Aller à…
RSS Feed

29 septembre 2020

Alors que des millions de français attendent toujours, la nouvelle ministre des sports habite un logement social



[INFO MEDIACITES] Depuis 2012, l’ancienne championne de natation loue un logement social à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Un appartement qu’elle a obtenu alors que le maire de la ville était le socialiste Philippe Kaltenbach, auprès de qui elle a fait ses débuts en politique. Elle assure, à Mediacités, qu’elle va déménager.

Roxana Maracineanu, la nouvelle ministre des Sports, va déménager. C’est du moins ce qu’elle affirme à Mediacités, suite à nos questions à propos du logement social qu’elle occupe actuellement avec sa famille, à Clamart (Hauts-de-Seine). Depuis le mois d’avril 2012, l’ancienne championne de natation loue un logement de type PLUS (Prêt locatif à usage social) majoré, géré par Clamart Habitat, l’office HLM de la ville.

Il s’agit d’un appartement situé dans un immeuble de cinq étages, sur une artère passante de cette commune du sud-ouest parisien. Le nom de Maracineanu et celui de son mari Franck Ballanger, journaliste à Radio France, figurent bien sur la boîte aux lettres. Tout comme celui des deux associations de la ministre (J’peupa G piscine et Educateam) et celui de son entreprise de conseil, Anaide. Roxana Maracineanu a obtenu ce logement alors que le socialiste Philippe Kaltenbach, auprès de qui elle a fait ses débuts en politique, était maire de la ville.

Après une brillante carrière de nageuse (elle fut championne du monde du 200 mètres dos en 1998 et médaillée d’argent aux Jeux Olympiques en 2000), Roxana Maracineanu s’est lancée en politique en 2010. Elle est alors consultante pour France Télévisions. Elle s’occupe aussi de la communication et de l’animation du stade nautique intercommunal de Châtillon Malakoff, dans les Hauts-de-Seine. Lors des élections régionales de 2010, elle figure en huitième position sur la liste départementale du Parti socialiste, menée par Philippe Kaltenbach.

Elle explique alors au journal . . .

——-

Fawkes: Faudrait qu’on nous explique comment on peut obtenir un logement social quand on est politicienne, consultante chez France Télévisions, chargée de la communication d’un stade nautique et gérante d’entreprise alors que, dans le même temps, des gens qui ont peu ou pas de revenus galèrent pendant des années pour en obtenir un. Il est clair qu’en étant membre du même parti que le maire…ça aide.

Cette question écrite sur la pénurie de logement et de logement social du député FI Bastien Lachaud en dit long sur la situation déplorable de nombreux français vis à vis de cette problématique:

M. Bastien Lachaud alerte M. le Premier ministre sur la très grave pénurie du logement en France, et notamment du logement social. Aujourd’hui plus de 2 millions de personnes sont en attente d’un logement social. Environ 150 000 personnes, dont 30 000 enfants, sont sans logement propre, à l’hôtel, dans des centres collectifs ou dans des hébergements de fortune. Environ une personne sur deux qui contacte le 115 ne se voit proposer aucune solution d’hébergement. 650 000 personnes sont hébergées de façon contrainte chez un tiers. Pour les 10 % de ménages les plus pauvres, l’effort que représentent leurs dépenses pour se loger est supérieur à la moitié de leur revenu. 


Deux millions de personnes sont forcées de vivre dans des logements de mauvaise qualité, privées du confort de base (sanitaires, chauffage, cuisine). Ceux qui ont un logement sont confrontés, faute de travaux d’isolation faits par les bailleurs, à une grande précarité énergétique : un ménage sur cinq déclare souffrir du froid. Ces problèmes de qualité du logement ont des conséquences graves sur la santé. 


Les politiques précédentes ont conduit à des situations de surendettement des ménages, à la dégradation des copropriétés et à l’éloignement de plus en plus grand des classes populaires des centres urbains. La pénurie de logement décent est criante. Les loyers sont dans de nombreuses zones trop élevés, et continuent d’augmenter. Les délais d’attente pour un logement social sont démesurés par rapport aux besoins, souvent plusieurs années, mettant durablement les personnes et les familles dans l’obligation de payer des loyers mettant en cause l’équilibre de leur budget ou contraints de vivre dans des conditions indécentes.


 La France est quotidiennement confrontée au fait que des personnes, ayant pourtant des revenus, ne peuvent pas se loger décemment, s’entassent dans des logements trop petits pour une vie de famille sereine, sont contraints à vivre dans des logements insalubres faute d’autre solution. Et que dire de celles et ceux qui finissent sans aucune solution de logement et doivent survivre dans la rue, parfois avec des enfants. Il lui demande comment un pays aussi riche que la France, avec autant de millionnaires, peut-il supporter aussi longtemps que des enfants dorment dans la rue. Il l’alerte sur les conséquences probables de la politique du logement annoncée.


 La baisse des APL ne peut que précariser davantage ceux qui sont déjà précaires, et n’aura aucun effet significatif sur la baisse des loyers. L’absence de ministère du logement au sein du Gouvernement ne laisse pas présager une politique suivie et cohérente. Il voudrait savoir comment il compte résoudre la crise du logement sans ministère du logement, ou si l’absence de ce ministère signifie dans l’esprit du Gouvernement qu’il n’y a pas de crise du logement et que les milliers de personnes en attente n’ont qu’à se résigner.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut