A l’image de Patrick Cohen ou d’Audrey Crespo-Mara , Jean-Michel Apathie est un gatekeeper de la première heure. Voilà ce que disait Apathie du conspirationnisme en 2013 sur Canal. L’année dernière encore, il cataloguait Asselineau comme “le candidat des conspirationnistes”. Par contre, lorsque les théories du complot vont dans son sens, elles sont parfaitement autorisées semblerait-il. Fawkes

——-

Le chroniqueur politique aux multiples ronds de serviette a pointé du doigt ceux qui tireraient les «ficelles», selon lui, des Gilets jaunes. Tentant de débusquer des complots, le journaliste a été accusé de lui même verser dans le conspirationnisme.

Avant la diffusion d’un reportage sur C à vous concernant le référendum d’initiative citoyenne (RIC) qui s’est peu à peu imposé comme une revendication des Gilets jaunes, le journaliste et éditorialiste Jean-Michel Apathie a livré son avis sur le mouvement.

Dans ce mouvement informel, gazeux – moi je le pense depuis le début – il y a une organisation souterraine, cachée, il y a des tireurs de ficelles, des gens beaucoup plus politisés et politiciens qu’on ne le croit, et qui apparaissent aujourd’hui

«Aujourd’hui, non seulement on commence à donner des visages au mouvement, mais aussi un mot d’ordre unificateur : le fameux référendum d’initiative citoyenne qui recouvre tout», débute l’homme de télévision.

«Et en fait on se dit [que] dans ce mouvement informel, gazeux – moi je le pense depuis le début – il y a une organisation souterraine, cachée, il y a des tireurs de ficelles, des gens beaucoup plus politisés et politiciens qu’on ne le croit, et qui apparaissent aujourd’hui», décrypte ensuite le chroniqueur politique, habitué des plateaux télévisés.

Qui est derrière le mouvement des Gilets jaunes ?

Selon le Petit Larousse, le complotisme «se dit de quelqu’un qui récuse la version communément admise d’un événement et cherche à démontrer que celui-ci résulte d’un complot fomenté par une minorité active».

Un mouvement à «deux têtes», selon Apathie

Celui qui officie également sur Europe 1 a une nouvelle fois questionné sur Twitter ce 17 décembre, les orientations politiques défendues, selon lui, par des Gilets jaunes – demandant que les manifestants «qui sont sincèrement là pour leurs fins de mois» fassent «le ménage» – et qualifiant les Gilets jaunes de mouvement «à deux têtes cachées, trois objectifs secrets».

Dans une chronique précédente, il réclamait la mise au ban de Maxime Nicolle, l’un des visages médiatiques des Gilets jaunes accusé de complotisme – et en profitait pour égratigner l’AFP, qui avait retranscrit des citations de «Fly Rider». Et le journaliste d’affirmer que s’exprimer «après avoir tenu des propos conspirationnistes, c’est quand même compliqué».

Malaise médiatique face aux Gilets jaunes ?

Le malaise apparent de Jean-Michel Apathie devant les revendications hétéroclites du mouvement des Gilets jaunes n’est pas sans rappeler les propos tenus le 9 décembre par son confrère, le journaliste Bruno Jeudy, sur BFM TV.

Vous êtes un faux Gilet jaune. Vous êtes un militant politique. Ça ne trompe aucun téléspectateur

Face au Gilet jaune Christophe Couderc, l’éditorialiste reprochait à l’homme qui dénonçait les privatisations et le rôle des «banquiers internationaux» de ne pas s’exprimer comme les autres manifestants. «Vous avez des obsessions qui sont des obsessions politiques et qui ne sont pas démocratiques», accusait Bruno Jeudy, sensiblement irrité. «Les Gilets jaunes que je vois régulièrement ici-même, ils ne parlent pas comme vous. Parce que vous, vous êtes un faux Gilet jaune. Vous êtes un militant politique. Ça ne trompe aucun téléspectateur», avait-il poursuivi, acerbe.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *