Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Une inconnue nommée Shoah ? – 24heuresactu.com



Une enquête de l’Ifop au sujet de la Shoah fait parler d’elle depuis 48 heures. Et pour cause ! 10 % des sondés déclarent ne jamais avoir entendu parler de l’extermination des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. Un taux extrêmement élevé dans un pays où l’enseignement de ce douloureux événement se fait au primaire, au collège et au lycée… Les profs sont-ils incompétents ? Pas forcément d’autant plus que les émissions, reportages et discours politiques abondent de références à la Shoah. A croire que certains vivent en dehors de toute influence du système.

Décriée à longueur de temps par les pseudo-élites, la France ne serait qu’un ramassis de collaborateurs ou plutôt de leurs descendants. De la mauvaise graine à punir et qui en prend plein la tête. Pas un jour ne se passe sans qu’une chaîne de télévision publique ne revienne en long, en large et en travers sur le régime de Vichy et la manière dont les Français ont rempli des trains entiers pour livrer des juifs à leurs bourreaux allemands. Le Français moyen peut citer quatre ou cinq camps d’extermination à force d’avoir la télévision ou la radio allumée, mais ils seraient 10 % à ne jamais avoir entendu parlé de la Shoah…

Les leçons de père Macron font du mal à la vérité historique

Décidément, la propagande audiovisuelle n’est plus ce qu’elle était ! A force de raconter que Macron est un bon président et que les gilets jaunes qui manifestent à Paris tiennent des pancartes avec pour seule inscription « Macron », les Français ne regardent plus la télé ou alors commencent à penser le contraire de ce qui est proféré… France 3 et sa diligence à effacer « dégage » lorsque cela s’adresse à leur cher président libéral sont de fiers symboles de la décadence journalistique. Bref, dès lors qu’un journaliste prend la parole, le sujet qu’il défend en perd en légitimité et soutien.

A ce rythme là, il serait plus efficace d’arrêter les émissions, reportages et autres logorrhées d’éditorialistes qui ne cessent de rappeler la larme à l’œil ce qu’il s’est passé au début des années quarante. Ils ne sont que 1 % des sondés à penser que la Shoah est une « invention ». Un chiffre trop élevé malheureusement, mais qui va gonfler dans les prochaines années en raison du cercle vicieux décrit plus haut. Mais attention, « le ventre est encore fécond d’où a surgi bête immonde » et ils sont 2 % des Français à penser que le nombre de juifs exterminés est « exagéré ». Pire, ils sont 18 % à se rallier à Jean-Marie Le Pen et son « détail de l’histoire » lorsqu’ils estiment que la Shoah est « un drame parmi d’autres de cette guerre qui a fait beaucoup de victimes ».

Mais de quelle guerre parle-t-on au fait ? La question paraît stupide, mais les réponses obtenues le sont parfois encore bien plus. Si 79 % des sondés ont bien compris qu’il s’agit de la Seconde Guerre mondiale, 9 % pensent que la Shoah a eu lieu entre les deux guerres. Cela expliquerait peut-être pourquoi l’Allemagne nazie a envahi la France. C’était par considération humanitaire et volonté d’arrêter un génocide qui se déroulait dans les campagnes françaises… Les professeurs d’histoire feraient bien de réclamer plus d’heures d’enseignement, car de telles théories sont désormais possibles avec une culture historique aussi faible. Chez les moins de 35 ans, ils seraient 30 % à ignorer la période à laquelle a eu lieu ce génocide… Quand on vous dit que l’école est devenue une usine à cancres et à moutons !

La Shoah a beau être enseignée en CM2, en troisième et en première, rien n’y fait, les élèves ne retiennent plus rien. D’où l’incroyable montée de l’antisémitisme en France et en Europe que nous rabâchent nos mêmes élites tous les trois mois ? Un exercice auquel s’est prêté le Premier ministre début novembre. Etait-il déjà inaudible à ce point ?

Il faut dire qu’avec des profs d’histoire de la trempe de Macron et Darmanin, il est certain que la confusion règne dans l’esprit des gens. Le peuple descend dans la rue contre de nouvelles taxes qui les poussent dans la pauvreté et on qualifie ce cri de « peste brune ». Marine Le Pen arrive au second tour de la présidentielle et Macron se pointe à Oradour-sur-Glane avec sa femme attifée d’un sweat à capuche… On regrette le temps où les Français apprenaient l’histoire dans une école qui fonctionnait et où les hommes politiques avaient combattu le nazisme. Aujourd’hui, c’est la Macronie et toutes ses conséquences qui sont à la barre.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut