Alors que le Ministère russe de la Défense informe de la probabilité de provocations avec une prétendue utilisation d’armes chimiques contre la population civile syrienne, le chef d’État-Major des armées des États-Unis a confirmé la volonté de Washington de donner une réponse rapide et adéquate si une attaque chimique avait lieu dans le pays.

La porte-parole du département d’État américain, Heather Nauert, a rapporté lundi les détails d’un récent entretien entre le chef d’État-Major des armées des États-Unis, Joseph Dunford, et le chef d’État-major russe, Valéri Guérassimov, sur la situation en Syrie.

«Le général Dunford s’est entretenu avec son collègue pour préciser que les autorités américaines et leurs partenaires réagiraient rapidement et proportionnellement à tout cas confirmé d’utilisation d’armes chimiques à Idlib ou ailleurs en Syrie», a-t-elle déclaré.

Selon elle, les États-Unis appellent la Russie à dissuader Damas d’utiliser des armes chimiques.

Le chef du Centre russe pour la réconciliation des conflits en Syrie, Alexeï Tsygankov, a fait savoir ce mardi que les Casques blancs avaient acheminé des substances toxiques à Saraqib, une ville du nord-ouest de la Syrie.

Auparavant, la Défense russe avait annoncé que les États-Unis, conjointement avec la France et le Royaume-Uni, envisageaient un bombardement en Syrie au motif de l’utilisation par Damas d’armes chimiques.

Comme l’a précisé le ministère russe de la Défense, à cet effet, le destroyer The Sullivans de l’US Navy avec 56 missiles de croisière à son bord était récemment arrivé dans le golfe Persique. Un bombardier stratégique В-1В de l’US Air Force doté de 24 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM a été positionné sur la base aérienne Al-Udeid au Qatar, a souligné la Défense.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *