Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Eloge de la colère et des bons chasseurs



Les psychologues trouvent des vertus à la colère qui sert au maintien de l’intégrité physique et psychique de celui qui l’exprime. Elle est souvent l’affirmation d’une volonté altruiste, d’une solidarité, une réponse à l’injustice ou à une agression.

Moi, par exemple, si des hommes armés me sortent du lit à 7 heures, fouillent mon appartement, je suis en colère. Il faut avoir le sang-froid d’un serpent ou d’un énarque pour rester calme. Si j’apprends qu’on fouille aussi mon entreprise et si on m’empêche d’y entrer, j’essaie de forcer le passage en parlant cru et dru.

En politique, il n’est pas une conquête sociale qui n’ait été acquise sans la colère d’un peuple. Tel qui a fait tomber la Bastille, affronté les 200 familles, foncé derrière une armée nazie en déroute n’a pu le faire sans colère.

Quiconque a négocié avec son maître en baissant les yeux et en tournant son béret dans ses mains est inapte à conduire un changement.

Mordre un chauffeur de taxi comme le fit une député LREM, casser à coups de casque de moto la tête d’un responsable PS comme le fit un député LREM, traiter les climato-sceptiques de « connards » comme le fit Nathalie Kosciusko-Morizet, lancer à un citoyen « Casse-toi pov’ con », qualifier les électeurs de Mélenchon d’« abrutis » comme le fit un journaliste en vue (Eric Brunet), repérer dans le peuple les alcooliques, illettrées, fainéants, gens de rien, comme le fit Macron, traiter de merde un journaliste de FR comme osa le faire Mickaël Nogal, député LREM du 31, traiter des adversaires politiques de putes, de pouffiasses et inviter un maire (Jean-François Copé) à aller niquer sa mère, comme le fit Rayan Nezzar, l’éphémère (et pour cause) porte-parole de LREM, passe encore. Mais vouloir pourrir la vie de ceux qui vous calomnient, ah ! non, pas de ça, lider maximo, caudillo, duce, führer !

Les médias nous mentent, les médias appartiennent à la finance

La classe politique quasi unanime leur lèche les bottes et les talons aiguilles. Cette bande organisée travaille à convaincre le peuple que pousser un cri devant des flics ou un juge c’est roter dans le salon de la comtesse, que contredire un journaleux c’est pisser dans un vase vénitien.

Et n’avons-nous pas des proches qui, de concert avec ceux qui leur « pourrissent » la vie, déplorent les outrances verbales ou comportementales de Jean-Luc Mélenchon, en exigeant inconsciemment qu’il ne soit pas comme nous : simplement (et heureusement) humain (1) ?

Théophraste R. (Editeur de l’annuaire en 10 volumes des pourritures politico-médiatiques).

(1) Devenu ange après sa mort, Merluchon descendit du ciel vers Aubagne et il vit que cela était bon. Hélas, Judas le décrivit aux chasseurs comme une bartavelle et…

En prime : la chasse à la mélenchonnette énervée : https://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut