Aller à…
RSS Feed

3 mars 2021

BLABLA BLA…



BLABLA BLA…

Oui, le sommet sur la pédophilie s’est soldé dimanche, 24 février 2019, sur des Blablas. Contrairement à toute attente, ce fut un vrai fiasco. Rien de concret n’est sorti de ces quatre jours de discussions, aucune action qui puisse porter atteinte à cette institution hiérarchiquement vaticane, basée sur le louvoiement et la fraude. Bien plus, le pape a renvoyé la balle à toute la société humaine, à tout le monde, surtout à tous ceux qui le poussèrent ou aidèrent à la formation de cette Conférence historique sur la pédophilie dans l’Eglise. Il leur a dit en d’autres termes : Vous êtes plus sales, vous êtes bien plus pécheurs que NOUS !

Comme remarque générale : on peut constater l’absence réelle d’une volonté voulant remettre de l’ordre dans cette institution touchée à plus de 80 % par ce crime de pédophilie, comme le dit très justement Frédéric Martel, preuves en mains, dans son déjà fameux livre intitulé SODOME, qui parut le même jour que l’inauguration de ce sommet. Cette phrase qu’il lance avec justesse fera date : “Le Vatican est une des plus grandes communautés gays au monde”. En fait, ce fléau qui part de la base jusqu’aux plus haut placés de cette hiérarchie n’évite aucun grade. Si le pape et l’Eglise avaient rendez-vous avec leur conscience, leur amour-propre ou même leur probité, ils viennent de rater cette rencontre devant l’humanité toute entière.

Quatre jours de travail intense au cours desquels se sont multipliés les témoignages sur les exactions commis, non seulement par des prêtres dans tous les pays, mais s’échelonnent à tous les grades et titres ecclésiastiques, ont accouché non d’une souris, mais d’une magistrale paire de claque donnée à toute la Société Humaine.

Le pape a fait fi de tous les rapports, à ne citer que : celui de l’ONU, en 2014, celui de la commission que lui-même a nommé et s’abstint de commenter, celui des aveux d’archevêques qui ont reconnu avoir menti et avoir protégé, déplacé ou promu des pédophiles. Un grand nombre d’éléments, des enquêtes un peu partout, en Pennsylvanie, en Allemagne, en Australie, en France, et surtout aux Etats-Unis, anciens et nouveaux scandales qui accusent foncièrement l’EGLISE. On ne peut surtout pas passer en silence l’intervention du chef de l’église allemande, qui accuse carrément le Vatican d’avoir brûlé des dossiers prouvant le dévergondage de certaines personnes ! Il y avait assez de documents qui permettent de prendre les décisions qui s’imposent, et il n’y a qu’une seule personne qui puisse les prendre : le PAPE.

Il est vrai que le pape est déjà directement touché par la fameuse lettre de Monseigneur Vigano, mais à vrai dire, en convoquant ce Sommet de l’Eglise, il a fait une première mondiale. Il avait promis de mettre en place un tribunal pour juger les évêques négligeant ou compromis, mais deux ans et demi s’écoulèrent, puis après : RIEN. Il prône une tolérance zéro, fait des commissions, des sommets, et, concrètement : RIEN. C’est l’absence totale d’une réelle volonté de remettre de l’ordre dans cette institution vaticane. On ne peut même pas dire à qui profite le crime puisque les crimes et leurs prédateurs sont connus. Mais il semble, hélas, que ce crime infeste représente la sève vitale sur laquelle se nourrissent les membres de cette institution !

Le pape fait habilement diversion en regardant ailleurs. Nul n’ignore que c’est un problème global, à divers degrés, mais qui autre que cette machine infernale, qui fonctionne impunément depuis des siècles à fournir la donnée première de ce fléau, en est responsable comme cause première ? Combien de millions d’enfants ont-ils été agressés dans les églises du monde ? Il a consacré un très long développement à citer des statistiques disponibles sur les abus sexuels perpétrés un peu partout, dans toutes les sphères de la société, dans les familles, les écoles, les milieux sportifs.

Dire que « c’est la faute du diable » ou qu’elle remonte « aux sacrifices rituels des païens ou des sociétés primitives », cela veut dire noyer le poisson ! Rien sur la tolérance zéro, rien sur l’exclusion définitive des violeurs d’enfants, des agresseurs sexuels dans l’Eglise. Rien surtout sur la véritable cause de ce crime : le célibat des prêtres, imposé à Latran II, en 1139, et réimposé par le concile de Trente en 1545, en ayant soin de préciser : celui qui dira que le mariage est meilleur que le célibat sera anathème. Il ne sera point exagéré de dire que le Vatican n’est plus crédible, surtout après cette phrase malignement et intentionnellement lancée :

« Nous sommes donc devant un problème universel et transversal qui, malheureusement, existe partout » a-t-il insisté, pour blanchir l’Eglise !

Zeinab Abdelaziz
25 février 2019



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut