Aller à…
RSS Feed

24 janvier 2021

Gilets jaunes – Acte XVII : Macron ne veut pas arrêter le grand débat



Emmanuel Macron est un jeunot aussi opportuniste que cynique, il faut toutefois lui reconnaître sa faculté à noyer le poisson (et les Français par la même occasion). Une noyade sous les impôts et taxes où la seule bouée de sauvetage lancée est une logorrhée verbeuse insupportable. Les Français ont bu trop de potion amère et ne semblent plus en état de lutter pour le moment. Le gouvernement jubile et prépare la prochaine étape : la sortie d’un grand débat qui va peut-être prolonger se prolonger afin de s’assurer que les gilets jaunes sont bel et bien de l’histoire ancienne.

Alors que le grand débat doit se terminer dans quatre jours, le gouvernement est en pleine ébullition. Comment sortir de cette usine à gaz sans donner l’impression que ce cirque n’a servi que les intérêts du clown Macron ? La mission est des plus délicates pour un pouvoir qui a déjà sa feuille de route rédigée depuis deux mois, mais qui jouit tant d’une parole sans contrainte qu’il se demande si prolonger le débat jusqu’à la fin mars ou même avril ne serait pas pertinent ! C’est ça aussi la Macronie. On occupe jusqu’à plus soif le temps d’antenne et de cerveau disponible afin d’anesthésier tout esprit critique et faire croire que la crise que traverse la France a été réglée.

Mesurettes, vous voilà bientôt !

Caresser les maires dans le sens du poil et dire sans discontinuer que les gilets jaunes sont de dangereux séditieux prêts à mettre la France à feu et à sang ne suffira pas à mettre fin aux maux dont souffre le pays. Tout le monde le sait, mais les sondages disent le contraire. Macron serait à l’écoute des Français et va donc sortir des solutions miracles de son chapeau. Comment être à l’écoute quand on ne fait que parler ? Comment proposer de bonnes solutions quand on a un disque libéral rayé pour seul programme ?

A ces questions insolubles, la Macronie répond avec confiance que le grand débat (dont le nombre de contributions étrangement grandit à vu d’œil) va accoucher de « surprises ». Des surprises venues de l’Elysée, les Français disent plutôt non merci, car les soi-disant cadeaux qui seront offerts auront toujours un arrière-goût de poison. En l’espèce, la Macronie revient aux fondamentaux en assurant que les impôts vont baisser malgré les prochains impôts et taxes en préparation. C’est du grand art – de l’art oratoire – car les petits soldats macronistes ressortent la suppression de la taxe d’habitation pour affirmer que voter Macron, c’est se donner de l’air fiscalement. C’est très osé, mais qui ne tente rien n’a rien !

Cela fait quand même plus d’un an que les macronistes se payent la tête des Français en affichant une suppression de la taxe d’habitation (toujours pas effective pour des millions de Français) dès qu’on leur reproche un matraquage fiscal hallucinant. La ficelle est usée, mais elle est emballée dans le papier cadeau « grand débat » alors ça change tout ! Il se murmure ainsi que le gouvernement irait bien faire un tour un peu plus à gauche afin de montrer qu’il a entendu le message des Français. On ne change rien au fond, mais on va lancer deux ou trois mesurettes marquées à gauche et cela finira de tuer le mouvement des gilets jaunes.

Un mouvement en perte de vitesse à en croire les chiffres du ministère de l’Intérieur. 28 600 manifestants dont 3 000 à Paris ce samedi, c’est peu surtout au regard des entourloupes du pouvoir. On pourrait presque conclure que les coups de poker de la Macronie fonctionnent, mais une fois le grand débat enfin terminé et les quelques cacahuètes lancées aux Français, les motifs de grogne vont réapparaître avec une acuité jamais atteinte auparavant. Macron ne fait que gagner du temps, mais quand le barrage lâche enfin, la crue finit par tout emporter sur son passage. Patience et mobilisation : voilà deux mots importants contre les maux macroniens.

 

 





Source link

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut