Je ne pouvais pas faire l’économie de cet article qui évoque la nouvelle stratégie du gouvernement. Pour mater la rébellion en cours, Castagnette a donné de nouvelles directives: aller au contact. Cet article indique que les CRS avaient déjà reçu l’ordre de procéder à des tirs tendus samedi dernier ce qui est normalement interdit (pour éviter les blessures):

“Nous nous sommes fait prendre en embuscade entre deux groupes de casseurs, plusieurs centaines de chaque côté, à côté de l’Arc de triomphe, explique-t-il. Ils nous ont chargés à coups de barres de fer et de haches. On s’est aussi pris des pavés, des mortiers, des boulons et des bombes artisanales. On a eu du mal à se replier vers nos camions, dont les vitres latérales ont été brisées à la barre à mine. Dans le véhicule voisin du nôtre, les agresseurs ont volé tous les effets personnels, le matériel, et même une arme longue HK G36.”

Selon les informations de L’Express, les unités de CRS au contact direct des casseurs auraient reçu la consigne de procéder à des tirs tendus de lanceurs lacrymogènes à hauteur d’homme. “C’est la première fois que je reçois un tel ordre, souligne un CRS présent sur le terrain samedi. C’est normalement proscrit, car cela va à l’encontre des règles de sécurité. On procède plutôt à des tirs au ras du sol. Mais là, les unités étaient en péril…”

“Au Puy-en-Velay (Haute-Loire), une aile de la préfecture et des locaux attenants ont été incendiés par des cocktails Molotov. Au Pouzin (Ardèche), une commune de 3 000 habitants, des casseurs, certains équipés de battes de base-ball, ont affronté les forces de l’ordre du crépuscule jusqu’à près de 2 heures du matin. A Bordeaux (Gironde), entre 150 et 200 individus vêtus de noir et casqués ont tenté de prendre d’assaut la mairie. “Les collègues ont reçu des salves de boules de pétanque, de balles remplies d’aérosol enflammé, et même des panneaux arrachés“”.


Cette vidéo d’un CRS qui souhaite garder l’anonymat parle carrément d’une guerre pour samedi dernier: “c’était horrible, c’était violent, une violence que je n’avais jamais connu”. Des manifestants ont même envoyé des cocktails molotov et de l’acide sur eux. Il dit qu’il a senti la peur dans les hautes instances et que les CRS se sont sentis comme de la chair à canon. Certains ont fait un service de 16 sans boire ni manger.




La nouvelle stratégie de l’Intérieur 


« Nous sommes très inquiets, confie un haut responsable du ministère de l’Intérieur. L’enjeu de samedi, c’est le basculement ou non dans l’insurrection… »

« Le message du ministre de l’Intérieur a été très clair : il faut être plus stratégique et aller plus au contact des casseurs », rapporte David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN). Hors de question de revoir dans le monde entier les images désastreuses d’un Paris dévasté, en proie aux pillages et de forces de l’ordre reculant devant les charges de manifestants.


” Les policiers pourraient avoir recours plus souvent aux tirs de flash-ball.”

“Des forces de l’ordre plus offensives et plus mobiles”.

Donc fini la stratégie du chaos. Castagnette et Macron avaient voulu donner une mauvaise image du mouvement en le reliant aux casseurs mais cette stratégie a en grande partie échouée. La mobilisation autour des gilets jaunes reste très forte. Samedi prochain, le ministère de l’intérieur a donc décidé de marquer le coup alors que les forces de l’ordre affirment être exténuées. La réponse sera encore plus dure qu’avant. Chez certains gilets jaunes, même constat. Les revendications, on fait progressivement place à la colère et désormais à l’envie d’en découdre. Probablement uniquement une partie des manifestants mais de plus en plus en Gilets Jaunes, au début pacifiques affirment qu’ils commencent à vouloir durcir la révolte:




Je n’ai aucun droit d’inciter ou de dissuader quiconque à aller à Paris samedi. C’est un choix personnel. Par contre, j’invite quiconque voulant s’y rendre à se préparer défensivement c’est à dire apporter au minimum un casque de vélo (qui protégera au moins votre tête des coups) ou mieux un jet de moto (qui protègera aussi le visage car plus résistant) et soit un masque chirurgical (le plus accessible) soit un masque à gaz (bien plus efficace) pour supporter les lacrymogènes qui ne manqueront pas de pleuvoir, y compris sur les manifestants pacifiques. 


Se prémunir des blessures est votre droit le plus strict. Les forces de l’ordre elles sont équipées comme des robocops. Les manifestants qui viennent samedi doivent s’attendre à une réponse plus ferme que jamais. Penser que la police ne s’attaquera qu’aux casseurs est illusoire. Jusque là, c’était plutôt l’inverse d’ailleurs.

 L’idéal serait aussi d’avoir un objet pouvant servir de bouclier léger. Pas besoin d’investissement. Un simple couvercle rigide de malle en plastique ou une valise polycarbonate peut faire l’affaire. Le couvercle me parait plus adapté puisqu’il est transparent mais il sera moins résistant aux impacts. Il peut être modifié pour pouvoir y placer un bras comme le montre cette vidéo pour le airsoft:


Bien sûr, il ne s’agit pas d’une protection à toute épreuve mais plusieurs manifestants ont reçu des balles de flashball en plein visage et ont subi de gros dégâts. Les autorités reprocher à personne de venir avec ce type d’équipement défensif qui ne sont pas interdits par la loi.


 Donc surtout n’allez pas à Paris samedi sans aucune protection. Je dis cela pour votre propre santé. Les consignes de la police sont d’être plus offensif qu’avant. Si vous avez vu les vidéos publiées depuis samedi dernier, vous savez de quoi ils sont capables. Y aller sans aucune protection, même si vous êtes pacifistes, c’est du suicide.

Publié par Fawkes News



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *