes ce peuple « réfractaire au changement ».

Malheureusement, Macron a beau parler, rien de sérieux ne vient. Comme prévu, le RIC passe à la trappe tout comme le rétablissement de l’ISF. Deux mesures essentielles portées par les gilets jaunes qui n’ont trouvé aucun écho auprès d’un président soi-disant à l’écoute… Une écoute très partielle peut-être, car Macron prétend rendre le référendum d’initiative partagée plus accessible. Un beau hors sujet pour noyer le poisson ! Et du poisson, il y en a des tonnes à noyer. Les gilets jaunes réclament plus de démocratie ? Macron dit non à la reconnaissance du vote blanc et non au vote obligatoire. Un dernier sujet qui n’a jamais été en jeu sauf dans les têtes macroniennes certainement… Seule la proportionnelle (un peu, mais combien ?) trouvera sa place un jour…

C’est bien faible pour celui qui prétend répondre aux aspirations démocratiques des Français. Le référendum passe à la trappe également, car si la Macronie a prétendu pendant plusieurs semaines qu’il constituait un élément intéressant pour repartir de l’avant, le spectre bien réel d’un camouflet fait trop peur. Les Français n’auront donc qu’à se taire ou au mieux ne pas « mal voter » aux prochaines européennes. Il faudra donc voter En Marche aux élections et donc pour une liste comprenant n’importe qui et n’importe quoi avec l’espoir que la promesse d’un Etat qui se porte garants des services publics sera tenue. Une promesse à ne surtout pas croire malgré les propos rassurants d’un président qui assure « cesser la fermeture des services publics » jusqu’à 2022. Plus d’école ou de maternité fermée pendant trois ans ? Ça sent le gros mensonge d’autant que gourmand Macron affirme que « cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de réorganisation ». Et dans trois ans, on ferme quoi ? Tout ?

Dernier point d’importance : le pouvoir d’achat. Macron fait semblant de découvrir que beaucoup de retraités vivent mal en raison d’une retraite trop faible et d’un coût de la vie qui augmente. Miracle, leurs retraites seront réindexées après avoir été désindexées par… Macron. C’est le seul retour en arrière que s’autorise un homme à l’ego surdimensionné et qui ne peut pas avouer qu’il a eu tort. De plus, en bon chef de l’exécutif, Macron clame que les impôts vont « encore baisser » alors que la pression fiscale n’a fait que s’accroître. Les chiffres donnés ne sont même pas à retranscrire, car ils ne relèvent que de la propagande malsaine qui n’a aucun rapport avec la réalité. Enfin, il faudra bien travailler plus longtemps pour obtenir une retraite pleine même si l’âge légal reste inchangé… Retors le jeunot !

Bref, Macron fait du Macron et n’écoute que son ego et ses aspirations anti-françaises. Un bien mauvais délire qui promet des lendemains difficiles pour le peuple et pour le président in fine. Courage, survivre à la tempête macronienne promet des jours plus heureux.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *