Aller à…
RSS Feed

1 octobre 2020

Le Watergate cachait en fait un réseau pédocriminel de l’élite




[…] Pedogate a atteint le public via les médias sociaux. YouTube a présenté des interviews de témoins crédibles qui ont témoigné de l’existence d’une opération internationale de trafic sexuel d’enfants impliquant des politiciens américains et la CIA. C’est alors que j’ai remarqué James Rothstein, détective à la retraite du NYPD. Il a expliqué que le réseau Pedogate était le même réseau sur lequel il avait enquêté pendant 35 ans. Rothstein avait observé que les auteurs mettaient tout en œuvre pour faire disparaître l’histoire de Pedogate. Il avait prédit que les agresseurs réussiraient à enterrer cette histoire, comme à chaque fois que leur réseau était exposé.

Rothstein a expliqué que le NYPD n’était pas une force de police ordinaire, mais une agence d’investigation de premier plan avec des bureaux nationaux et internationaux. En 1966, Rothstein est devenu le premier inspecteur de police à enquêter sur le secteur de la prostitution. Il a rapidement découvert l’opération de chantage sexuel clandestin qui compromettait des politiciens et des enfants prostitués. «Compromis humain» est le terme qu’il utilise pour ce processus de piège à miel. Rothstein et ses collègues ont constaté que 70% des principaux dirigeants du gouvernement américain avaient été compromis. La CIA menait l’opération de « compromis humain », alors que la tâche du FBI était de la dissimuler.


James Rothstein a été alerté par un réseau de pédophiles connus, identique au Royaume-Uni, lorsque les services secrets britanniques l’ont consulté sur l’affaire Profumo. Des agents du MI6 ont rendu visite à Rothstein à New York pour apprendre ce qu’il savait des politiciens britanniques et d’autres personnalités ayant des relations sexuelles avec des enfants prostitués. Cela faisait partie de leurs efforts pour dissimuler la véritable nature pédophile du scandale Profumo.


Rothstein a découvert que les réseaux pédophiles internationaux sont connectés et que leurs membres se rencontrent dans divers endroits du monde où chaque destination répond à un type différent de tendance sexuelle dégénérée, y compris les abus sur le thème satanique.


Rothstein et ses collègues ont rencontré une résistance farouche à l’enquête et à la poursuite des membres de l’opération de traite des enfants. Ses contacts avec des journalistes d’investigation au New York Times et au Washington Post n’ont pas permis obtenir d’articles sur le cercle des personnalités pédophiles. Tous les officiers de la police, du FBI, des douanes et de l’IRS qui ont poursuivi le réseau des personnalités pédophiles, ont vu leurs carrières détruites par la suite.


Les tentatives de Rothstein pour arrêter les principaux auteurs ont été continuellement contrecarrées. L’exemple choisi est celui où il a assigné Tippy Richardson, responsable de l’opération de compromis humain de la CIA. Selon le pédophile devenu informateur de police, Ben Rose, en novembre 1971, Tippy Richardson, l’homme d’affaires Leonard Stewart (de l’OPEP, Organisation des pays exportateurs de pétrole) et un chirurgien nommé Dr Chesky ont violé et assassiné trois garçons de 14 à 15 ans dans l’appartement de Rose à la 64ème rue de East Street à New York. Le Comité spécial sur la criminalité de l’État de New York a par la suite assigné Tippy Richardson et Leonard Stewart. Lors de l’assignation, Richardson a déclaré que comme il travaillait pour la CIA, la citation à comparaître serait retirée en vertu de la Loi sur la sécurité nationale, et que Rothstein et son collègue retourneraient à leurs bureaux. Ce qui eut lieu.


En 1972, Rothstein a arrêté l’un des cinq cambrioleurs du Watergate, l’agent de la CIA, Frank Sturgis. Lors d’un interrogatoire de deux heures, il a découvert la vérité sur Watergate. Les cambrioleurs cherchaient quelque chose qu’ils ont surnommé “Le livre”, lequel listait les politiciens démocrates et républicains qui avaient abusé d’enfants prostitués, leurs tendances sexuelles, les montants qu’ils avaient payés pour violer les enfants, etc…


L’explication officielle du Watergate est que les républicains ont fait irruption au siège du Comité national démocratique pour obtenir des informations sur leurs stratégies électorales. Les gens qui ont vécu le Watergate font généralement des commentaires dubitatifs : “Cela n’a jamais eu de sens”. Les expériences de Rothstein expliquent mieux pourquoi Nixon a conspiré pour briser l’enquête Watergate, pourquoi il a laissé entendre que l’enquête constituait une menace pour la sécurité natonale, pourquoi son propre secrétaire a détruit les enregistrements sur bande du bureau ovale après leur assignation à comparaître, et la raison pour laquelle son propre vice-président a accordé une grâce qui l’a protégé de toute poursuite pour des crimes qu’il aurait “commis ou pourrait avoir commis ou auxquels il aurait participé” en tant que président. Si les crimes de Nixon comprenaient la pédophilie, cela serait parfaitement logique.


Je suis sûre que le président Richard Nixon et son bon ami le révérend Billy Graham ont été nommés dans les dossiers pédophiles du Watergate, parce que j’ai été abusée par eux deux quand j’étais jeune enfant.


Quand j’ai parlé avec James Rothstein, il a dit qu’il n’avait pas entendu dire que Nixon était un pédophile, mais qu’il savait certainement que le révérend Billy Graham était un pédophile effréné. Rothstein m’a également dit qu’au cours de ses enquêtes, il avait découvert un réseau de trafic sexuel d’enfants identique en Australie impliquant des premiers ministres. Bien qu’il n’ait jamais enquêté directement sur lui, il savait que Peter Osborne, qui travaillait dans les services de renseignements australiens, connaissait les détails. Il a également confirmé que des politiciens australiens et d’autres personnalités avaient assisté à des parties pédophiles internationales.




Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut