Société

URL courte

Invitée de l’émission 60 minutes, la comédienne américaine Pamela Anderson a qualifié la troisième vague du féminisme d’«ennuyeuse» et déclaré que le mouvement #MeToo était «trop». De telles déclarations de la vedette américaine ont conduit des utilisateurs des réseaux sociaux à donner leur sentiment sur ce sujet.

Confiant être féministe, Pamela Anderson a toutefois affirmé lors de l’émission 60 minutes que le féminisme pouvait «aller trop loin» et que sa mère lui disait de ne pas monter dans des chambres d’hôtels avec des inconnus.

«Je pense que ce féminisme peut aller trop loin. Je suis féministe mais, à mon avis, cette troisième vague du féminisme est ennuyeuse. Je crois que cela paralyse les hommes», a-t-elle souligné.

Et d’ajouter:

«J’estime que ce mouvement #MeToo est un peu trop pour moi. Je suis désolée, je serai probablement tuée pour avoir dit cela mais ma mère m’a appris à ne pas monter dans une chambre d’hôtel avec un inconnu.»

Les propos de l’actrice canado-américaine sont provoqué d’abondants commentaires sur les réseaux sociaux.

«Pamela Anderson fait exploser le mouvement #MeToo, elle dit que le féminisme peut “aller trop loin”.»

«Pamela Anderson fait exploser le mouvement #MeToo en disant que le féminisme peut “aller trop loin”. Êtes-vous d’accord avec Pamela?»

«Pamela Anderson dit que le mouvement #MeToo “paralyse les hommes”.»

Certains internautes ont remarqué que Pamela Anderson était une des rares célébrités à avoir critiqué le mouvement.

«Pamela Anderson rejoint le petit groupe des célébrités féminines qui ont critiqué en public le mouvement #MeToo.»

Il y a ceux qui ont soutenu le point de vue de la comédienne.

«Pamela Anderson affirme à juste titre que #MeToo est allé trop loin et qu’il plutôt paralyse les hommes. Un pas de trop. J’applaudis son bon sens!»

Outre Pamela Anderson, d’autres célébrités se sont également exprimées d’une manière plutôt négative à l’égard du mouvement. Le 9 janvier dernier, un collectif de 100 femmes, dont l’actrice Catherine Deneuve, a même publié une tribune dans Le Monde pour défendre ouvertement «une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle». Les femmes dénoncent dans leur lettre le «puritanisme» et la «haine des hommes» du mouvement #MeToo lancé dans le contexte de l’affaire du harcèlement sexuel.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *