Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Coup d’Etat : la Macronie joue à se/nous faire peur



Alors que l’acte XIV se prépare, la Macronie en appelle à une stratégie qui n’est pas totalement nouvelle. Elle consiste à donner plus de poids à une déclaration et à son auteur qu’ils n’en ont réellement. Ainsi, Christophe Chalençon, une des figures bien connues du mouvement des gilets jaunes est directement promu général putschiste par une Macronie qui ne sait plus quoi caricaturer pour faire passer les Français en colère pour d’abominables sympathisants d’extrême droite, la vraie.

Les gilets jaunes peuvent-ils mettre un terme à l’horripilante expérience macronienne ? La réponse casquée et judiciaire pratiquée avec brutalité depuis trois mois laissent penser que non. A en croire les chiffres du ministère de l’Intérieur, les gilets jaunes ne sont pas en mesure de prendre le pouvoir car il y aura bientôt deux flics pour un manifestant… Les pseudos séditieux ne réussiront pas leur coup malgré l’appel de Macron à venir le chercher ! Alors que penser d’un seul individu dont les déclarations à la télévision italienne (arrachées en fin d’interview et filmées à la renverse) provoque une hystérie du pouvoir ?

Castaner, un rancunier aux desseins malsains ?

Quand on parle d’hystérie, notre cher ministre de l’Intérieur n’est jamais bien loin. Prompt à dénoncer tout le monde et en premier lieu ceux qui le critiquent, Christophe Castaner dénonce sur Twitter « un coup d’Etat militaire » en pleine préparation. Un coup de force qui aurait pour leader Christophe Chalençon. Pourquoi une nouvelle sortie du ministre ? Parce que comme toute la Macronie, il attend les déclarations impatiemment des différentes figures de proue des gilets jaunes et qu’il a fini par tomber sur l’interview de Chalençon à une chaîne italienne.

A la fin de cette interview, au lieu d’éteindre sa caméra, la journaliste capte les propos suivants : « Je sais que je risque beaucoup. Je peux me prendre une balle dans la tête à n’importe quel moment. Mais j’irai au bout de mes convictions, parce que s’ils me mettent une balle dans la tête, Macron il sera passé à la guillotine (…) On est arrivé à un tel point de confrontation, que s’ils m’abattent, il est mort aussi. Parce que le peuple il rentre dans l’Elysée et il démonte tout (…) On est plusieurs comme ça. S’ils en touchent un, on a des paramilitaires qui sont prêts à intervenir parce qu’ils veulent aussi faire tomber le pouvoir ».

Et voilà, la machine macronienne est (re)lancée. Un gilet jaune dit juste en des termes très directs que la mort d’un des leurs pourrait déboucher sur une véritable insurrection et Castaner en conclut à un coup d’Etat militaire en préparation… Ou les raccourcis faciles d’un ministre qui passe son temps à porter plainte contre les leaders des gilets jaunes et qui continue de peiner face à quelques centaines de black blocks pourtant connus des services… Castaner a ses priorités à lui et use et abuse des réseaux sociaux. C’est ça aussi le nouveau monde. Pas de résultat, des compromissions avec la démocratie, mais des milliers de tweets…

Faut-il rappeler que Chalençon n’a aucun pouvoir à part celui de faire enrager Castaner en posant en photo  avec le Vice-ministre italien? C’est ça aussi l’ouverture des frontières. On voit des ministres étrangers que l’on insulte venir vous narguer… C’est Chalençon qui doit payer la note et les gilets jaunes sont revêtus de force du costume de « séditieux ». Et pour bien faire comprendre le message aux Français, les forces de l’ordre vont recevoir l’ordre de serrer de bien près les manifestants lors de l’acte XIV avec toutes les tentions que cela crée. On peut aussi parier que leur inefficacité à arrêter les blac blocks. Pas besoin d’être devin, il suffit de regarder dans le rétroviseur.





Source link

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut