Aller à…
RSS Feed

24 septembre 2020

«Les personnes âgées sont les grandes oubliées du plan pauvreté» de Macron



En 2015, les 60 ans et plus représentaient 23% du total des Français qui vivaient sous le seuil de pauvreté. Statistiquement, il s’agit de la tranche de la population la moins touchée par ce phénomène. Mais Isabelle Sénécal nuance ce tableau:

«La situation s’est améliorée si l’on prend les cinquante dernières années. Des garde-fous ont été mis en place, dont le minimum vieillesse. Mais ces dernières années, les crises sont passées par là. La situation financière de beaucoup de personnes âgées a empiré.

Quand on analyse en détail les chiffres, on constate que les personnes âgées qui sont en dessous du seuil de pauvreté n’ont que très de chance de voir leur situation s’améliorer. Quand vous êtes un jeune de 20 ou 25 ans, vous avez la vie devant vous et des possibilités de rebondir. À 70 ans, vos options sont plus que limitées. Sans parler des problèmes de santé, de la perte d’autonomie et de l’isolement qui sont autant de facteurs aggravants.»

En 2017, les personnes entrées en accompagnement avec l’association avaient pour 70% des revenus inférieurs à 1.000 euros par mois et pour certaines d’entre elles… de moins de 500 euros. Isabelle Sénécal s’inquiète particulièrement de la situation des femmes, qui représentent la majeure partie des personnes à qui les petits frères des Pauvres viennent en aide:

«Les plus touchées sont les femmes, car elles font partie d’une génération où beaucoup n’ont jamais travaillé ou ont fait des carrières incomplètes. Un certain nombre d’entre elles travaillaient avec leur mari sans avoir jamais été déclarées. Elles se retrouvent à la retraite avec de toutes petites pensions. De plus, c’est un problème démographique. Les femmes vivent souvent plus longtemps que leur mari et elles doivent parfois faire face seules à des situations financières dramatiques, auxquelles se rajoutent des problèmes de santé et de perte d’autonomie.»

Elle en veut au gouvernement actuel et aux précédents, non seulement pour ce qu’elle considère comme un manque d’intérêt pour les personnes âgées en situation de précarité, mais aussi pour une suite de décisions qu’elle juge malheureuses:

«Pendant des années, les revalorisations du minimum vieillesse [devenu en 2006 l’allocation de solidarité aux personnes âgées ou Aspa ndlr] ont été insignifiantes, alors que l’inflation était bien réelle. Cela a conduit à un appauvrissement d’une partie de la population.»

Dans son programme, le Président de la République avait annoncé une revalorisation de 100 euros de l’Aspa, qui s’est transformée en trois hausses: 30 euros en 2018, et 35 euros les deux années suivantes. Cela portera l’allocation à au moins 903 euros en 2020. Elle sera donc toujours en dessous du seuil de pauvreté qui est à 1.026 euros par mois.

«Sans parler du fait que revaloriser en trois fois est bien moins intéressant. De plus, nous avons eu la baisse des APL l’année dernière et sa non-revalorisation cette année, qui touche de nombreuses personnes âgées pauvres. Pour couronner le tout, le gouvernement a récemment annoncé l’augmentation de la participation financière des individus se trouvant sous tutelle ou sous curatelle. La moitié des personnes concernées sont sous le seuil de pauvreté», poursuit Isabelle Sénécal.

Cette décision avait fait bondir les associations. L’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) et les petits frères des Pauvres se sont fendus d’un communiqué commun dénonçant une «réforme injuste». Luc Gateau, président de l’UNAPEI, parle d’«aberration humaine et économique».

Quant à Alain Villiez, président des petits frères des Pauvres, il fustige une décision qui vient en surplus de «celles de ces derniers mois qui participent d’une précarisation renforcée des personnes âgées». L’Humanité, citant certains calculs, souligne qu’une personne «percevant 850 euros par mois va voir sa contribution passer d’environ 2,20 euros à 7,50 euros. Soit 340% d’augmentation».



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut