A propos de la fresque représentant Dieudonné à Sélestat, David Fontaine du Canard Enchainé tout en nuance journalistique balance : « ce graff géant réinterprète en noir et blanc un cliché de l’humoriste antisémite effectuant un de ses gestes fétiches : le doigt levé pour dire « au dessus c’est le soleil », en référence au caractère « sacré » de la shoah, avec un rictus censé singer le facies caricatural d’un rabbin… » et il conclu sont article tout en nuance par : « le maire Bauer et le conseiller Sitzenstuhl seront sûrement ravis de montrer au ministre (visite de Bruno Lemaire en novembre) la fresque antisémite dont s’enorgueillit leur commune…» Résumons : Et je suis certain que la plume (défraichie) du Canard est allée sur place pour enquêter…

– humoriste antisémite

– rictus censé singer le facies caricatural d’un rabbin

– fresque antisémite…

Il a oublié ce brave barboteur, de mentionner le geste de la quenelle, qui selon Alain Jakubowicz, l’a comparé a un « salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah ». Hey mec ! Quant on fait un sale boulot, faut aller jusqu’au bout, merde quoi !

—————————————-

Tout a commencé lorsque une élue des verts au conseil municipal s’est offusquée de voir ce tag ornant depuis deux ans un mur de 3 mètres sur 6, entre deux barres HLM du quartier de la filature, au nord de la commune. La pauvrette je cite « n’en peut plus de voir cette fresque à chaque fois qu’elle passe devant. « Il n’y a aucune raison qu’on continue de promouvoir comme ça une personne qui a été condamnée pour faits discriminatoires ». Vite le SAMU d’aide psychologique !!! Elle se lamente, car les habitants de la citée HLM, (qui ont certainement mieux à faire) ne se focalisent pas sur « ce point crucial » Elle continue donc sa croisade effrénée…« Ça n’a fait réagir personne à l’époque », regrette-t-elle. Elle a ensuite adressé un courrier au cabinet du maire pour demander de masquer « la chose immonde » : Une demande restée sans réponse.(pour une fois un maire aurait-il toute se tête ? » Elle a alors décidé d’employer les grands moyens en adressant un courrier au Canard Enchainé. Pourquoi ? « J’en ai assez de cet humanisme de façade qu’on affiche partout, alors que derrière, on n’est pas humaniste dans nos démarches. Il ne suffit pas d’avoir une bibliothèque humaniste pour l’être »… Et dire que le Canard a prit faits et causes pour cette illuminée du haut Rhin…Décidément tout fout l’camp !

On a eu la Morano, puis la O’petit… Mais surtout des Schiappa’s comme si il en pleuvait…Elles sont partout ces redresseuses de tord qui ne font que du vent, tout en pissant dans des violons désaccordés… Alors que les vrais problèmes eux stagnent ou enfoncent la population dans la précarité. Justement ca se passe sur les murs d’une cité, où la vie n’est pas un long fleuve tranquille : insécurité, chomage…Mais ce qui est important pour cette tite Caroline Reys, c’est LA FRESQUE…Mais qui peut bien voter et faire élire de telle gourdasse bon sang de bois ? Avons-nous tous perdu le ciboulot, jusqu’aux journalistes du Coincoin ?

L’objet du délire :

Selon France bleue, quand on arrive à l’entrée de la ville de Sélestat, on aperçoit difficilement la fresque. Elle est située derrière un garage. Elle est cachée derrière des arbres le long d’une piste cyclable. Il faut contourner une barre HLM et là, on découvre « l’horreur » qui empêche de dormir les braves gens et réveille les défunts…En parlant de ça, et c’est là, la raison du courroux de dame Reys (te calme…) « le délit » se trouve à mi distance entre le monument aux morts et le cimetière juif. Et particulièrement sur le trajet des élus et des citoyens participant à la journée commémorative de la déportation une fois l’an chaque dernier dimanche d’avril. La Schiappa’s sister embraye à fond les bananes : « les participants à ce recueillement sont contraints de passer devant ce portrait qui les harangue, et la simple vue de cette fresque rouge ( ??? En fait elle est noire…Daltonienne la Caroline ?) est une insulte à la mémoire de toutes celles et ceux que l’on honore ce jour-la »… Un portrait qui harangue ??? Franchement ma pauvre fille que peut-on faire pour t’aider ?

Par cette histoire qui se noie dans un verre d’eau, mais relayée par un Fontaine… Je reste songeur qu’un journal, dont j’ai tellement d’admiration depuis toujours ait dans sa rédaction un David, qui tire à vue comme le reste de la meute dans un hallali de plus de 10 ans sur un humoriste qui je sache, n’a jamais tué personne, à par qui peut être les limites de l’humour de notre époque ont été chamboulées…

Pour cet article ce n’est plus Le Canard Enchainé, mais Le Canard Tristement Enchainé. Amen et que Dieudo en sa sainte grâce mon frère David te bénisse !

Georges Zeter/novembre 2018



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *