Aller à…
RSS Feed

28 septembre 2020

Google suit 70% des achats au détail grâce à un accord secret avec Mastercard — Les Maîtres du Monde — Sott.net



Au cours de l’année écoulée, certains annonceurs de Google ont pu utiliser un “nouvel outil puissant” qui leur permet de savoir si les annonces qu’ils diffusent en ligne ont été converties en ventes dans des magasins situés aux Etats-Unis, grâce à un accord secret entre le géant technologique de la Silicon Valley et Mastercard, a rapporté Bloomberg.

Google Mastercard

La plupart des deux milliards de clients de Mastercard n’étaient pas au courant de cet arrangement, puisque ni la société mère Google Alphabet Inc. ni la société de carte de crédit n’ont informé le public de l’accord qui a été négocié après quatre ans de négociations. L’alliance, a dit Bloomberg, a donné à Google un atout sans précédent pour mesurer les dépenses au détail, dans le cadre de la stratégie du géant de la recherche “pour fortifier son activité principale contre les attaques d’Amazon.com Inc. et d’autres”.

Grâce à ce programme de test, Google peut faire correspondre anonymement ces profils d’utilisateurs existants aux achats effectués dans des magasins physiques. Le résultat est puissant : Google sait que les gens ont cliqué sur les annonces et peuvent maintenant dire aux annonceurs que cette activité a conduit à des ventes réelles en magasin.



Cela fonctionne ainsi : une personne cherche du “rouge à lèvres rouge” sur Google, clique sur une annonce, surfe sur le web mais n’achète rien. Plus tard, elle entre dans un magasin et achète du rouge à lèvres rouge avec sa Mastercard. L’annonceur qui a passé l’annonce est alimenté par un rapport de Google, listant la vente avec d’autres transactions dans une colonne qui se lit “Revenues hors ligne” – seulement si l’internaute est connecté à un compte Google en ligne et a fait l’achat dans les 30 jours après avoir cliqué sur l’annonce. Les annonceurs reçoivent un rapport en vrac avec le pourcentage d’acheteurs qui ont cliqué ou visionné une annonce et qui ont ensuite effectué un achat pertinent.Bloomberg

L’année dernière, Google s’est vanté que le service, appelé “Store Sales Management”, avait accès à “environ 70 pour cent” des cartes de crédit et de débit américaines.

L’année dernière, lorsque Google a annoncé le service, appelé “Store Sales Measurement”, la société a simplement déclaré qu’elle avait accès à “environ 70 pour cent” des cartes de crédit et de débit américaines par l’intermédiaire de partenaires, sans les nommer.Bloomberg

Comme Google ne définit pas ce que cela veut dire, Bloomberg suppose que cela pourrait signifier “70 pour cent des gens qui utilisent des cartes de crédit et de débit. Ou cela pourrait signifier que l’entreprise a des accords avec des entreprises qui incluent tous les utilisateurs de cartes, et 70 pour cent d’entre eux sont connectés à des comptes Google comme Gmail lorsqu’ils cliquent sur une annonce de recherche Google”.

L’entente est susceptible de soulever des préoccupations plus générales en matière de protection de la vie privée au sujet du volume de données sur les consommateurs qui sont entre les mains d’entreprises de traitement des données comme Google. A noter : “Depuis 2014, Google a marqué les annonceurs lorsque quelqu’un qui a cliqué sur une annonce visite un magasin physique, en utilisant la fonction d’historique de localisation dans Google Maps”.

“Les gens ne s’attendent pas à ce que ce qu’ils achètent physiquement dans un magasin soit lié à ce qu’ils achètent en ligne”, a déclaré Christine Bannan, conseillère juridique du Electronic Privacy Information Center (EPIC). “Les entreprises imposent beaucoup trop de fardeau aux consommateurs et n’assument pas suffisamment leurs responsabilités de devoir informer les utilisateurs de ce qu’ils font et de leurs droits.”

Google aurait payé des millions de dollars à Mastercard pour les données, selon deux personnes qui ont travaillé sur l’affaire. Les entreprises ont également discuté du partage d’une partie des revenus publicitaires de Google, selon une source. Une porte-parole de Google a nié tout accord de partage des revenus avec ses partenaires – tout en répondant aux préoccupations en matière de protection de la vie privée :

“Avant de lancer ce produit bêta l’année dernière, nous avons mis au point une nouvelle technologie de cryptage à double insu qui empêche Google et nos partenaires de consulter les informations personnelles identifiables de nos utilisateurs respectifs”, a déclaré la société dans un communiqué. “Nous n’avons accès à aucune information personnelle provenant des cartes de crédit et de débit de nos partenaires, et nous ne partageons aucune information personnelle avec nos partenaires.”

La compagnie dit que les utilisateurs de google ont la possibilité de se retirer du suivi des publicités en utilisant leur console en ligne “Web and App Activity” (mais pas un mot si le service continuera à suivre secrètement vos achats comme l’historique des localisations de Google, qui suit les utilisateurs indépendamment du fait qu’ils aient désactivé ou non la fonction).

Le porte-parole de Mastercard, Seth Eisen, a déclaré que l’entreprise partage ses tendances en matière de transactions avec les commerçants et les fournisseurs de services pour les aider à mesurer “l’efficacité de leurs campagnes publicitaires”.

L’information, qui comprend les volumes de ventes et la taille moyenne de l’achat, n’est partagée qu’avec la permission des marchands, a ajouté M. Eisen. “Aucune transaction individuelle ou donnée personnelle n’est fournie”, a-t-il déclaré dans un communiqué. “Nous ne fournissons pas d’informations qui permettent de suivre, de diffuser des publicités ou même de mesurer l’efficacité des publicités relatives aux consommateurs individuels”.Bloomberg

Selon des personnes qui connaissent bien le programme, Google a approché d’autres sociétés de paiement pour des transactions similaires – mais on ne sait pas si des accords ont été conclus. Google, quant à lui, a confirmé que le service ne s’applique qu’aux personnes qui sont connectées à l’un de ses comptes et qui n’ont pas choisi de ne pas participer au suivi des annonces.

Google teste le service de données avec un “petit groupe” d’annonceurs aux États-Unis, selon une porte-parole. Avec lui, les spécialistes du marketing peuvent voir les chiffres de vente globaux et les estimations du nombre de ventes qu’ils peuvent attribuer aux annonces Google, mais ils ne voient pas les informations personnelles des acheteurs, combien ils dépensent ou ce qu’ils achètent exactement. Les tests ne sont disponibles que pour les détaillants, pas les entreprises qui vendent des articles à l’intérieur des magasins, a dit la porte-parole. Le service ne s’applique qu’aux annonces de recherche et d’achat, a-t-elle dit.Bloomberg

Selon Bloomberg, la première tentative de Google de lier les habitudes de navigation des consommateurs aux dépenses s’est faite sous la forme d’un service de paiement par mobile ; Google Wallet – mais l’adoption n’a jamais décollé.

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, Google a interrogé les annonceurs par l’intermédiaire de leur service de localisation lorsqu’un utilisateur a visité un magasin, mais l’annonceur n’était pas en mesure de savoir si l’acheteur a effectué un achat.

Google en a donc ajouté d’autres. Un outil, introduit l’année suivante, permet aux annonceurs de télécharger les adresses e-mail des clients qu’ils ont collectées dans le système d’achat publicitaire de Google, qui les crypte par la suite. De plus, Google s’est appuyé sur les données fournies par des courtiers en données tiers, comme Experian Plc et Acxiom Corp, qui tirent des informations démographiques et financières pour les spécialistes du marketing.Bloomberg

En mai 2017, Google a introduit “Store Sales Management” qui permet aux entreprises ayant des informations personnelles sur les consommateurs telles que des adresses e-mail cryptées, de télécharger des informations dans le système de Google et de synchroniser les dépenses publicitaires avec les ventes hors ligne. Le deuxième composant injecte les données de la carte.

Les premières indications suggèrent que l’accord Mastercard a été une aubaine pour Google. “Malcolm a déclaré que son agence a testé l’outil de mesure de la carte auprès d’un grand annonceur, qu’elle a refusé de nommer. Auparavant, l’entreprise recevait 5,70 $ en revenus pour chaque dollar dépensé en marketing dans la campagne publicitaire avec Google, selon une analyse iProspect. Avec la nouvelle fonction de transaction, le rendement a presque doublé à 10,60 $”, selon Bloomberg.

“C’est vraiment puissant”, a dit Malcolm. “Et c’était une très bonne façon d’investir davantage dans Google, franchement.”

Source: Zero Hedge, le 2 septembre 2018Traduction Nouvelordremondial.cc





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut