Go to ...
RSS Feed

17 June 2019

Justice pour Julian Assange, un test pour la démocratie occidentale (AntiWar) — Nozomi HAYASE



C’est la 7ème année que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a passé Noël confiné à l’ambassade de l’Equateur à Londres. Depuis près d’une décennie, la chasse aux sorcières agressive du gouvernement américain l’a piégé au Royaume-Uni.

Assange a demandé l’asile politique à l’ambassade de l’Équateur en 2012 afin d’atténuer le risque d’extradition vers les États-Unis, lié à ses activités de publication. Il s’est vu refuser l’accès aux soins médicaux, à l’air frais, à la lumière du soleil et à un espace adéquat pour faire de l’exercice, et ce sans mise en accusation de la part du gouvernement britannique. En décembre 2015, le Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire a conclu qu’Assange était “arbitrairement privé de sa liberté et a exigé sa libération“. Pourtant, le refus du gouvernement britannique de se conformer aux conclusions de l’ONU a permis à cette détention illégale de se poursuivre.

Cette persécution cruelle d’Assange représente une crise profonde de la démocratie occidentale. Au fur et à mesure que l’injustice à l’égard de ce journaliste occidental s’installe, la légitimité des institutions traditionnelles s’est affaiblie. La démocratie bienveillante en laquelle beaucoup ont appris à croire s’est avérée être une illusion. Elle s’est révélée être un système de contrôle, dépourvue de mécanismes d’application de la loi pour traiter les véritables auteurs de violations des droits de l’homme, qui, par exemple, envahissent illégalement des pays sous prétexte de combattre le terrorisme. Sous cette démocratie gérée, la prémisse selon laquelle “personne n’est au-dessus des lois ” est transformée en un prétexte que les élites utilisent pour échapper à la responsabilité démocratique. Les médias sont devenus les “gardiens” des élites dirigeantes qui font de la propagande pour déformer la vérité.

Dictature Occidentale

Le sort d’Assange, son combat pour la liberté a révélé une dictature en Occident. Il y a eu des changements dans le traitement d’Assange par l’Équateur depuis l’entrée en fonction du nouveau président Lenin Moreno en mai 2017. Contrairement à l’ancien président Rafael Correa, qui a courageusement accordé l’asile à l’éditeur, Moreno a fait preuve d’un mépris total pour ce journaliste australien devenu réfugié politique et citoyen équatorien depuis décembre 2017.

Le changement d’attitude de ce gouvernement équatorien est dû au fait que les gouvernements occidentaux ont intimidé cette petite nation d’Amérique du Sud. Il a été rapporté que les États-Unis ont exercé des pressions sur l’Équateur pour obtenir des prêts, ce qui l’a amené à agir illégalement en violation des lois internationales et de sa propre constitution. Fin mars, au lendemain d’une visite militaire américaine de haut niveau en Equateur, ce nouveau président équatorien a unilatéralement coupé Assange du monde extérieur, en lui refusant l’accès à Internet, en lui interdisant de recevoir des visiteurs et de communiquer avec la presse. Assange a été mis en isolement, ce que l’avocat général de Human Rights Watch a décrit comme étant similaire à l’isolement cellulaire.

A la mi-octobre, sous prétexte de rétablir son accès à Internet, l’Equateur a publié un “protocole spécial” qui perpétue ce silence sur Assange. En restreignant davantage sa liberté d’expression et en lui demandant de payer les factures médicales et les appels téléphoniques, le gouvernement Moreno cherche à briser Assange. Il veulent le force à quitter l’ambassade de son plein gré et à se faire arrêter par les autorités britanniques, qui refusent de lui donner l’assurance de ne pas l’extrader vers les États-Unis.

Impérialisme américain

Assange a subi la fureur de l’empire en dénonçant les crimes de guerre du gouvernement américain qui ont fait couler le sang de dizaines de milliers d’innocents. Il est devenu un prisonnier politique, traité comme un ennemi par le gouvernement le plus puissant du monde. Le mois dernier, les procureurs américains ont révélé par erreur des accusations criminelles secrètes contre Assange dans le district est de Virginie.

James Goodale, avocat du Premier Amendement et ancien avocat général du New York Times, a commenté le danger des efforts du gouvernement américain pour inculper un journaliste, peut-être pour espionnage, qui n’est pas américain et qui n’a pas publié aux Etats-Unis :

Une accusation contre Assange pour “conspiration” avec une source est l’accusation la plus dangereuse à laquelle je puisse penser en ce qui concerne le Premier Amendement depuis presque toutes mes années à représenter des organisations médiatiques.”

La loi sur l’espionnage de 1917 est une loi fédérale américaine, créée après la Première Guerre mondiale pour poursuivre les espions en temps de guerre. Cette loi est toujours en vigueur aujourd’hui et peut être utilisée pour poursuivre même ceux qui se trouvent en dehors du territoire américain, en raison d’un amendement ultérieur qui a supprimé ce libellé de la loi : “sous la juridiction des États-Unis, en haute mer et aux États-Unis“.

Le ministère de la Justice de M. Obama avait hâte de poursuivre Assange et WikiLeaks pour avoir publié des documents classifiés, mais il a choisi de ne pas le faire, par crainte de créer un précédent qui pourrait priver la presse de la protection du Premier amendement. Après la publication en mars 2017 de Vault 7 par WikiLeaks, qui détaille les capacités de la CIA en matière de surveillance électronique, le gouvernement américain a montré sa volonté d’abuser de cette loi dépassée pour criminaliser le journalisme.

En avril 2017, le procureur général de l’époque, Jeff Sessions, a déclaré que l’arrestation d’Assange était une priorité. Cette menace sur la liberté de la presse s’est accrue au cours des mois suivants, alors qu’il a montré sa détermination à poursuivre en justice les médias qui publient des informations classifiées. Le secrétaire d’État de Trump et ancien directeur de la CIA, Mike Pompeo, a qualifié WikiLeaks de “service de renseignement hostile non étatique“, affirmant que l’organisation tente de renverser les valeurs américaines et qu’elle doit être fermée. Alors que l’administration Trump tente de prétendre qu’elle a le droit de poursuivre n’importe qui dans le monde pour son agression contre la presse libre, les principaux dirigeants démocrates du Capitole ont montré leur soutien bipartisan. Ils ont signé une lettre demandant à Pompéo d’exhorter l’Equateur à expulser Assange.

Acte de résistance contagieux

L’inculpation secrète d’Assange a ouvert une triste ère pour la démocratie. Barry Pollack, l’avocat du fondateur de WikiLeaks, basé à Washington D.C., a noté que la tentative de l’administration Trump de poursuivre “quelqu’un pour avoir publié la vérité est un chemin dangereux pour la démocratie“. David Kaye, rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d’opinion et d’expression, a déclaré que “poursuivre Assange serait dangereusement problématique du point de vue de la liberté de la presse” et devrait être combattu.

Les principales organisations de défense des droits de l’homme s’opposent fermement à l’extradition d’Assange. Amnesty International et Human Rights Watch ont exhorté le gouvernement britannique à ne pas l’extrader vers les États-Unis. Plus de 30 parlementaires du Parlement allemand et du Parlement européen ont écrit au Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, pour lui demander d’intervenir afin qu’Assange puisse se rendre dans un pays tiers sûr.

Aujourd’hui, l’une des nations européennes a apporté un soutien important à Assange. Le 20 décembre, deux parlementaires allemands se sont rendus à Londres pour visiter Assange à l’intérieur de l’ambassade équatorienne. L’Allemagne, qui a déjà souffert de la suppression des libertés civiles sous un Etat totalitaire, est devenue ces dernières années un refuge sûr pour les dissidents occidentaux qui ont été contraints de fuir leur pays pour échapper aux persécutions de leur gouvernement. À la suite des révélations de Snowden sur la “United Stasi of America”, le soutien à la sécurité des lanceurs d’alerte et des journalistes qui rendent compte de la surveillance gouvernementale s’est accru.

Sarah Harrison, rédactrice d’enquête de WikiLeaks, qui a aidé à obtenir l’asile pour le lanceur d’alerte de la NSA, a trouvé refuge pour son exil du Royaume-Uni à Berlin. Le principal parti politique de centre-gauche d’Allemagne, le SPD a reconnu son courage politique, démontré dans son travail avec WikiLeaks et l’extraordinaire protection des sources de l’organisation. Harrison a reçu un prix, nommé d’après un journaliste et l’ancien chancelier ouest-allemand Willy Brant qui a échappé aux Nazis et a été exilé avant de retourner en Allemagne.

La semaine dernière, deux politiciens allemands qui se sont rendus à Assange ont accompli un acte diplomatique urgent pour représenter l’engagement de ce pays envers la liberté d’expression. Lors de la conférence de presse à l’extérieur de l’ambassade après leur visite, le couple, qui était impatient de voir Assange depuis des mois, mais qui n’avait pas été autorisé à le faire jusqu’à présent, s’est tenu aux côtés du père d’Assange et a appelé à une solution internationale pour la persécution d’Assange par les gouvernements occidentaux. Savim Dagdelen, membre du Parti de gauche, a souligné que l’injustice d’Assange est un cas exceptionnel, notant qu’”aucun autre éditeur ou rédacteur en chef du monde occidental n’a été détenu arbitrairement” et que cela constitue une trahison des valeurs occidentales concernant les droits humains. Heike Hansel, vice-présidente du groupe parlementaire de gauche, a exhorté la population à résister aux poursuites extraterritoriales du gouvernement américain contre Assange.

Le courage des individus au sein des institutions démocratiques, qui s’efforçaient de défendre les libertés civiles, est devenu contagieux. Juste avant la veille de Noël cette année, les experts de l’ONU ont réitéré leur demande au Royaume-Uni d’honorer ses obligations internationales et de permettre à Assange de quitter l’ambassade sans crainte d’arrestation et d’extradition. Chris Williamson, un député britannique en exercice, a approuvé la déclaration de l’ONU selon laquelle Assange devrait être indemnisée et libéré. Alors que les élus défendent le principe de la démocratie, des citoyens du monde entier veillent jour et nuit sur Assange à l’extérieur de l’ambassade à Londres.

Rétablir l’état de droit

Alors que 2018 touche à sa fin, la légitimité de l’Occident et de l’ensemble de son tissu institutionnel est maintenant mise à l’épreuve. La démocratie est née dans l’Athènes antique, c’était l’aspiration des gens à organiser une société par leur participation directe au pouvoir. Dans les temps modernes, elle s’est déracinée de l’imagination originelle et a rapidement dégénéré en une forme de “despotisme élective” que Thomas Jefferson avait prédit.

Dans la hiérarchie institutionnelle de la démocratie libérale occidentale, ce qui était considéré comme la force du progrès commençait à se délabrer de l’intérieur. On a abusé d’un système de représentation qui est censé faire en sorte que ceux qui sont capables et intelligents puissent employer leurs compétences au service du public. Désormais, les riches et les puissants font du mal à ceux qu’ils sont censés représenter.

WikiLeaks, le premier quatrième pouvoir global au monde, a vu le jour en réponse à cette crise de la démocratie. Grâce à l’exactitude irréprochable de ses publications, le site de dénonciation a permis aux citoyens du monde entier de transformer cette démocratie creuse qui a dévoré les idéaux qui ont jadis inspiré les gens ordinaires.

Depuis la publication en 2007 du rapport Kroll sur la corruption officielle au Kenya, qui a affecté les résultats des élections nationales, jusqu’à la révélation de la faillite morale de la plus grande banque d’Islande en 2009, les publications WikiLeaks ont contribué à réveiller le pouvoir des citoyens dans de nombreux pays. Des documents publiés ont déclenché des soulèvements mondiaux, transformant le défaitisme et le désespoir omniprésents en action collective dans les rues. En 2010, des fuites de câbles diplomatiques américains partagées par le biais des médias sociaux ont libéré une force puissante qui a finalement pris le dessus sur le dictateur tunisien corrompu Ben Ali.

Des mois après le printemps arabe, informé par des câbles WikiLeaks, les Mexicains ont lancé un mouvement de jeunesse pacifique contre la corruption politique des médias. Les révélations de Cablegate ont également affecté le déroulement d’une élection présidentielle au Pérou et transformé les médias au Brésil. En 2016, les fuites du DNC et la publication de courriels de Podesta ont informé les Américains sur le fonctionnement de leur système politique.

Julian Assange, à travers son travail avec WikiLeaks, s’est engagé dans ce type de journalisme dynamique qui a donné un nouvel élan à la démocratie réelle. En publiant des informations vitales dans l’intérêt public, il a défendu le droit du public à l’information, donnant aux gens ordinaires les moyens de participer activement à l’histoire.

Il est maintenant de notre responsabilité de répondre à cette crise de la démocratie par la solidarité. Chacun de nous peut-il relever le défi de résoudre les problèmes que nos dirigeants ont créés ? Les efforts pour libérer l’Assange nous exhortent tous à revendiquer et à exercer le pouvoir inhérent qui peut restaurer la justice pour mettre fin à cette persécution de la liberté d’expression.

Nozomi Hayase

Traduction “elle a échoué au test, si vous voulez mon avis” par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

JPEG - 133.2 ko
Banderole (taille 1m x 2m) conçue par le Grand Soir. Vous pouvez en commander au prix de 50 euros (prix de fabrication unitaire)





Source link

Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
udemy paid course free download

Tags: , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up