Aller à…
RSS Feed

26 septembre 2020

Les impôts ne font pas l’économie de la comm’ !



L’heure est au sauvetage du caporal Macron. Conspué par les Français, en plein décrochage dans les sondages, incapable de gérer les finances publiques, le Macron est usé, mais pas anéanti. Quand rien ne va, c’est à la communication de mettre les bouchées doubles. Sans surprise, c’est sur les impôts que la première séquence de la semaine se joue. Le Gouvernement annonce pas moins de six milliards d’euros de baisse d’impôts pour 2019. Un chiffre fabriqué grâce à des tours de passe-passe grossiers qui ne trompent (presque) plus personne.

Un peuple français mécontent ? Allez, il est temps de faire des cadeaux et de donner un peu de pain à ces gueux de citoyens. Telle est la réaction sous les ors de la République. Mais que faire pour satisfaire les Français ? La réponse est toute trouvée : des baisses d’impôt. Mais comment faire puisse que la pression fiscale s’est encore accrue depuis un an ? La réponse a été trouvée au fond du sac de poudre de perlimpinpin. On annonce des mesures déjà entérinées depuis longtemps et on oublie de compter quelques milliards de hausse d’impôts par ailleurs. Ainsi, on arrive au chiffre magnifique de 6 milliards de baisse d’impôts pour tous les Français en 2019. 

Un gros mensonge peut en cacher un autre

Après six années de hausses astronomiques qui ont engendré plus de 40 milliards de pression fiscale supplémentaire, les Français sont enfin récompensés de leurs efforts. Le père Macron a sorti de sa hotte une belle baisse de six milliards d’euros ! Les petits lutins du Gouvernement l’ont annoncé avec gourmandise et n’ont pas oublié de souligner qu’il s’agit de la plus forte baisse depuis dix ans ! Macron le philanthrope et miséricordieux est arrivé ! Ça c’est ce que veulent nous vendre les communicants de l’Elysée et du Gouvernement car à y regarder de plus près, la baisse ressemble plutôt à une hausse…

En annonçant une baisse de six milliards, les experts en communication ont dû donner quelques éléments pour ne pas paraître complètement dingues et éviter la case visite chez les psychiatre. Ainsi, on nous explique que 3,8 milliards d’euros de baisse sont issus de la baisse de la taxe d’habitation. Autre mesure qui permet un tel raisonnement : la suppression des cotisations salariales pour les actifs. Or, ces deux mesures qui ont fait l’objet de mois intenses de communication ont été mises en place en 2018. Le Gouvernement parle du budget 2019 en ne tenant compte que des bons points de l’exercice précédent. C’est fort ! Très fort ! Là, pas besoin d’aller chez le psychiatre. Il faut juste aller chez l’ophtalmologiste pour ne plus voir trouble et se tromper d’année.

Et une fois une nouvelle paire de lunettes acquise, un petit cours de mathématiques niveau CP paraît indispensable. Le Gouvernement croit maîtriser la soustraction et en oublie de faire les additions qui s’imposent. Une opération pourtant utile pour obtenir des comptes justes et honnêtes. La taxe sur l’énergie va augmenter de 1,9 milliard d’euros, le crédit d’impôt sur la transition écologique va baisse de 800 millions d’euros et les taxes sur les cigarettes vont augmenter de 400 millions d’euros…

Interrogé sur les faux cadeaux du Gouvernement, Nicolas Dupont-Aignant conclut légitimement à un « triste mensonge ». « Les taxes sur l’essence et le diesel vont augmenter de 3 milliards au 1er janvier, les retraités vont perdre 1,5% de pouvoir d’achat car les retraites ne sont plus indexées, ce qui est une spoliation ». Conclusion plus que bienvenue : « de grâce, la comm’ pour la comm’ ». Mais sans elle, qu’est-ce que le macronisme ? Rien du tout ! Les ministres et conseillers le savent et s’en vantent même s’ils n’ont pas pu aller plus loin encore. Quand on dit à l’entourage de Bruno Le Maire et Gérald Darmanin qu’avec ce mode de calcul biaisé on aurait aussi pu compter l’année blanche induite par le prélèvement à la source à partir de 2019, ils répondent « On n’est pas allé jusque là mais, dans la logique, on aurait pu ». La Macronie s’interdit-elle désormais des écarts trop visibles ? Il s’agirait là d’un bon signe. En attendant, les Français devront continuer à se faire tondre tout en faisant mine de croire aux annonces d’un exécutif aux messages mensongers.





Source link

Mots clés: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut