PETIT MACRON ROTHSCHILD ACTE lll
LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ

Au cœur du vortex national

Tourne un long cortex cérébral,

Livide magma sarcastique,

D’une substance politique,

Glaviot d’un pâle élitisme,

Où prône et trône l’égotisme.

Sur fond supranational

S’affaire le tissu neuronal

Où de longs réseaux synaptiques

De nœuds antidémocratiques

Entrave le bel humanisme

Au profit du capitalisme.

Liberté ! À peine exprimée

Qu’un plateau télé te dégueule !

Et par les médias, réprimée,

On te prie de fermer ta gueule !

À l’usine, si bien arrimée

Au travail ignoble, on t’engueule

Pour toute action légitimée

Contre tes chaînes casse-gueule.

On te voile car tu es belle !

On te dénue car l’on a peur,

Féminité un peu rebelle

Qu’à tire-d’aile vienne ton heure.

Tu t’arrêtes où commence celle

Des riches et si dans les clameurs

De la rue, en crue tu ruisselles,

On t’endigue à coups de tireurs.

Égalité ! Sur la montagne

De papier-monnaie à gravir

Qu’on érige en mât de cocagne

Afin de mieux t’asservir

Tu te bats ! Toujours en campagne

– Pour la faim qu’il faut assouvir.

– Contre les enfants d’hypokhâgne

Qui apprennent à bien se servir.

– Pour le faible qu’un fort émiette.

– Contre le banquier sans crédit,

Drogué au pouvoir de la dette.

– Pour qu’il n’y ait plus de taudis.

– Contre les armées qui se jettent

Sur les « jaunes » du samedi.

– Pour que la femme se projette

Partout sans qu’on la répudie.

Fraternité ! Ciment des peuples !

Ferment des révolutions !

On te cantonne dans tes meubles,

Par toutes les perversions.

Purs bocages que l’on dépeuple !

Confort des télévisions

Sur canapés en grands immeubles !

Vil diktat des émotions

Qu’on sert en spectacles aux masses !

On te fait perdre la raison !

Un jour, ta conscience des classes

Te fait sortir de ta maison…

Tu retrouves ta juste place

Aux ronds-points des quatre saisons.

Et l’arc-en-ciel où l’on s’embrasse

Lance sa flèche aux trahisons…

Au cœur du vortex national

Tourne un long cortège ancestral

Qui chaque siècle revendique

L’indépendance politique,

Par sursauts de patriotisme,

Plus patients que le despotisme.

Ma France ! Mille fois mise à mal,

Tu laves d’un torrent lacrymal

Toute la poudre oligarchique

Et te fais une république

De lumière et de pacifisme,

Aux vives couleurs de ton prisme.

Au courage des gilets jaunes…


Alter Info
l’Information Alternative



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *