Aller à…
RSS Feed

23 novembre 2020

«LBD mon amour»: des «infiltrées» trollent les Foulards rouges (photos)




Deux sympathisantes des Gilets jaunes ont infiltré dimanche la colonne des Foulards rouges afin de «ridiculiser» leur manifestation. Elles ont déployé des banderoles portant des slogans qui ne correspondaient pas au message porté par le mouvement.

Des banderoles visant à «ridiculiser» le mouvement des Foulards rouges ont été repérées dimanche lors de leur manifestation qui avait pour but de «défendre la démocratie et les institutions», ainsi que de dénoncer les violences qui émaillent les rassemblements des Gilets jaunes. Sur l’une d’elles, on pouvait lire «Benalla — Castaner» entouré de cœurs.

​Ces banderoles ont été déployées par Sandra V. Fellous et Elizabeth Faure qui ont revendiqué sur Twitter leur soutien aux Gilets jaunes. On les voit sur plusieurs photos et vidéos prises lors de la manifestation du 27 janvier.

Les intéressées ont reconnu que c’étaient bien elles qui ont infiltré les Foulards rouges avec ces banderoles.

D’ailleurs, avant la manifestation, Mme Fellous, militante de centre-droit, a lancé sur Twitter un «concours réservé aux Gilets jaunes» visant à trouver un message qui pourrait «ridiculiser» les Foulards rouges. De nombreux internautes ont répondu à ce tweet en proposant leurs slogans.

​Néanmoins, il y a ceux qui n’ont pas apprécié cette idée.

Le mouvement des Foulards rouges est né fin novembre pour protester contre les manifestations des Gilets jaunes. Les Foulards rouges ont ensuite rejoint un autre mouvement: «STOP. Maintenant, ça suffit», apparu sur Facebook à la mi-décembre. Les organisateurs de la manifestation du dimanche 27 janvier assurent qu’elle est «apolitique» et apportent leur soutien non pas aux autorités, mais plus largement, à la République. La préfecture de police a décompté 10.500 manifestants.





Source link

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut