Rédigé par notre équipe le 04 décembre 2018.

Emmanuel Macron n’aime que les (hommes) riches. Le président ne peut s’empêcher de passer une semaine sans critiquer les Français et les pauvres (les deux sont de plus en plus redondants sous l’effet de sa politique). Des critiques et une politique qui expliquent la colère qui gronde aujourd’hui en France. La plèbe n’en peut déjà plus et l’exprime avec force. Macron, lui, espère compter encore un peu sur sa faible, mais très riche base électorale pour poursuivre son œuvre si douloureuse.

Une enquête menée par le JDD et Europe 1 illustre une nouvelle fois la déconnexion d’Emmanuel Macron avec les Français. Il aura fallu plus d’un an et demi pour se rendre compte que le financement officiel de la campagne du candidat d’En Marche était principalement le fait des élites. Une réalité connue de tous depuis bien longtemps sur laquelle il est désormais possible de mettre des chiffres précis. Le mouvement d’Emmanuel Macron a recueilli la bagatelle de 13 millions de dons d’euros au cours de la campagne présidentielle. Une somme improbable pour un candidat arrivé de nul part selon ses premiers soutiens : les médias.

Macron et les riches : un amour réciproque

Si BFM TV et les autres organes de propagande ont joué à fond leur rôle néfaste pour la société et la démocratie, rien n’aurait été possible sans l’argent des riches. Sur les 13 millions d’euros récoltés par En Marche, près de la moitié (48 %) sont le fait de 1,2 % des donateurs recensés. Cette petite élite aux intérêts bien compris a donné entre 5 000 et 7 500 euros. Ils auraient bien voulu donner plus, mais la loi française est ainsi faite qu’il est interdit de gaver un homme politique de cash.

Il est à noter que Macron a reçu 51 000 dons d’une valeur unitaire inférieure à 50 euros. Il faut croire que les sans-dents avaient déjà compris dans leur immense majorité qu’il ne fallait pas nourrir une bête déjà riche. Une bête qui leur fait depuis les poches avec gourmandise. Mais bon, il a quand mal fallu « faire barrage à la haine » et la colère s’est depuis emparée de centaines de milliers de Français incapables de survivre au racket d’un exécutif qui les humilie en prime.

Macron est le président des riches et les richesses se concentrent à Paris. 56 % des dons (7,4 millions d’euros) proviennent de la capitale et de sa proche banlieue. Pire, les dons issus d’expatriés représentent 14 % de a récolte (1,8 million d’euros). On aime Macron surtout quand on est loin de lui et que l’argent protège ! Le macronisme est donc bien un mouvement financé par les riches pour les riches. Une petite élite déconnectée de la réalité qui aime voir son président résister aux cris désespérés d’une plèbe nombreuse, mais qui n’a pas le droit de citer.

Les riches ont obtenu la fin de l’impôt sur la fortune (transformé en impôt sur l’immobilier). L’ISF ne constituait pas la solution miracle, mais sa suppression fut un véritable cadeau aux plus aisés et un message désastreux envers la France qui trime. On comprend mieux pourquoi beaucoup de gilets jaunes se retrouvent sur le retour de cet impôt. On comprend mieux aussi pourquoi Macron ne lâchera pas du lest sur cette question. Remettre l’ISF, c’est se couper d’une base, certes étroite, mais fidèle.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *