Moscou est prêt à parler de l’affaire Skripal mais pas sur le principe de «highly likely»



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *