Aller à…
RSS Feed

30 septembre 2020

Blanquer veut plus de langue arabe !



Rédigé par notre équipe le 12 septembre 2018.

Jean-Michel Blanquer est l’un des trop rares ministres à être à sa place. Fin connaisseur de l’Education nationale et de l’instruction, le ministre a aussi pour qualité évidente de ne pas être un idéologue soi-disant progressiste de type Vallaud-Belkacem. Blanquer souhaite que l’école instruise et ne soit plus une vaste cour de récréation où le laisser-faire est promu au détriment du savoir. Une vision saine qui ne résiste toutefois pas au sujet sensible de l’enseignement de l’arabe. Là, le ministre se gauchise dangereusement et espère que l’arabe se démocratise à l’école primaire… La rentrée a à peine commencé et Blanquer est déjà en surchauffe !

Comment lutter contre la propagation de l’islamisme ? Réponse de l’Institut Montaigne et du ministre de l’Education nationale : en donnant des cours d’arabe aux plus petits ! La réponse est tellement simple et sotte que même Najat Vallaud-Balkacem, en son temps pas si lointain, y avait pensé. Cette fois-ci, la bêtise ou plutôt la couardise s’est emparée de son successeur, Jean-Michel Blanquer. L’homme s’était pourtant distingué de manière positive en redonnant à l’école ses fonctions premières : savoir lire, écrire et compter. Les discours vont dans le bons sens, les réformes vont quelque part et à la fin c’est l’arabe qui doit retrouver son « prestige ».

Un apprentissage du français moribond ? Passons à l’arabe !

Alors que le niveau des écoliers, collégiens et lycéens est en chute libre, Blanquer veut donner sa chance à l’arabe. Les jeunes générations ne savent même plus s’exprimer correctement par écrit et tendent à faire de Ribéry, un Français moyen qui s’exprime pas plus mal qu’un autre… Tout est à reconstruire, mais non, la priorité est d’enseigner les langues étrangères à la primaire, à commencer par l’arabe. Aujourd’hui, cet enseignement ne concernerait qu’une poignée d’élèves et Blanquer veut passer à la vitesse supérieure au motif que connaître l’arabe protègera de l’islamisme…

A-t-on incité les écoliers à apprendre le russe du temps de la guerre froide à des fins pédagogiques ? Cela aurait été utile si l’on en croit la réflexion actuelle du ministère de l’Education nationale. Un ministère qui ne rend jamais les armes quand il s’agit de promouvoir une vision gaucho-communautariste qui a déjà fait bien du mal à notre pays. Il faudrait apprendre l’arabe pour qu’on se sente plus Français et moins enclin à tomber dans les filets de l’islamisme. Une logique typique d’un ministère gangréné par une idéologie mortifère qui a fini par atteindre le ministre.

Et Blanquer monte sur ces grands chevaux pour dénoncer un « emballement médiatique » après des sorties légitimes de cadres du RN et des Républicains. Le reste de la classe politique n’y voit rien à redire. Les parlementaires godillots LaREM disent oui à tout et la gauche se pâme devant une mesure qu’elle n’a pas mise en place malgré ses penchants naturels… Il n’y a aucun « emballement médiatique ». Il y a seulement un sentiment de dégoût face à un ministre qui fait le jeu du communautarisme. Quand le ministre français de l’éducation nationale veut plus de langue arabe à l’école, cela signe la fin de tout un système éducatif et à terme d’une nation.





Source link

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut