Aller à…
RSS Feed

18 septembre 2020

Les pantins, moins ils agissent et plus ils bavardent.



Macron appelle l’Onu à maintenir sa vigilance sur Pyongyang

Reuters, mercredi 26/09/2018 à 17:54

NATIONS UNIES (Reuters) – Le Conseil de sécurité de l’Onu doit rester vigilant sur la question du nucléaire nord-coréen et ne pas perdre de vue la menace que fait peser Pyongyang sur la région, a déclaré Emmanuel Macron mercredi, à quelques semaines d’un possible nouveau sommet Trump-Kim. “La gestion de cette crise connaît aujourd’hui une nouvelle étape grâce à l’initiative (du président américain Donald Trump) de dialoguer directement avec le président” nord-coréen, a dit le chef de l’Etat français, lors d’une réunion à l’Onu consacrée à la question de la non-prolifération nucléaire.

“La France salue et soutient ses efforts ainsi que ceux menées par la Corée du Sud”, a-t-il ajouté. Mais “à aucun moment le Conseil de sécurité ne doit perdre de vue que la Corée du Nord continue de représenter une menace nucléaire et balistique pour la région et pour le monde”. “La France attend du régime de Pyongyang des gestes concrets démontrant sa volonté réelle de s’engager dans un processus de démantèlement de son programme nucléaire et balistique de façon complète, vérifiable et irréversible”, a-t-il dit. “Dans l’attente de ces gestes, le dialogue doit s’accompagner d’une application rigoureuse des sanctions décidées par ce conseil”.

Donald Trump a tenu un premier sommet historique avec Kim Jong-un le 12 juin à Singapour, au cours duquel le numéro un nord-coréen a promis, en termes vagues, d'”oeuvrer” à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Le secrétaire d’Etat américain a fait savoir mercredi que le prochain sommet pourrait se tenir après le mois d’octobre. (John Irish aux Nations unies, Marine Pennetier à Paris, édité par Yves Clarisse)

Venezuela: Paris soutient la démarche de six pays auprès de la CPI

Reuters, D. 30/09/2018 à 12:17

PARIS (Reuters) – La France a apporté son soutien samedi à la démarche de cinq pays latino-américains et du Canada qui ont demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d’enquêter sur des accusations de crimes contre l’humanité visant le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Dans un communiqué, la présidence de la République indique que la France est “vivement préoccupée par les derniers développements liés à la crise au Venezuela, en particulier la détérioration de la situation économique, qui contraint des centaines de milliers de citoyens vénézuéliens à s’exiler et à trouver refuge dans l’ensemble du continent sud-américain et au-delà.”

Faisant référence à l’initiative lancée cette semaine par les six pays, l’Elysée estime que “les efforts de la Cour pénale internationale sont de nature à établir les faits qui ont conduit à cette crise et à contribuer ainsi à y trouver une issue”.

Les présidents du Pérou, d’Argentine, du Chili, de la Colombie, du Paraguay et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont demandé par écrit à la procureure de la CPI Fatou Bensouda, qui a lancé en février un “examen préliminaire” contre le Venezuela pour usage de la force excessif et arrestations arbitraires, d’aller plus loin en enquêtant sur des accusations de crimes contre l’humanité. (Yann Le Guernigou, édité par Jean-Stéphane Brosse)



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut