Aller à…
RSS Feed

30 octobre 2020

Quand Carlos chantait tourisme sexuel et fellation à des enfants au club Dorothée



Pour ceux qui ont au moins la trentaine, vous devez vous souvenir des chansons festives de Carlos. Mais aviez-vous compris à l’époque de quoi il parlait? A la lecture des paroles de ses chansons, tout devient plus clair. Comme le confirme les commentaires dans les différentes chansons citées dans l’article, les jeunes téléspectateurs ne comprenaient pas la signification de ses chansons. Par contre, Dorothée et toute sa clique ne pouvaient pas l’ignorer. Pourtant, non seulement ils acceptaient volontiers que Carlos vienne parler de son sexe et de l’inceste dans leur émission mais ils participaient activement dans ses clips (voir par exemple celui de tirelirepimpon ou toute l’équipe du Club Dorothée s’activait pour la chorégraphie en arrière plan).






Attention les p’tits loups 
Vous êtes prêts pour le tirelipimpon ? 
Ouais ! 


L’été dernier, fatigué, 

J’suis parti sur une chaloupe 
Bronzer ma carte de crédit 
A la Guadeloupe 
Dans un palace en bambou 
J’ai rencontré Banana 
La fille du roi du vaudou 
Qui m’a fait un truc extra 


une voix : 

Mais qu’est-ce qu’elle t’a fait Banana ? 


Refrain: 

Tirelipimpon sur le Chihuahua 
Tirelipimpon avec la tête avec les bras 
Tirelipimpon un coup en l’air un coup en bas 







Touche mes castagnettes moi je touche à tes ananas



Bronzé comme une coco-girl 

Je suis parti à Tokyo 
Pour voir le soleil levant 
C’est beau ! c’est beau ! 
Au pied du Fuji-Yama 
J’ai rencontré Tatoumi 
La mine de pointe des geishas 
Qui m’a fait un truc inouï 


une voix : 

Mais qu’est-ce qu’elle t’a fait Tatoumi ? 


Refrain 



Comme j’avais un rendez-vous 

J’ai pris mon jeans mes babouches 
Et sur le Nil j’suis parti 
M’la couler douce 
A l’hôtel des Pyramides 
J’ai rencontré Osiris 
La Madona des harems 
Qui m’a fait un truc pas triste


une voix : 

Pas triste, mais qu’est-ce qu’elle t’a fait Osiris ? 


Refrain 



une voix : 

Et après… et après… 
Est-ce que tu as vu la Sophie 
Ma copine du Burundi qui fait danser les bananes dis ? 
Oui, soké, soké, oui 


Sur le chemin du retour 

Comme il faisait chaud, dis donc 
Je suis passé voir Sophie 
C’est bon, c’est bon ! 
Sous un baobab géant 
Elle m’a fait l’eucalyptus 
Un truc qu’aiment les éléphants 
Mais là  je t’en dis pas plus ! 


une voix : 

Mais qu’est-ce qu’elle t’a fait la Sophie ? 

Carlos – Le Tirelipimpon au Club Dorothée (1989)





Quand je suis v’nu au monde
Ma mère m’a tout donné
Une panse bien ronde
Des pieds, des grands pieds pour marcher, pour danser
Mais la plus belle chose
Qu’elle ait pu m’donner dans le fond
C’est à peine si j’ose
Le dire, c’est mon

Papayou, papayou
Papayou, papayou lé lé
C’est le plus beau des
Papayou lélé
Qu’on ait vu depuis des années (il s’agit de sa mère, Françoise Dolto)

Papayou, papayou
Papayou, papayou lé lé
Ma mère me disait
Faut pas le montrer
Ca f’rait des jaloux dans l’quartier



Ca f’rait plein de jaloux
Qui n’en ont pas du tout
Ca f’rait plein d’envieux
Qui n’en ont pas chez eux
Ca f’rait plein de méchants
Qu’en ont pas de si grand
Il faut pas le montrer du tout

Un jour l’institutrice
Me dit mais que t’as grandi
Je réponds sans malice
Mais mon papayou y grandit lui aussi
Elle me dit je suppose
Que c’est une plaisanterie
Mais en voyant la chose
Elle pousse un cri

Papayou, papayou
Papayou, papayou lé lé
C’est le plus beau des
Papayou lélé
Que j’ai vu depuis des années
Papayou, papayou
Papayou, papayou lé lé
Garde le pour moi  (toujours sa mère…)
Ne le montre pas
Ca f’rait des jaloux dans l’quartier

Ca f’rait plein de jaloux
Qui n’en ont pas du tout
Ca f’rait plein d’envieux
Qui n’en ont pas chez eux
Ca f’rait plein de méchants
Qu’en ont pas de si grand
Ca f’rait plein de badauds
Qu’ont rien vu d’aussi beau
Mais qui diraient partout
C’est un drôle de joujou
Il faut pas le montrer du tout

Un jour à colin-maillard
Une fille aux yeux bandés
Le découvrant par hasard (les filles découvrent son sexe…par hasard)

Me dit : qu’est-ce que c’est ? (ter)
Et depuis au village
Toutes les filles de la région
Me demandent en mariage
Pour avoir mon

Papayou, papayou
Papayou, papayou lé lé
C’est le plus beau des
Papayou lélé
Qu’on ait vu depuis des années
Papayou, papayou
Papayou, papayou lé lé
Ma mère me disait
Faut pas le montrer
Ca f’rait des jaloux dans l’quartier…






Carlos – Papayou au Club Dorothée (1995)



 



En fait, Carlos passait son temps à parler de sexe alors qu’il visait clairement un public jeune. Dans ce 
clip, Carlos parle de mettre des préservatifs pour faire la fête pour toute la vie ou “pour une nuit”.


Un tibou d’caoutchouc pour faire 
Cracrac à ma doudou 
Un tibou d’caoutchouc  
Pour câliner les canaillous”


Dans Big Bisous, il demande à la fin de la chanson de donner un “baiser moelleux” sur le sexe aux personnes autour. Dans tout nu, tout bronzé, il nous parle des “safaris
Fesses parties”. Voilà donc la référence chanson du Club Dorothée.




Quand Carlos chantait tourisme sexuel et fellation à des enfants









Source vidéo: jcrabiller



Saviez-vous que Carlos était le fils de la psychanaliste pro-pédophile Françoise Dolto?





Publié par Fawkes News










Source link

Une réponse “Quand Carlos chantait tourisme sexuel et fellation à des enfants au club Dorothée”

  1. Hug
    30 juillet 2020 à 16 h 42 min

    Bonjour,
    Affirmer que Françoise Dolto était pro-pédophilie est une hérésie.
    Lisez la, et pas uniquement des citations sorties de leur contexte.
    Ce fût la première à considérer l’enfant comme un être humain à part entière, et non pas comme une chose à dresser.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut