Aller à…
RSS Feed

28 septembre 2020

Pourquoi ce grand silence politique sur la litanie de faits divers de plus en plus violents qui émaille le quotidien des Français ?…



C’est le sentiment de beaucoup qu’il y a une volonté politique de minimiser les faits de plus en plus violents, qui touchent notre société. Au point que beaucoup de citoyens évitent de sortir, c’est très grave d’en arriver là. Les médias utilisent la « novlangue » pour lisser les évènements. Personne n’est dupe mais chuuut !… Le criminologue Xavier Raufer, s’exprime sans langue de bois (ça change) sur le site Atlantico. Partagez ! Volti

********

Auteur Xavier Raufer pour Atlantico

Braquage au molosse, attaques à la batte de baseball, coups de poignard mortels…
La multiplication d’agressions et d’actes violents ces derniers jours (le bus à Angoulême ou bien encore le meurtre du chef de la police municipale Pascal Filoé à Rodez) n’a pas fait réagir la classe politique. Ces violences empoisonnent pourtant la vie des Français.

Atlantico : Comment interpréter cette recrudescence de faits-divers violents ? De quoi est-ce le marqueur ?

Xavier Raufer : D’abord : Interpréter dans le champ du social, c’est poser un diagnostic – exercice impossible sans vocabulaire étalonné.

En médecine, où la vie des gens est en jeu, c’est la cruciale nosographie, description méticuleuse des maladies et symptômes, partant de termes d’une précision – justement dite « chirurgicale ». En criminologie, ou la vie des gens est autant en jeu, pareil. Donc par pitié, pas de faits-divers, expression du mépris de caste de journalistes soumis. Il s’agit bien plutôt de crimes traumatisant tous un quartier et une famille. Votre fils part fêter son anniversaire, on vous ramène un cadavre en sang. Ces médias écumant au moindre gros mot devraient mieux orienter leur sensibilité.

Sur le fond : nous récoltons ce que Taubira, Cazeneuve et leurs médias aux ordres, ont semé. Des voyous ont la bride sur le cou. Partout en France, Ils lynchent, surinent, s’entretuent à la kalachnikov. D’autant que – comme récemment prouvé dans Atlantico pour la Justice – le gouvernement Macron-Philippe ignore la sécurité. Un ministre de l’intérieur quasiment en cavale et une garde des Sceaux donnant la pénible impression de tomber de l’armoire. Quant au président, il n’a nul intérêt pour la sécurité : les grands flics – qui ont du flair – le sentent. Quand il aborde le sujet, il y a un peu en lui de Marie-Antoinette : « qu’ils mangent de la brioche ». L’effet sur les racailles est évident – il y a même un proverbe pour cela : « Quand le chat n’est pas là, les souris dansent ».

L’insécurité et la violence « gratuite » inquiètent les citoyens, mais ces affaires sont rarement vues comme significatives par les études concernant la hausse des violences. Quel poids leur accorder ? N’y-a-t-il pas un décalage entre les statistiques qui recensent ces agressions et le carnet de bal des faits divers tel qu’on le voit dans la PQR tous les jours ?

Quand les médias-du-système parlent avec mépris de « politiser des faits-divers », ils font comme leurs géniteurs maoïstes qui, naguère en Chine, exaltaient la révolution devant de misérables esclaves crevant de faim.

De même, nier le réel criminel est absurde – voire contre-productif. Ces propagandistes de la collective Pravda du vivre-ensemble on beau peindre Malmö en aimable thébaïde, appeler « rixe » des émeutes ; « délinquants » des tueurs ; dire « subtiliser » ou « dérober » pour éviter le mot vol ; hypnotiquement écrire « personne » pour anonymiser le criminel, ils n’arriveront à rien. Pas plus qu’en jouant les Précieuses Ridicules, en baptisant un taulard « personne-en-situation-de-privation-de-liberté ».

Comme ils sont choisis par Niel, Drahi & co. pour être dociles, pas savants, rappelons-leur l’inanité d’antérieures vagues de censure : L’inquisition n’a en rien freiné la Réforme ; et l’Okhrana (services secrets tsaristes), qui contrôlait toute la presse russe et corrompait allègrement celle du reste de l’Europe, n’a pas retardé la révolution d’Octobre.

Donc à l’instant, le système visse un couvercle sur une cocotte-minute, ce qui n’est jamais bon. Quelles études sérieuses sont faites sur ces sujets criminels par les services officiels ?
Aucune – les médias-du-système intimident les fonctionnaires pour qu’ils s’écrasent. Il y a d’excellents rapports parlementaires – que nul officiel ne lit. Restent les criminologues et des médias libres, comme Atlantico.
…/…

Lire l’article complet

Source Atlantico

Voir:

Henri Guaino : « La démocratie est en train de se dérober sous nos pieds »

Ces indigénistes qui s’invitent dans les écoles de certains quartiers

Ailleurs :

Et, que l’on ne vienne pas nous parler de « racisme », populisme, thèses nauséabondes, soutien au FN, fascisme ou autres, etc… Ce sont des faits, rien que des faits. Aucun parti ne pourra endiguer cette violence, seule une politique réellement volontaire le pourra, encore faudrait-il que ces même politiques, de quelques bords qu’ils soient, n’aient pas la volonté cachée de fomenter des troubles en laissant pourrir la situation, à moins qu’ils ne soient plus que laxistes et plutôt, d’une rare incompétence, qu’ils comptent sur une confrontation civile, pour résoudre ce problème qui leur a échappé depuis longtemps. Les « hors la loi » sont rassemblés eux, pas comme les citoyens lambda, chacun dans leur coin. Au nom de la sécurité on fiche la population et, les malfrats eux ??? On met en examen des policiers qui ont pour mission de faire respecter la loi, qui doivent mettre des « gants blancs » pour faire leur boulot. Aucune région ni pays, n’est épargné. Infos récentes rien qu’en France :

Vienne (Autriche) : trois femmes âgées de 65, 67 et 75 ans tabassées au sol à un arrêt de bus par un migrant syrien

Guerilla urbaine à Mulhouse (68) : les policiers pris pour cibles par des groupes organisés

Nous cherchons des informations à propos de cette horrible agression commise à Nice (MàJ : La victime serait un SDF polonais, la police traque les auteurs)

Macron à un jeune ex-braqueur à Saint-Martin : « Faut pas refaire des bêtises, hein ? » **sinon pan-pan cul-cul

**)

Toulouse : Couteau, revolver, eau bouillante, deux policiers violemment agressés

Angoulême: Après l’attaque d’un bus à Angoulême, le maire parle d’un «phénomène de bandes très inquiétant»

Lille: Un chauffeur de camion poubelle agressé au couteau pour avoir klaxonné

Marseille: Un stock d’armes approvisionnées découvert par hasard

Et ce n’est qu’un échantillon….



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut