Aller à…
RSS Feed

7 mars 2021

Quand Philippe de Villiers tire le « fils du mensonge »



A l’occasion de la sortie du nouvel ouvrage de Philippe de Villers, Le Figaro a publié les bonnes feuilles ce 1er mars. Consacré aux « pères » de l’Union européenne, ce livre arrive à trois mois d’élections européennes où ne pas voter en faveur de la Maronie reviendrait à soutenir le Mal absolu. Une thèse portée avec rage par les Cerbères qui font office de ministres. Pied de nez de l’histoire, le livre de Philippe de Villiers confirme, documents à l’appui, que l’enfer européen a été créé par des agents payés par les Etats-Unis dont certains ont fait une très belle carrière sous le régime nazi…

Retiré de la politique, Philippe de Villiers a toujours son mot à dire sur les grandes évolutions de la France. Pas tombé dans le délire progressiste, l’ancien ministre est raillé par une bonne partie du spectre politique. Trop traditionnel, trop catholique, trop de droite, trop Français… clament-ils. Alors quand en 2006, il jette un pavé dans la mare avec son livre consacré à l’islamisation du personnel de l’aéroport de Roissy, tout le monde lui tombe dessus. La suite lui a donné raison et fort de cette expérience enrichissante sur l’état de santé des politiques et des élites en général, de Villiers ne lâche plus la plume et n’hésite pas à raconter les dessous d’un univers politique frelaté.

Des pères fondateurs dignes de figurer dans la maison des horreurs

En ce début d’année 2019, c’est l’Union européenne qui est mise à nue par de Villiers. Le timing est parfait puisque l’Europe est dans toutes les bouches (macroniennes) à trois mois d’une élection qu’En Marche doit gagner pour affirmer que tous les Français sont viscéralement attachés à Bruxelles et qu’il faut donc aller plus loin dans la logique mortifère. C’est une option que ne partage pas le chantre de l’anti-Maastricht et dont l’ouvrage intitulé J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu rappelle à quel point le fruit européen n’est qu’une pourriture à l’origine qui donne aujourd’hui un champignon indigeste.

Beaucoup a été dit sur les « pères fondateurs » de l’Union européenne. Il faut se prosterner à la simple évocation des noms de Jean Monet et de Robert Schuman. Deux noms sur lesquels un tabou règne puisqu’il est interdit de dire que leur mission européenne a été commanditée et financée par les Etats-Unis. Ces faits historiques n’apparaissent pourtant dans aucun manuel d’histoire mis entre les mains des écoliers et des étudiants de France. Certaines vérités historiques ne sont pas bonnes à dire, mais de Villiers a franchi la frontière du politiquement correct depuis longtemps. Ainsi, preuves à l’appui (les annexes fourmillants de documents d’époque font une centaine de pages), de Villiers fracasse l’image d’Epinal de sages uniquement motivés par la paix en Europe.

Une paix dont le concept même est flou puisque pour Walter Hallstein, autre « père fondateur » de l’UE, la paix a longtemps rimé avec le nazisme. Professeur de droit « émérite », il fut l’un des grands juristes du système nazi et partisan d’Hitler dès le tout début des années 1930. Alors que ses collègues fuyaient les universités allemandes et le pays par la même occasion, Walter Hallstein montait en grade. Il fut un fervent nazi pendant quinze ans avant de se muer par la magie de la victoire des Alliés en un ardent défenseur d’une Europe libre et fraternelle. « Dénazifié » par la grâce d’une petite élite, Hallstein est au cœur du projet européen.

Ces éléments ne sont pas nouveaux, mais ils sont avancés par une figure connue et étayés par des faits et des documents inattaquables. Pas de « contre-vérités » pour reprendre une expression chère à Benjamin Griveaux. L’UE est une construction vérolée dès sa fondation. Macron, Merkel et leurs affidés ne font que suivre le chemin tracé sans vouloir prendre conscience que les architectes originels ont été de petits agents à la solde des américains et parfois même des dignitaires nazis… Elle est pas belle mon Europe ?!





Source link

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut