Go to ...
RSS Feed

21 January 2019

les Français prêts à tomber dans le panneau ? – 24heuresactu.com



Après le matraquage, place au dialogue et au « grand débat » ? La deuxième couche du Gouvernement déferle sur la France. La répression n’a pas suffi et en attendant de voter des lois en urgence pour restreindre le droit de manifestation, l’exécutif se grime en psychothérapeute qui demande à son patient ce qui ne va pas. La séance aura lieu du 15 janvier à la mi-mars et promet d’être une des plus grosses supercheries de ce quinquennat. Chantal Jouanno a déjà démissionné et ne pilotera pas un débat qui n’a pour but que de temporiser pour mieux assommer les Français au bout du compte.

Du « grand débat » à la grande débâcle il n’y a qu’un pas que le Gouvernement a déjà franchi. A une semaine de son lancement, il est déjà dans le mur. Plus personne pour le diriger (et surtout l’incarner), ce débat déjà trop cadré par un pouvoir sur la sellette risque fort de n’intéresser que les quelques macronistes que la France compte encore. Pourtant, tout avait été fait pour montrer l’importance et le sérieux avec lequel ce « grand débat » était préparé. Imaginez-vous donc, Macron avait fait annoncer par ses équipes de comm’ qu’il ne présenterait ses vœux qu’aux forces armées afin de se concentrer sur le « grand débat ». Une première faute qui en annonçait d’autres à commencer par le choix de confier ce cache-misère à la très riche Chantal Jouanno.

La grande débâcle arrive bientôt

Comment régler cette satanée contestation des gilets jaunes ? L’envoi de blindés ne sert à rien, le matraquage se transforme en cours de boxe, les insultes des ministres aux gilets jaunes ne les plongent pas dans la terreur… Rien n’a fonctionné pour le moment alors il est grand temps que le « grand débat » annoncé il y a quelques semaines s’ouvre enfin. Le Gouvernement pense qu’en reproduisant les cahiers de doléances, il s’évitera une révolution pourtant prônée par le candidat Macron. Ah mais la révolution macronienne n’était en fait qu’un tour à 360°. Retour au point de départ à moins que les Français ne tiennent bon et ne se fassent pas happer par un débat vide de sens.

Pourquoi débattre serait à ce point inutile ? Certainement parce que le président lui-même et les ministres ont répété à plusieurs reprises que les décisions prises au cours des dix-huit premiers mois ne feraient l’objet d’aucun changement, annulation ou révision. La perfection s’est exprimée et les gueux de Français n’ont pas leur mot à dire. Alors, on leur impose de déblatérer sur des sujets pré-sélectionnés où les questions précises et les solutions à apporter sont condamnées à être noyées dans un gloubi boulga indigeste. Le problème de l’immigration ? Pas assez important ! Il est donc rangé dans l’arrière boutique du thème sur la citoyenneté. Des ministres incompétents et un pouvoir exécutif absolument pas représentatif des électeurs ? Noyons ça dans un très prometteur « faire évoluer la pratique de la démocratie ».

On va donc débattre de ce que veut le Gouvernement et c’est même le Benjamin Griveaux (de la Tourette ?) qui dresse la liste des sujets interdits. IVG, peine de mort ou encore mariage pour tous ne seront pas au programme. Autrement dit, interdiction d’évoquer les grands sujets sociétaux dans un « Grand débat ». A force de tracer des lignes rouges, les débatteurs sont enfermés dans une cellule de la pensée. Et pour débattre encore faut-il qu’il y ait l’espace pour le faire… Où ? Par quel biais ? Avec qui ? Le débat consistera-t-il à répondre à la lettre lénifiante que l’Elysée nous prépare ? A une semaine du « grand débat » trop de questions essentielles restent sans réponse et celle du pilotage vient désormais s’y ajouter.

Depuis quelques jours, on voyait Chantal Jouanno dans les médias. En qualité de présidente de la Commission nationale du débat public. La Commission de quoi ? Un machin qualifié d’autorité administrative indépendante qui veille au déroulement de bons débats notamment lorsque de nouvelles infrastructures sont voulues par le pouvoir comme à Notre-Dame-des-Landes par exemple…. Bref, cette Commission est une super planque d’autant qu’elle est très bien payée. 14 700 euros brut par mois, soit plus que le Premier ministre lui-même. Oui, mais le débat ça fatigue et comme le dit le génial de Rugy, « il y a des joueurs de foot qui gagnent un million d’euros par mois et ça ne choque personne », alors Jouanno à 14 700 euros… Mais bien sûr que les gens sont choqués, mais au moins les joueurs de foot ne sont pas payés grâce aux impôts des Français ! Jouanno, oui !

Malheureusement pour elle, de Rugy est un nain politique que personne n’écoute – tant mieux pour lui, car il n’a pas grand-chose à dire. Jouanno, un peu plus ancrée dans le réel que la Macronie pur sucre a d’abord essayé de désamorcer la situation en disant qu’elle comprenait les critiques avant de rapidement se désister. Une sage décision, car comment prétendre incarner un renouveau porteur d’un mieux être pour les Français quand on gagne près de 15 000 euros par mois à ne pas faire grand-chose ? Jouanno est donc partie, mais sa sagesse a des limites puisqu’elle reste présidente de la Commission nationale du débat public et garde donc son salaire mirobolant. Charge au Gouvernement de lui trouver un remplaçant pour le « grand débat ». Une situation ubuesque bien résumée par Florian Philippot : « Chantal Jouanno a tout compris: elle garde le salaire et la fonction mais ne fera pas le boulot…».

Matignon prétend qu’il ne s’agit là que d’une « péripétie », mais il faut bien se rendre à l’évidence. Rien n’est prêt pour ce « grand débat » sauf les éléments de langage à asséner jour après jour au cours des trois prochains mois. Une autre chose est également prête : les conclusions que tirera le Gouvernement de cette grande mascarade. Elles sont déjà dans un tiroir de Matignon et n’attendent que la mi-mars pour apparaître en bonne place sur le bureau du Premier ministre. Les dés sont pipés. Tâche aux Français de ne pas les lancer et de continuer à contester une Macronie bien plus désespérée qu’elle n’en a l’air.





Source link

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
download udemy paid course for free

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up