Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Permaculteur seul-au-monde entouré par le désastre écologique et social. – Les moutons enragés



N’en déplaise à certains qui ont tout compris en répondant « non non faut bien raviver de temps en temps la flamme bobo écolo du blog« , combien de « bobos » compte le blog parmi ses 55.189 abonnés ? Il y a tout de même des gens conscients, qui tentent de fédérer et de « cultiver » à tous les sens du terme les « jemenfoutistes ». Malheureusement ils se retrouvent bien dispersés et solitaires. Il y a les « faiseurs », et les parleurs, ce sont ces derniers les plus nombreux. Partagez ! Volti

******

Auteur Sylvain Rochex pour Déscolarisation.org

Nous devrions être des millions et nous sommes une centaine disséminés aux quatre coins du monde. Nous devrions être des millions et nous sommes une centaine à changer de mode de vie pour un mode de vie de soin quotidien à la terre en vue de tirer sa subsistance directement de la nature pour en finir avec le système destructeur actuel.

Alors, le résultat est pathétique : les abeilles, les scarabées, les oiseaux, les crapauds, les orvets, les hérissons, les papillons qui quittent telle ou telle parcelle en permaculture atterrissent brutalement dans un désert stérile. Bref, nous demandons en ce moment au vivant de savoir, si possible, suivre le tracé absurde du cadastre afin de réussir à rester chez le permaculteur.

Ce permaculteur, qui gère tout de la graine à la graine, a un peu de tout, mais il lui manque cette année des graines de sauge sclarée et de roses trémières, il devra donc les acheter sur Internet, impossible de compter sur les voisins, puisque les voisins sont informaticiens ou programmeurs de jeux-vidéo, ou musiciens ou comptables… Il ne pourra pas plus échanger des greffons ou des porte-greffes avec eux, ni des outils. Autre point, si notre permaculteur, seul-au-monde, fait du lait de brebis, de jument, de chèvre et de vache, il lui faudra bien évidemment : un bélier, un cheval, un bouc et un taureau rien que pour lui… (!!) J’ai parlé de désert stérile autour de la parcelle, mais dans bien des cas, il s’agira de monoculture polluante, ruinant tous les efforts du permaculteur seul-au-monde pour avoir un sol sain.

Concernant tous les « sous-produits » intéressants à s’échanger : laine, fumier, paille, tourteaux,… Il devra bien-sûr les produire à 100% lui-même. Et si le permaculteur seul-au-monde veut recueillir des infos sur le climat et la Lune en lien avec l’agriculture et la sylviculture, il se démerdera avec ses bouquins et Internet, pas de dialogues possibles avec ses voisins puisque ses voisins sont profs de kayak, web-masters et pharmaciens.

Et puis cette année, ses plants de poivrons ont super bien marché, il en a plein, mais il ne pourra pas les échanger contre des plants de courges et de concombre puisque ses voisins sont électriciens, contrôleurs des impôts et notaires. Et puis cette année, ses boutures de romarin et de rosier ont super bien marché, mais il ne pourra pas les échanger contre des boutures d’akébia ou de buis… parce que ses voisins sont… TOUT SAUF CONNECTÉS AVEC LES CHOSES DE LA TERRE ET DU COSMOS. Nan mais quelle CULTURE vraiment pourrie…

Et puis cette année, il a beaucoup de petits poussins et de petits canetons, mais il ne pourra pas les échanger contre un âne ou contre d’autres canards pour augmenter la génétique de son cheptel, parce que je vous le dis, ses voisins sont archéologues, magasiniers, courtiers en assurance et vendeurs de machine à laver et puis les voisins, dans leur fameux « temps libre », ils vont sur Internet, en Thaïlande et au cinéma.

Pour faire les conserves, les confitures, la crème de marron, le grumaillage des noix, les graines, le séchage des plantes, tous ensemble près du poêle pendant l’hiver (pour affronter l’hiver dans l’amitié) il n’y aura personne car, je vous le dis encore, les voisins travaillent tous loin de chez eux, sur bien d’autres sujets toujours en rapport avec les ordinateurs, le plastique, l’argent, les emballages, l’administration et les codes-barres.

Et puis quand la forêt juste à côté de chez lui sera menacé, il n’y aura personne pour la défendre, car les gens ne s’intéressent pas à ça, puisqu’ils sont vendeurs de bois, routier, vendeurs de bonbons, forains, ou spécialistes des antennes relais et de la fibre optique.

Et puis tous ces voisins diront peut-être que le « projet » permaculture du gars seul-au-monde, il ne marche pas tant que ça… Avec des abeilles qui ne trouvent plus de fleurs quand elles franchissent la limite cadastrale, on est forcément limité… La création d’oasis ex-nihilo c’est chaud quand même voyez-vous.
Si chacun abandonnait la vieille culture capitaliste pour un retour à la Terre, ce serait, oui, le paradis sur terre, mais que voulez-vous les jeux-vidéos et le cinéma et les grands pavillons ou les apparts remplis de merdes, c’est teeeeelllleeeeemment important.

Il me semble que les gens n’ont pas pigé que le projet de permaculture et de régénérescence de la vie sur Terre, c’était un projet COLLECTIF ou rien.
C’est vrai que les jeunes enfants, eux, seraient sans doute sensibles à toute cette vie frémissante, à tous ces papillons et ces sauterelles, ces canards et ces lapins… Mais ils sont encore à l’école de la République et complètement perdus au pays des écrans pour un voyage sans retour.

Continuons à nous foutre royalement et éternellement de la Terre, c’est bien, ça va aller. 99,9999% des gens sont complètement à côté de la plaque accrochés à leur culture inutile et toxique comme un moule à un rocher.
Que faire ???! Oui, que faire ???!!!! Je sais bien que ça va continuer comme ça… Mais s’il vous plaît, dites-moi ce que je dois faire des autres… On dirait que la maxime de l’espèce humaine qui peuple majoritairement le globe est : « Jusqu’à la fin du monde, jamais je ne planterai un seul radis ! Je ne suis pas un bouseux, moi ! LE PAYSAN, CE N’EST PAS MOI, C’EST QUELQU’UN D’AUTRE. Moi, je suis appelé à des activités surplombantes « 
Plombantes, oui,… méga-plombantes…

Et que faisons-nous de l’obligation morale de TRAVAILLER LA TERRE ?

Sylvain Rochex, le 15 février 2019, www.descolarisation.org

Note : Pour ceux qui voudraient échanger des graines ou autres avec Sylvain, je tiens à leur disposition ses coordonnées.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut