Aller à…
RSS Feed

18 septembre 2020

Migrants: L’Algérie mouton noir de l’ONU | Brèves



Felipe Gonzalez Morales, rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme des Migrants

Les lois, les témoins et les rapports sont là pour démentir les accusations lancées contre le pays. Entre l’Algérie et le Niger, il existe un accord sur le rapatriement, signé en décembre 2014.

Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un geste, disait Napoléon. Et parfois guère plus de quelques mots, pourrait-on ajouter. Hier, un responsable des droits de l’homme aux Nations unies a appelé l’Algérie à «cesser immédiatement les expulsions de migrants» africains vers le Niger. «J’appelle le gouvernement algérien à cesser immédiatement les expulsions collectives de migrants» africains «vers le Niger», a écrit Felipe Gonzalez Morales, rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme des Migrants. De quoi s’agit-il exactement? Que reproche-t-on à l’Algérie? Selon les estimations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Algérie a expulsé 35.600 migrants nigériens depuis 2014, dont plus de 12.000 depuis le début 2018, vers le… Niger! Où réside le problème lorsque des Nigériens retournent dans leur pays? L’Algérie a bien ouvert ses portes pour accueillir ses enfants expulsés d’Allemagne. Lorsque la chancelière Angela Merkel s’est déplacée, le mois dernier, pour régler les ultimes formalités concernant le rapatriement des Algériens présents illégalement sur le sol allemand, l’ONU n’a pas sommé ce pays européen de cesser les expulsions! Ce qui est bien pour l’Allemagne, l’est-il moins pour l’Algérie? «Parmi les migrants, nombreux vivaient et travaillaient depuis plusieurs années en Algérie, où leurs enfants étaient nés et scolarisés», s’est indigné M.Morales. C’est le cas aussi pour de nombreux algériens qui n’ont pas réussi à régulariser leurs papiers sous d’autres cieux. La raison du refus de ces pays européens d’accepter les migrants algériens a été expliquée par la chancelière «l’Algérie est un pays sûr où il n’y a pas de guerre». Le Niger est-il en guerre? Si ce n’est pas le cas, pourquoi alors tomber dans le ridicule et s’étonner que des Nigériens retournent au Niger? «Les migrants sont raflés à leurs domiciles en pleine nuit (…) Sans même avoir le temps de s’habiller, de prendre leurs affaires et leurs économies», justifie le rapporteur onusien qui affirme aussi que les policiers algériens violentent les migrants avant de les abandonner à la frontière du Niger. «L’OIM a critiqué à plusieurs reprises le traitement des migrants africains par l’Algérie, et notamment ces opérations de rapatriement forcé», est-il indiqué. Et pourtant! Les lois, les témoins et les rapports sont là pour démentir ces accusations et ces mensonges. En premier lieu, il faut rappeler qu’entre l’Algérie et le Niger, il existe un accord sur le rapatriement, signé en décembre 2014. Il ne s’agit donc pas d’expulsion comme tentent de le faire croire en vain certaines voix critiques envers l’engagement de l’Algérie sur ce dossier. Ensuite, il y a lieu de préciser que les migrants lors de leur rapatriement bénéficient de toute l’assistance requise pour leur prise en charge.
A ce propos, il faut signaler que l’Algérie dispose à Tamanrasset, Laghouat, Ghardaïa ou encore In Salah, de centres d’accueil aménagés pour héberger, soigner et nourrir les migrants. L’autre confirmation que les migrants sont accueillis en Algérie dans des conditions décentes en respect absolu de la dignité humaine, est constituée par les déclarations des représentants de l’Organisation internationale de migration en Algérie (OIM) et du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR). M.Pascal Reyntjens pour l’OIM et M.Hamdi Boukhari pour le HCR, qui ont assisté, fin juin dernier, au déroulement de la 83e opération de rapatriement de migrants originaire du Niger, ont salué l’engagement humanitaire de l’Algérie, à travers une mobilisation et une coordination des différents services et institutions en sus de l’implication dynamique du Croissant-Rouge algérien. Citons enfin le dernier rapport du département d’Etat américain sur les migrants.
Ce rapport a rétabli des vérités. «L’Algérie fait toujours face au flux d’immigrés qui entrent clandestinement dans le pays avec l’aide des réseaux de passeurs et de contrebandiers (…) Le pays a maintenu en 2017 les efforts engagés pour la protection des migrants (…) Le gouvernement a déployé des efforts considérables en augmentant le nombre d’enquêtes..», a souligné ce rapport mondial présenté par le secrétaire d’Etat Mike Pompeo. Il ne s’agit pas là de déclarations d’officiels algériens visant à encenser le rôle du pays dans ce dossier et encore moins d’organisations algériennes que l’on aurait pu accuser de partialité.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/301600-le-mouton-noir-de-l-onu.html



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut