Aller à…
RSS Feed

5 décembre 2020

Des chercheurs ont appris à prédire les doses de radiation dans l’espace




Les spécialistes de l’Université nationale de recherche nucléaire MEPhI, de l’Université d’Oulu (Finlande) et de l’Institut physico-technique Ioffe de Saint-Pétersbourg ont comparé les effets de la modulation solaire des rayons cosmiques enregistrés par les moniteurs à neutrons et l’expérience satellitaire PAMELA.

Selon les chercheurs, cela permettra de prévoir plus précisément les doses de radiation dans l’espace circumterrestre — ce qui joue un grand rôle dans la planification des missions spatiales. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Journal of Geophysical Research: Space Physics.

PAMELA (Payload for Antimatter Matter Exploration and Light-nuclei Astrophysics) est une expérience satellitaire internationale lancée en 2006. Elle vise à détecter et à rechercher l’antimatière et les changements de spectre de différents éléments du rayonnement cosmique, ainsi qu’à mesurer le niveau de radiation autour de la Terre et à établir la nature de la matière noire.

Les auteurs de l’étude ont comparé les effets de la modulation des rayons cosmiques enregistrés par les moniteurs à neutrons et l’expérience satellitaire PAMELA.

Les moniteurs à neutrons sont un réseau de dispositifs terrestres installés depuis les années 1950 qui enregistrent les particules secondaires nés de l’interaction des rayons cosmiques avec les noyaux de l’atmosphère. Dans ce travail mené par les chercheurs russes ont été utilisées les informations enregistrées en temps réel par le moniteur à neutrons situés à Oulu (Finlande).

Les résultats de l’étude permettront de vérifier le bon fonctionnement de la réponse des moniteurs à neutrons à différentes périodes d’activité solaire, ce qui est devenu possible avec le lancement de l’expérience PAMELA, estime Sergueï Koldobski, enseignant à l’Institut de physique nucléaire et des technologies du MEPhI.

«Le bon fonctionnement de la réponse des moniteurs à neutrons, couplé aux immenses statistiques de leur travail ininterrompu (près de 70 ans) permet de prévoir les doses de radiation dans l’espace circumterrestre, ce qui a une très grande importance lors de la planification de missions spatiales», explique-t-il.

Les mesures directes effectuées dans le cadre de l’expérience PAMELA ont permis de vérifier la précision de la fonction de réponse des moniteurs à neutrons qui établit la corrélation entre le spectre des rayons cosmiques arrivant à la limite de l’atmosphère terrestre et le nombre de neutrons enregistré par le dispositif.

Dans le cadre de ce travail a été également effectué un calibrage des moniteurs à neutrons terrestres à l’aide des données obtenues lors de l’expérience spatiale PAMELA.





Source link

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut