Aller à…
RSS Feed

1 octobre 2020

Trump sur Assad : “Tuons-le, bordel ! Allons-y ! On leur rentre dedans et on les bute” | Brèves



Le journaliste d’investigation Bob Woodward dresse dans un livre le portrait accablant d’un président colérique et paranoïaque.

Le livre très attendu du journaliste d’investigation Bob Woodward sur Donald Trump dresse le portrait accablant d’un président inculte, colérique et paranoïaque que ses ministres et collaborateurs s’efforcent en permanence de contrôler pour éviter les pires dérapages.

Le Washington Post, qui a obtenu une copie du livre rédigé par celui qui a révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate ayant contraint Richard Nixon à la démission, publie de nombreux extraits peu flatteurs pour le 45e président des Etats-Unis.

Après l’attaque chimique d’avril 2017 attribuée au régime de Bachar el-Assad, M. Trump aurait appelé le ministre de la Défense, le général Jim Mattis, et lui aurait dit qu’il souhaitait faire assassiner le président syrien. “Tuons-le, bordel ! Allons-y ! On leur rentre dedans et on les bute”, aurait-il déclaré. Après avoir raccroché. M. Mattis se serait tourné vers un conseiller et aurait dit : “Nous n’allons rien faire de tout cela. Nous allons être beaucoup plus mesurés”.

Toujours selon les éléments rassemblés par Bob Woodward, à l’issue d’une rencontre entre M. Trump et son équipe de sécurité nationale sur la présence militaire sur la péninsule coréenne, Jim Mattis, particulièrement exaspéré, aurait dit à des proches que le président se comportait comme un “élève de CM2 ou de 6e” (10 à 11 ans, NDLR).

Bob Woodward décrit aussi, dans ce livre intitulé “Fear : Trump in the White House”, la frustration récurrente du secrétaire général de la Maison Blanche, John Kelly, qui est traditionnellement l’homme le plus proche du président au sein de la “West Wing”. Lors d’une réunion en petit comité, il aurait ainsi affirmé, à propos de Donald Trump: “C’est un idiot. C’est inutile d’essayer de le convaincre de quoi que ce soit. (…) Je ne sais même pas ce que nous faisons là. C’est le pire boulot que j’aie jamais eu”.

Fin août, Donald Trump s’en était pris avec virulence, dans un tweet, à Carl Bernstein, qui a enquêté avec Bob Woodward sur le Watergate et est devenu, comme lui, une figure du journalisme d’investigation. “On se moque à travers tout le pays de Carl Bernstein le négligé, un homme qui vit dans le passé et pense comme un vieux dégénéré, inventant histoire après histoire ! Fake News”, avait-il écrit.

Sollicité par l’AFP, la Maison Blanche n’avait pas réagi en milieu de journée à la publication des extraits de ce nouveau livre de Bob Woodward, dont la sorte sortie est prévue le 11 septembre.

Trump met Assad en garde contre toute attaque «imprudente» dans la province d’Idleb

Donald Trump a tweeté un avertissement à Bachar el-Assad, mais aussi à Moscou et Téhéran : toute attaque d’ampleur dans la province d’Idleb, l’un des derniers bastions terroristes en Syrie, provoquerait une «potentielle tragédie humaine».

Le 3 septembre, dans un tweet aux accents bellicistes, le président américain Donald Trump a mis en garde la président syrien Bachar el-Assad contre toute attaque «imprudente» dans la province d’Idleb où se massent actuellement quelque 10 000 djihadistes, selon l’envoyé spécial de l’ONU Staffan de Mistura. Selon Donald Trump, une telle attaque pourrait engendrer une «potentielle tragédie humaine» et, selon lui, des «centaines de milliers» de morts. Et l’actuel locataire de la Maison Blanche d’évoquer «une grave erreur humanitaire» si l’Iran et la Russie venaient à être impliquées.

Moscou n’a pas répondu à l’appel de Donald Trump mais travaille depuis plusieurs semaines à l’établissement de couloirs humanitaires pour vider de ses habitants la province d’Idleb. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui s’exprimait quelques heures avant la publication de ce tweet, a annoncé que la fédération de Russie, la Turquie et l’Iran s’efforçaient de séparer les populations civiles des groupes armés terroristes dans cette région afin d’épargner le plus de vies possible.

Sergueï Lavrov a cependant souligné que les terroristes opérant en Syrie recevaient toujours des armes et des munitions.

Après sept années de guerre, Bachar el-Assad veut reprendre le contrôle de la province d’Idleb, à la frontière avec la Turquie, encore largement dominée par les rebelles et les djihadistes. C’est dans cette optique qu’il a lancé une vaste opération militaire visant à reconquérir ces territoires.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient lancé ce 22 août un avertissement au président syrien Bachar el-Assad, lui signifiant qu’ils ne laisseraient pas impunie une éventuelle utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien. De son côté, Moscou redoute une attaque sous faux drapeau qui serait par la suite attribuée à Damas pour justifier une nouvelle intervention occidentale en Syrie.

https://www.lorientlejour.com/article/1132753/trump-sur-assad-tuons-le-bordel-allons-y-on-leur-rentre-dedans-et-on-les-bute.html
https://francais.rt.com/international/53703-trump-met-el-assad-garde-attaque-imprudente-province-idleb





Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut