Aller à…
RSS Feed

5 mars 2021

Le Président algérien pris en otage par ses frères et leurs complices généraux. !



Le Président Algérien pris en otage par ses frères et leurs complices généraux. Reste aux Algériens, le recours à l’O.N.U, en vue de libérer le Président en détention.!

Ce qui arrive au Président Bouteflika est unique en son genre, il se trouve dans une situation indescriptible, inimaginable, inextricable aucun président au monde n’a fait l’objet d’une procédure d’enlèvement, de séquestration, de détention, par ses frères et avec la complicité de certains généraux complices. Tout le monde sait que le président n’est pas libre depuis 2013, il a été pris en otage par ses frères avec la complicité de certains hauts cadres de l’état. Le Président, gravement malade, est incapable de lire une seule feuille, il est prisonnier, il ne peut pas marcher, il ne peut pas téléphoner, il ne peut pas recevoir ses amis, ceux qui avaient l’habitude de lui rendre visite et de prendre de ses nouvelles.

Notre Président n’est plus le Président de la République, il n’exerce plus ses fonctions Présidentielles conformément à la constitution en vigueur. Le peuple Algérien n’a plus de président. Depuis, 2013, ce sont les hors la loi, les usurpateurs, imposteurs qui agissent au nom du président, tous les décrets, les textes signés ont été l’oeuvre des membres de cabinet noir. Les partis politiques, les assemblées, les membres du gouvernement, les ambassadeurs, les généraux et tous les hauts fonctionnaires et magistrats, sont coupables de faux et usages de faux en écriture, malheurs aux fraudeurs, aux voleurs qui ont détourné plus de 1400 Milliards de dollars. Les médecins complices de faux bilans, le conseil constitutionnel, le falsificateur, la liste des faussaires est longue, elle débute des spéculateurs mais ne s’arrête pas aux criminels généraux coupables de crimes contre l’humanité, ils seront jugés par les Hautes Cours de justice et ils doivent rendre les comptes au peuple.

Notre président fait l’objet d’une séquestration prolongée et personne ne lève le petit doigt pour exiger sa libération et la mise en prison de ses ravisseurs criminels.

Personne ne peut délivrer le président de sa prise d’otage et de sa séquestration sous forme de détention programmée.

Sans l’intervention de l’O.N.U. le peuple Algérien risque de disparaitre de la carte. Le peuple fait également l’objet d’un complot dirigé par les généraux manipulés. Il faut signaler au peuple Algérien que la séquestration du Président a été programmée par les généraux pour mettre la main sur les recettes du gaz et pétrole. Pour préserver leurs intérêts et de faire croire que c’est le président qui dirige le pays, il a été refusé aux algériens parmi les plus nobles notables, les Moudjahidines, les fils de Chouhadas, les hauts cadres supérieurs de l’état, les dirigeants des partis, certains parlent de robot qui fonctionne sur programmation technique sophistiquée. Un candidat avance même que le président est mort il y a deux années. La présidence cache la vérité au peuple depuis 2013, le peuple ne reçoit plus de nouvelles de l’activité du Président. Les ravisseurs criminels gèrent le pays par procédure illégale et par photos. Alors que l’Algérie dispose de milliers de cadres, jeunes diplômés d’universités renommées de réputations mondiales, des cadres qualifiés et hautement compétents sont marginalisés et contraints de vivre en exil privés de leur pays. Le président n’a pas le droit de contacter ses amis fidèles, le Président se trouve entre les mains d’une mafia qui use et abuse de la prise de possession de la Présidence de la République afin de verrouiller toutes les portes du palais présidentiel pour empêcher le président de communiquer avec les représentants du peuple.

Pour mettre un terme à cette détention et cette séquestration d’un Président, par une bande de criminels, le peuple doit impérativement agir rapidement pour dénoncer les agissements criminels des membres de la mafia qui font subir à notre Président les tortures et sévices moraux intolérable et inacceptables, au vu et au su de tous les dirigeants de tous les pays membres de l’Assemblée Générale de l’O.N.U. Cette attitude, ce comportement sont indignes est inadmissibles, ce silence complice constitue un crime impardonnable de non assistance à Président en danger en exercice de ses fonctions. Une violation de la Charte des Nations Unies, une violation de la constitution de la République Algérienne, une grave atteinte au respect des droits de l’homme. Les Etats indépendants, les nations libres, les Parlements, les Assemblées, les Gouvernements, les Partis démocratiques, les O.N.G. les Associations, les partis politiques démocrates, les syndicats libres de tous les pays, que font-ils pour exiger la libération du Président pris en otage et séquestré en qualité de détenu. Il appartiendrait au peuple Algérien, d’exiger, que l’O.N.U se réserve le droit d’intervenir pour auditionner la victime, de la faire examiner par une commission souveraine de l’O.N.U. pour évaluer ses capacités et poursuivre devant la Cour Pénale Internationale les ravisseurs coupables de crimes qui relèvent de sa compétence.

Il n’y a plus aucune solution politique en perspective. Il ne reste, qu’une seule solution, légitime, légale et conforme au respect des droits de l’homme. Tout d’abord, le peuple Algérien est convaincu, que les frères du Président et leurs complices membres de la mafia, sont des hors la loi, ils ne respectent ni les lois, ni la constitution, ni les lois islamiques, ils violent tous les principes, ils ont ruiné le pays. Tant que la France, les Etats-unis, et certains états arabes fantoches cautionnent le pouvoir illégitime de cette mafia criminelle, rien ne peut empêcher les criminels de maintenir le Président dans son état de détenu et de séquestré.

Lorsque le peuple change d’attitude et de comportement, la mafia criminelle, se trouve devant la communauté internationale, elle ne sera plus capable d’empêcher le Secrétaire Général de l’O.N.U d’ordonner une enquête internationale pour vérifier l’état de séquestration du président en détention arbitraire. Ce que le peuple peut envisager pour dénoncer la Mafia et libérer le Président :

– Que les Algériens adoptent un programme d’urgence portant création d’un comité national pour libérer le Président de cette mafia.
– Que les membres du comité national adoptent une démarche exceptionnelle, pour une situation exceptionnelle. Le Comité national, doit adresser un appel à tous les Algériens femme et homme pour participer à la libération du Président et à celle du pays pris en otage comme son président. Que cette lutte pour la libération du pays, ne peut aboutir au triomphe de la vérité sur les mensonges que si le peuple s’engage corps et âme. Les organisateurs peuvent envisager la mobilisation de tous les Algériens, femme et homme, par voie de pétitions à destination de M. le Secrétaire Général de l’O.N.U. Que les auteurs ( rédacteurs de pétitions, sollicitent éventuellement la participation et l’aide de tous les démocrates du monde entier, tous ceux et celles qui dénoncent les violations et les atteintes des droits de l’homme, dans le monde. IL faut que notre pétition pénètre tous les esprits et les coeurs qui luttent pour la fin du joug des tyrans et dictateurs, dilapideurs de nos patrimoines et de nos richesses. Il faut que la pétition sollicite du secrétaire Général de l’O.N.U. une audience particulière d’une délégation algérienne, laquelle est mandatée pour exiger la composition d’une commission médicale composée d’experts en vue d’examiner le malade et d’évaluer ses capacités. De permettre aux délégués mandatés algériens de voir le président, de l’entendre, de l’écouter et de consigner sa déclaration pour la rendre publique à toutes les composantes nationales du monde entier. Que le président se présente devant l’assemblée générale de l’O.N.U et qu’il s’exprime pour rendre hommage à l’intervention de l’O.N.U.

Les Algériens savent que le Président est pris en otage et seule l’O.N.U peut le libérer de ce joug de mafia criminelle. Toute attente, toute hésitation, toute perte de temps, constituent une grave atteinte au respect des droits de l’homme. Le prolongement de la détention du Président est une grave atteinte à la protection d’une personne. La non intervention pour non assistante en danger est aussi un crime. Ils peuvent le tuer pour masquer et cacher cette procédure criminelle réalisée contre le Président de la République Algérienne. L’Algérie compte en 2019 plus de 45 millions d’habitants, elle possède des centaines de milliers de cadres de haut niveau et elle possède une élite capable de diriger le pays et de le développer mille fois mieux qu’un régime paralysé par la corruption. Le peuple n’a pas besoin d’un malade qui ne peut plus prononcer deux mots. Le peuple algérien, veut connaitre la vérité par la voie officielle de l’O.N.U.

Gloire à nos Chouhadas, vive la deuxième république démocratique. l’O.N.U. doit intervenir pour libérer le président otage de la mafia.

KADIRI Jilani.



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut