Go to ...
RSS Feed

18 August 2019

La choucroute pourrait-elle effectivement prévenir le cancer du sein ?




Bien que les médecins affirment qu’il n’existe pas de régime alimentaire anti-cancer, certains produits, notamment la choucroute, réduiraient le risque de cancer du sein, ont constaté il y a déjà plusieurs années des chercheurs américains. Une diététicienne nutritionniste polonaise a déclaré à Sputnik être d’accord avec cette conclusion.

Les spécialistes placent de grands espoirs en la choucroute (chou haché et fermenté sous l’action de bactéries lactiques) qui est beaucoup consommée en Pologne. Selon des médecins américains, les femmes qui en mangent au moins trois fois par semaine courent beaucoup moins de risque de développer un cancer du sein que celles qui en consomment peu.

Les auteurs de l’étude américaine se sont notamment aperçus de l’incidence du cancer du sein qui triple chez les Polonaises qui émigrent en Amérique du Nord. Ils soupçonnaient que cette augmentation pouvait être liée au fait qu’on mange beaucoup moins de choucroute en Amérique du Nord qu’en Pologne.

Leurs collègues polonais, dont la diététicienne nutritionniste Hanna Stolińska-Fiedorowicz, constatent eux aussi que l’incidence du cancer du sein est effectivement moins élevée chez les femmes qui ont consommé d’importantes quantités de choucroute durant leur adolescence. Bien qu’il soit moins marqué, cet effet protecteur est tout de même important chez les femmes qui n’ont augmenté leur consommation de ce produit qu’à l’âge adulte.

«Une multitude de facteurs contribuent à l’apparition de tumeurs. Quoi qu’il en soit, il est impossible de nier un rôle important de la nourriture dans la prévention du cancer. Les Polonais mangent effectivement beaucoup de légumes fermentés, notamment de concombres et de chou», a rappelé à Sputnik Hanna Stolińska-Fiedorowicz, diététicienne nutritionniste polonaise.

Et d’expliquer que la choucroute renfermait avant tout de la vitamine C qui ralentissait ou empêchait même un processus d’oxydation et […] bloquait ceux des mutations cellulaires.

«Par ailleurs, la consommation de la choucroute améliore la digestion, conforte le pancréas et exerce un impact très positif sur les systèmes nerveux et immunitaire», a ajouté la spécialiste.

Selon cette dernière, on sait, depuis plusieurs années maintenant, que la choucroute, les brocolis, les choux de Bruxelles et le chou frisé comportent des concentrations très importantes en glucosinolates, des substances dont l’activité anticancéreuse est établie expérimentalement. Ces molécules protectrices sont en grande partie détruites au cours d’une cuisson prolongée et du stockage, alors que le tranchage, d’un autre côté, augmente leur assimilation, ce qui explique l’intérêt de la choucroute.





Source link

Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes Free
free download udemy course

Tags: , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up