Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

La révolution qui progresse en Haïti est directement liée à celle du Venezuela



Mais la crise ne sera pas résolue par le seul départ de Moïse, qui semble imminent. La révolution d’aujourd’hui présente tous les signes d’un mouvement aussi profond et irrésistible que celle d’il y a 33 ans, contre le dictateur playboy Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier, dont la fuite le 7 février 1986 vers un exil doré en France à bord d’un avion-cargo C-130 des Forces Aériennes US, après deux mois de rébellion, a marqué le début de cinq ans de tumulte populaire.

Malgré une répression sauvage, des massacres, une élection truquée et trois coups d’état, ce soulèvement a abouti à la remarquable révolution politique du 16 décembre 1990, lorsque le théologien de la libération et anti-impérialiste Jean-Bertrand Aristide fut massivement élu président et déclara ensuite la « deuxième indépendance » de Haïti lors de sa prestation de serment le 7 février 1991.

A une époque où les sandinistes du Nicaragua et l’Union Soviétique venaient d’être défaits, le peuple Haïtien a vaincu les manoeuvres électorales de Washington pour la première fois en Amérique Latine depuis la victoire de Salvador Allende au Chili deux décennies plus tôt. L’exemple d’Haïti inspira un jeune officier de l’armée vénézuélienne, Hugo Chavez, à adopter la même tactique, inaugurant une “marée rose” de révolutions politiques par la voie électorale dans toute l’Amérique du Sud.

De la même manière que Washington avait fomenté un coup d’état contre Aristide le 30 septembre 1991, un autre coup d’état similaire fut organisé contre Chavez le 11 avril 2002, mais ce dernier a été contrecarré après deux jours par le peuple vénézuélien et les hommes de troupe de l’armée.

Malgré cette victoire, Chavez comprit que la révolution politique de 1998 au Venezuela qui l’avait mené au pouvoir ne pouvait survivre seule, que Washington utiliserait ses vastes mécanismes de subversion et son pouvoir économique pour épuiser son projet de construire un « socialisme du 21esiècle » au Venezuela. Il comprit que sa révolution devait poser des ponts et faire office d’exemple pour ses voisins latino-américains, qui étaient aussi sous le joug de l’Oncle Sam.

Alors, en utilisant l’immense richesse pétrolière du Venezuela, Chavez entama une expérience inédite de solidarité en faisant fleurir les capitaux dans d’autres pays. Il s’agit de l’Alliance Petrocaribe, qui fut lancée en 2005 et s’étendit finalement à 17 nations dans les Caraïbes et l’Amérique Centrale. Cette alliance fournissait des produits pétroliers à bas prix et des conditions de crédit fabuleuses aux nations qui en étaient membres, leur lançant une bouée de sauvetage économique alors que le pétrole se vendait à 100$ le baril.

Entre 1990 et 2006, Washington a puni le peuple Haïtien avec deux coups d’état (1991, 2004) et deux occupations militaires étrangères – gérées par les Nations Unies – pour avoir élu Aristide à deux reprises (en 1990 et 2000). En 2006, le peuple Haïtien avait réussi à atteindre une espèce de match nul, en élisant René Préval (un allié d’Aristide à ses débuts) comme président.

Le jour de sa prise de fonctions, le 14 mai 2006, Préval a signé l’accord Petrocaribe, contrariant fortement Washington, comme Haïti Liberté l’a mis en évidence dans ses articles de 2011 basés sur des câbles diplomatiques secrets états-uniens fournis par WikiLeaks. Après deux ans de lutte, Préval a finalement réussi à accéder au pétrole et au crédit vénézuéliens, mais Washington a fait le nécessaire pour le punir, lui aussi. Après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, le Pentagone, le Département d’Etat et Bill Clinton, avec quelques larbins de l’élite haïtienne, ont virtuellement pris le contrôle du gouvernement haïtien, et au cours du processus électoral qui s’est déroulé entre novembre 2010 et mars 2011, ils ont écarté le candidat présidentiel de Préval, Jude Célestin, et introduit le leur, Michel Martelly.

Entre 2011 et 2016, le groupe de Martelly n’a cessé de détourner, de dilapider et d’égarer la majeure partie du capital connu sous le nom du “Fonds Pétrocaribe”, qui avait permis de garder Haïti à flot depuis sa création en 2008.

Martelly a aussi utilisé cet argent pour aider son protégé, Jovenel Moïse, à accéder au pouvoir le 7 février 2017. Malheureusement pour Moïse (qui est arrivé au pouvoir juste après Donald Trump), celui-ci allait bientôt devenir l’un des dommages collatéraux de l’escalade guerrière de Washington contre le Venezuela.

Entouré d’une bande de néo-conservateurs anticommunistes, Trump a immédiatement intensifié les hostilités contre la République Bolivarienne, imposant des sanctions économiques sévères contre le gouvernement de Nicolas Maduro. Haïti était déjà en retard dans ses paiements au Venezuela, mais les sanctions US rendaient maintenant impossible d’honorer leurs factures de pétrole à Patrocaribe (ou leur donnaient une excuse en or pour ne pas le faire), et l’accord Petrocaribe avec Haïti prit réellement fin en octobre 2017.



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut