D’abord, il faut bien savoir ceci : Dans toute idée, il faut chercher à qui elle va et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité .

La violence ? On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

J’ajoute : Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses. Là où il y a une volonté, il y a un chemin.

Croyez-moi, ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes.

Quant aux macroniens, d’abord ils vous ignorent, puis ils se moquent, puis ils vous combattent, puis vous avez gagné.

Tout le monde sera d’accord avec ça. Heu, heu : les deux premières phrases sont de Bertolt Brecht, la troisième de Karl Marx, la quatrième de Lénine, la cinquième de Rosa Luxembourg, la sixième de Gandhi.

Théophraste R. (Adepte de la conscientisation politique des masses).

PS. Les types qui se déclarent apolitiques, ce sont des réactionnaires, fatalement (Simone de Beauvoir).





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *