L’analyse d’arbres généalogiques qui regroupent en tout 400 millions a permis à des chercheurs d’établir la liste des facteurs essentiels expliquant la longévité et de parvenir à la conclusion que les gènes ne jouaient pas un rôle aussi important qu’on le pensait.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *