Aller à…
RSS Feed

24 septembre 2020

Attention danger: une centrale nucléaire sur la route de l’ouragan Florence aux USA




Alors que l’ouragan Florence se rapproche de plus en plus des États-Unis, les écologistes tirent la sonnette d’alarme face à la vulnérabilité supposée d’une centrale nucléaire de Caroline du Nord.

L’ouragan Florence, une tempête de catégorie 4 accompagnée de vents violents et d’averses, devrait frapper de plein fouet ce jeudi la côte est des États-Unis. En Virginie et dans les deux Carolines, plus d’un million de personnes se trouvent dans des zones d’évacuation obligatoires, rappelle le site The Daily Call.

Or, la centrale nucléaire de Brunswick, située dans le comté de Brunswick, en Caroline du Nord, se trouve à quelques kilomètres de la côte.

«La centrale nucléaire de Brunswick, dotée d’anciens réacteurs ressemblant à ceux de Fukushima, pourrait être endommagée au passage de l’ouragan Florence», a tweeté Scott Stapf, PDG du groupe Hastings, une société de conseil spécialisée dans les questions environnementales.

Et M. Stapf est loin d’être le seul à suggérer que Brunswick serait «vulnérable face à la colère de l’ouragan Florence». Gregg Levine, journaliste de La Nation, a également fait le rapprochement avec la centrale japonaise de Fukushima.

Cependant, un porte-parole de Duke Energy, propriétaire et exploitant de la centrale, a brossé un tableau très différent de la sécurité du site.

«Les centrales nucléaires sont probablement les structures les plus robustes des États-Unis. Le bâtiment qui abrite les réacteurs est constitué de plusieurs mètres de béton armé et conçu pour résister à de nombreux phénomènes naturels extrêmes, tels que des ouragans, des tornades, des tremblements de terre et d’autres phénomènes similaires. Il y a également un revêtement en acier», a expliqué aux journalistes Mary Kathryn Green, porte-parole de Duke Energy.

D’autres experts en la matière ont également cité la préséance historique comme une preuve de la sécurité nucléaire. «Les performances de notre industrie lors de cas météorologiques exceptionnels sont considérables et notables, que ce soit avec l’ouragan Katrina (Cat 5), l’ouragan Andrew (Cat 5), la super-tempête Sandy ou les tremblements de terre de la côte Est en 2011», a tenu à souligner John Keeley, porte-parole de l’Institut de l’énergie nucléaire.

Il est cependant à noter que depuis sa création en 1975, la centrale de Brunswick n’a jamais été exposée à un ouragan.





Source link

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut