Aller à…
RSS Feed

19 septembre 2020

Bruno Julliard dans la tourmente de l’affaire Noctis



Rédigé par Notre équipe le 05 octobre 2018.

Le journal Valeurs actuelles révèle un nouvel épisode d’une situation de plus en plus embarrassante pour l’ex-premier adjoint d’Hidalgo. Une enquête est ouverte au sujet d’un potentiel conflit d’intérêts à la Mairie de Paris.

L’affaire remonte à juillet 2017 : l’ancien président de l’UNEF épouse Paul Le Goff, qui devient en novembre 2017 directeur juridique de la société Noctis, un empire de la vie nocturne parisienne. Or, il se trouve que Bruno Julliard, premier adjoint d’Hidalgo en charge de la culture, est, entre autres, chargé des questions relatives à la nuit… Et qui attribue les concessions des lieux de fêtes disponibles dans l’espace public parisien ?  C’est Bruno !

Valeurs actuelles révèle dans son article du 4 octobre que le Parquet national financier a saisi l’affaire le 10 juillet dernier et mène l’enquête au sujet de possibles « faveurs répétées dont aurait bénéficié la société Noctis » dans l’attribution de l’ancien Showcase, une boite de nuit branchée de la capitale… Il faut dire que l’appel d’offres fut remporté au moment même où Paul le Goff fut embauché.

Heureux hasard du calendrier, ou pur favoritisme ?

L’enquête concerne également l’occupation du site des Jardins de Bagatelle au Bois de Boulogne. Le journal rappelle qu’en 2014, Noctis entre de 50% dans le capital de la société des Jardins, puis rachète les autres 50% en 2016… sans qu’aucun appel d’offres ne voie le jour ! Et avant que le propriétaire historique de l’établissement soit incarcéré dans la foulée.

Selon un avocat du Barreau de Paris, l’affaire pourrait cumuler « deux délits » : « prise illégale d’intérêts et favoritisme » à condition que l’on « parvienne à démontrer que Bruno Julliard a attribué les concessions des lieux de fêtes à la société Noctis, en contrepartie de l’emploi, par cette dernière, de son mari Paul Le Goff ».

Au printemps dernier, un appel d’offres est lancé et Noctis est toujours sur les rangs, bien qu’en redressement judiciaire. Résultat dans un mois.





Source link

Mots clés: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut