La martingale est certes subtile mais risquée : réhabiliter Pétain pour autoriser la collaboration avec le fascisme sioniste. Puisque Pétain est le symbole de la collaboration, sa réhabilitation est synonyme d’un feu vert implicite pour s’allier avec la vague populiste anti-musulmane et, par ricochet, favorable à Israël.

C’est de la haute voltige, certes, mais le jeu est ouvert et confié à des maîtres attitrés. Pas tout le monde ont en effet autorisation de lancer les dés.

C’est ce qu’a appris à ses dépens Emmanuel Macron quand il a osé emboîter les pas aux hommages élogieux envers le vainqueur de la grande guerre. Et pour cause, la paix offerte aux nostalgiques de Vichy est conditionnée par une alliance de guerre contre l’islam.

Recomposer en somme le tandem historique Pétain-Hitler, mais contre les musulmans, cette fois, ainsi est le deal.

En tout cas c’est à ce prix là, et uniquement ce prix là, qu’Israël octroie sa précieuse onction, désormais indispensable pour les extrêmes-droites du monde entier.

C’est aussi ce qui explique le silence du lobby israélien, traditionnellement très prompt à lever ses redoutables boucliers à la moindre intrusion dans son arrière cour idéologique, devenue depuis une mine d’or sonnante et trébuchante.

En fait tout le monde est unanime que les conditions d’avènement de ces terribles régimes de rupture, qui remplissent le vide entre deux fossés idéologiques par des millions des cadavres, sont toutes réunies aujourd’hui.

Marchés en crises, peuples en colère et politiques incompétents, les mêmes conditions en effet que celles des années trente.

Cependant cette martingale sioniste est incertaine comme tout jeu de hasard. Elle peut bien s’avérer pour cause celle de la roulette, autrement dit à deux sorties : rouge ou noir.

Le rouge en effet de ces ouvriers déshérités qui se retournent violemment à l’improviste contre leurs exploitants afin d’en découdre avec eux. Ou le noir de ces chemises brunes qui défilent déjà en rangs serrés et s’entraînent aux maniement des armes, fixant le musulman pour ennemi et prenant le sioniste pour inspirateur et allié.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *