Aller à…
RSS Feed

12 décembre 2018

Les Gilets Jaunes commencent à bloquer les banques, les centres des impôts et demandent la dissolution de l’Assemblée Nationale



mercredi 28 novembre 2018






ça c’est pour ceux qui disaient que ce mouvement ne visait pas assez haut…







Les Gilets jaunes bloquent la Banque de France à Carcassonne


Ce matin, les Gilets jaunes de Carcassonne en colère ont poursuivi leur stratégie de blocages de représentations de l’Etat, en s’en prenant cette fois à la Banque de France, rue Jean Bringer.


Nouvelle opération ponctuelle ce matin, dans le centre-ville de Carcassonne, devant les grilles de la Banque de France. Même s’il ne reste plus que 6 salariés dans l’établissement, qui s’occupe notamment des dossiers de surendettement dans l’Aude, les Gilets jaunes ont voulu atteindre “un symbole”.


Mardi le même groupe d’une quarantaine de personnes était parvenu à bloquer et faire fermer la Cité administrative de la Trivalle et le Centre des finances publiques de l’avenue Pierre Sémard. “L’important c’est que le message remonte jusqu’à Paris” a expliqué le porte parole désigné du groupe Philippe Fougères. Dans l’après-midi les actions devaient se concentrer sur le péage Carcassonne-Est de l’A61.


Source: L’indépendant






Gilets jaunes : manifestation au centre des impôts de Gap


Ce mercredi 28 novembre, le mouvement se poursuit avec pour mot d’ordre “d’impacter directement l’État”. Une cinquantaine de personnes ont manifesté devant le centre des impôts, à Gap.


18 HEURES | MANOSQUE. Le barrage filtrant était bien reconduit, ce mercredi encore, pour les accès d’entrée/sortie de l’A51. Ils ont été de 70 à 80 manifestants dans la journée, avec un pic en soirée.


14 HEURES| GAP. Il y a finalement bien un rassemblement devant la préfecture des Hautes-Alpes : ils sont une vingtaine de Gilets jaunes postés devant l’entrée.


Source: Le dauphiné






GILETS JAUNES : LES CENTRES DES IMPÔTS PRIS POUR CIBLE DANS 55 DÉPARTEMENTS


Solidaires Finances Publiques, l’un des principaux syndicats du fisc, a recensé plus de 130 actes durs et violents à l’encontre des centres des finances publiques et de leurs agents.
Pas de sortie de crise en vue. Emmanuel Macron espérait certainement un estompement du mouvement, suite à la présentation de sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la réception des gilets jaunes par le ministre de l’Ecologie, François de Rugy. Il n’en est finalement rien. Les gilets jaunes gardent eux aussi le cap et les manifestations du week-end prochain seront maintenues, à Paris comme dans le reste de l’Hexagone. Si la plupart des actions observées sur le terrain sont des barrages filtrants, des opérations escargot et des occupations de péages, certains débordements ont encore été recensés ces derniers jours.


Solidaires Finances Publiques, l’un des principaux syndicats de la Direction générale des finances publiques (DGFIP), a ainsi relevé 134 actions violentes dans 55 département, à l’encontre des centres des impôts, sur les 10 jours de mobilisation. Le syndicat, qui exprimait ses craintes de voir ses agents devenir “les boucs émissaires des choix gouvernementaux” depuis le début du mouvement, déplore une multiplication des dérapages. Dans la nuit de mardi à mercredi, un feu provoqué devant un centre de Chalon-sur-Saône a engendré des dégradations matérielles. Aujourd’hui, un blocage devant un centre des finances publiques de Castres a par ailleurs obligé les forces de l’ordre à intervenir, pour évacuer les agents du fisc.


“On cible des centres des finances publiques, qui ne sont en rien responsables de la politique fiscale du gouvernement, regrette Anne Guyot-Welke, porte-parole du syndicat. Les agents ne sont en rien responsables du mécontentement et nous formulions d’ailleurs depuis longtemps un appel à la justice fiscale”. La syndicaliste rappelle qu’un certain nombre des fonctionnaires de la DGFIP partagent les revendication des gilets jaunes. Solidaires Finances Publiques exhorte maintenant la direction des finances publiques à prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection de ses agents.


Source: Capital 


Certains gilets jaunes sont allés jusqu’à murer les portes de préfectures et centres des impôts:

 Le message est clair: “Nous sommes dans l’urgence, #EmmanuelMacron est dos au mur […] Nous attendons la dissolution de l’#Assemblée nationale.”




Lien connexe:


Retrouvez l’ensemble des articles sur les gilets jaunes parus sur le site dans la nouvelle page correspondante.


Revue de presse Fawkes News







Source link

Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
free online course

Une réponse “Les Gilets Jaunes commencent à bloquer les banques, les centres des impôts et demandent la dissolution de l’Assemblée Nationale”

  1. Thierry Theller
    29 novembre 2018 à 8 h 00 min

    UN PEUPLE AUX ABOIS

    La France a bien de la chance. Son président adore la justice… l’abondance… surtout la sienne et, bien sûr, celle de ses amis.
    Faut dire que ceux-ci le lui rende bien. Tellement, d’ailleurs, qu’ils lui ont « acheté » plein de Chaînes TV Caniches, de façon à ce que leur petit protégé et auguste ami puisse leur exprimer, comme il convient entre gens du même monde, toute Sa gratitude.

    Du reste, ses richissimes bienfaiteurs n’en attendent pas moins de lui. Car, quoi ! Un « Trône présidentiel », ce n’est tout de même pas rien !

    Aujourd’hui, ce président-là, noyé dans une France trop grande pour lui, le sais mieux que quiconque. Sauf que, comme ce n’est pas un ingrat, « IL » ne néglige jamais le partage entre amis. Ni l’entre-soi entre coquins du même bord.

    Ce n’est pas comme un certain de Gaulle qui, lui, passait son temps à relever de ses cendres sa patrie outragée et perdait son temps à rendre aux Français, outre leur dignité, mais aussi l’assurance que leur pays ne les abandonnait pas.

    En revanche, ce que les « Gilets jaunes » seraient bien surpris d’apprendre, c’est que « leur » président, la chose qu’il adore le plus, c’est l’Équité. Une Équité à toute épreuve. Si fait, citoyens !

    La preuve ? Elle est là sous leurs yeux !

    Il n’est que de voir, quand « Il » se pavane drapé dans sa superbe, que ce président-là est incapable de faire la moindre différence – Équité oblige – entre la pauvreté criminalisée et le crime de la pauvreté.
    Et que personne – non personne ! -, ne le verra jamais un pied dans les culs de basse fosse mondialistes, sans voir l’autre qui écrase les mains qui se tendent d’un peuple aux abois.

    Reste une question. Se prendre les deux pieds dans le tapis de la colère populaire, ça s’appelle comment ???

    GILETS JAUNES / MORT D’UN MANIFESTANT ! TPMP MANIPULE UNE MAMIE ! ZAP CHOC
    https://www.youtube.com/watch?v=BD7xFZxzLUA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up