Economie

URL courte

Les menaces américaines d’interrompre la construction du gazoduc Nord Stream 2 n’ont pas ébranlé la certitude du PDG de Gazprom Alekseï Miller quant à la réalisation du projet.

Le PDG du géant russe Gazprom Alekseï Miller s’est dit sûr que le projet Nord Stream 2 serait mené à terme malgré toutes les menaces des États-Unis.

«Vous voyez bien: nous avons déjà construit 200 km. Le reste sera terminé», a-t-il assuré à un journaliste du quotidien Kommersant.

Le patron de Gazprom a ainsi répondu aux propos de l’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne Gordon Sondland.

Ce dernier a déclaré mardi 13 novembre que Washington avait de «nombreux instruments» pour arrêter la construction du gazoduc, une construction qui rendrait vulnérables l’Europe et, par conséquent, les États-Unis.

Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.200 kilomètres reliant le littoral russe à l’Allemagne, par la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le coût du projet est évalué à près de 10 milliards d’euros.

Les États-Unis ont auparavant à plusieurs reprises demandé aux pays européens de ne pas participer au projet Nord Stream 2, brandissant la menace de sanctions à leur égard.

Début novembre, le groupe Nord Stream 2 AG a annoncé avoir posé 200 kilomètres de gazoduc dans le fond de la mer Baltique.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *