Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

LINKY, un compteur au courant .



LINKY, un compteur au courant.

Il se confirme, pour la période de 2016 à 2021, le remplacement au forceps, dans la totalité des communes françaises, de l’intégralité des actuels compteurs électriques, par des compteurs d’un nouveau modèle, le Linky (de l’anglais « link », lien), ceci sans le moindre débat contradictoire, puisqu’aussi bien la phase administrative ne concerne que les responsables techniques des collectivités locales, et ceux que, selon la formule consacrée, l’on dénomme pudiquement leurs « interlocuteurs privilégiés ENEDIS ».

Préliminairement, serait-il donc judicieux de demander à la société ENEDIS, maître d’œuvre de cette révolution numérique, et ceci avant implantation du moindre compteur, communication intégrale de sa police d’assurance de responsabilité civile (conditions générales, conventions spéciales, conditions particulières), notamment les clauses afférentes aux risques assurés, aux clauses d’exclusion et aux plafonds de garantie ; l’architecture de réassurance de la police ENEDIS (conventions de réassurance, identité des réassureurs et répartition des risques repris) ; l’historique des déclarations de sinistres afférentes au compteur Linky, pour les années 2012 à 2017 inclus; ainsi que le texte intégral non anonymisé des décisions judiciaires (ordonnances sur requête ou en référé, jugements, arrêts) afférentes au contentieux spécifique au Linky.

Cette prétention est élémentaire ; ainsi, en matière d’énergies dites renouvelables, les fabricants français ne totalisent que 5 % des parts de marché sur leur propre territoire ; quant au danois Dong Energy, il constitue, pour chaque parc éolien, une microsociété distincte, susceptible de liquidation anticipée sans reprise d’actif, et à laquelle est adossé un cautionnement ne représentant que le dixième du coût de démantèlement hors sol (à l’exclusion du socle enterré, soit 30 millions de tonnes de béton pour l’ensemble du parc national).

Quand on sait que le maître d’œuvre du projet Linky est Anne LAUVERGEON, qui dispute à Jacques ATTALI le privilège de déclencher une crise planétaire, chaque fois qu’on lui confie une responsabilité, la prudence s’impose.

Dans l’immédiat, convient-il d’expliciter en détail un concept inédit, le “surge pricing” (“tarification des surtensions “), analogue à la notion de « période de pointe » des transports ferroviaires ; l’ultime finalité étant de parvenir à facturer les abonnés au gaz (Gazpar) ou à l’électricité (Linky) « sur le fondement de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de leur situation économique, apparente ou connue de son auteur, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur perte d’autonomie, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Discrimination).

Pour débroussailler le terrain, voici un florilège d’articles relatifs au compteur Linky ; vous observerez que l’apologétique est absente du champ lexical, en sorte que, le projet Linky progressant en configuration furtive, tout débat contradictoire est impossible :

https://www.poal.fr/appfree/img/pdf/directive-europeenne-13-juillet-2009.pdf
http://www.santepublique-editions.fr/objects/liste-par-departement-communes-refus-linky.pdf https://www.poal.fr/appfree/img/pdf/directive-europeenne-13-juillet-2009.pdf
https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/linky-la-video-pour-tous-75504
https://resistanceauthentique.net/2018/02/08/couteux-incomprehensible-le-compteur-linky-epingle-par-la-cour-des-comptes/
http://www.contre-info.com/compteur-linky-les-usagers-ne-pourront-pas-refuser-linstallation-des-compteurs-la-cnil-intervient
https://www.cpchardware.com/download/hw28_linky.pdf
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/26-deputes-lrem-se-mouillent-pour-202176
http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/02/les-compteurs-linky-sont-un-outil-majeur-au-service-de-la-transition-energetique_5264736_3232.html
http://www.entreprise.news/rgpd-et-compteurs-linky-direct-energie-rattrape-par-la-patrouille/
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-compteur-linky-d-enedis-edf-est-201861
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/compteur-linky-des-degats-qui-se-201454
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/compteur-linky-mensonges-de-201206
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/compteur-linky-espion-mouchard-le-195852
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/compteur-linky-espion-mouchard-196178
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/linky-et-entreprises-un-nouveau-199291
https://ripostelaique.com/defense-dedf-et-des-compteurs-linky.html
http://www.entreprise.news/compteurs-electriques-linky-viseur-de-cour-comptes/
https://www.letelegramme.fr/france/linky-pas-assez-utiles-aux-usagers-08-02-2018-11843747.php
https://fr.sott.net/article/31333-Compteur-Linky-un-vrai-probleme-pour-la-sante
https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/compteurs-linky-risque-economique-190274
https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/voyage-en-franticie-grosses-200118
……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
A présent, qu’est-ce que le “surge pricing” (“tarification des surtensions “) ?

La réponse est fournie dans le journal britannique « The Telegraph » du 30 juillet 2018, sous la forme d’une interview conduite par Katie Morley, Rédactrice en chef, rubrique « consommateurs », de Keith Anderson, CEO (PDG) de la société « Scottish Power », l’équivalent écossais d’EDF :

https://www.telegraph.co.uk/news/2018/07/30/smart-meters-will-let-companies-change-cost-electricity-every/
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Cette réponse ne fait au demeurant que confirmer l’interview donnée au même journal, dans son édition du 28 juin 2018, par Jerry Fulton, ancien chef prévisionniste en météorologie à l’Ofgem, le régulateur britannique de l’énergie :

https://www.telegraph.co.uk/news/2018/06/28/governments-smart-meter-roll-will-lead-gas-electric-surge-pricing/
https://www.telegraph.co.uk/news/2018/06/29/smart-meter-sagas-cash-points-decline-becoming-hostages-tech/
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
« Smart meters will let companies change cost of electricity every 30 minutes under « surge pricing ».

« Smart meters will allow energy firms to introduce « surge pricing », one of Britain’s biggest gas and electric providers has admitted for the first time.

« New deals which will mean the price of energy fluctuates every half an hour will be introduced as soon the energy regulator has given them the green light, Scottish Power told the Telegraph.

« The controversial tariffs rely on smart meters and will radically change the way households consume energy, leading to them paying more for watching television, charging gadgets and running the washing machine during popular times such as in the mornings and evenings.

« Energy prices for customers on such tariffs will peak on special events like Christmas Day and Easter, when millions of households are all using ovens at the same time.

« But the hope is that a new wave of smart gadgets that can talk to smart meters will end up reducing households’ bills in the long run, by making the system more efficient.

« Annual savings target per customer : Original savings target £26 ; Revised likely saving £11

« It is also designed to reduce the cost of charging electric cars, which are eventually expected to become the main source of household energy consumption as they gain in popularity.

« At present, surge energy pricing is technically allowed in the UK, but no such tariffs are available as customers have to opt in to share their half hourly usage data. But Ofgem is currently consulting on whether to allow this data to be collected as standard, opening the door for it to become mainstream.

« Keith Anderson, chief executive at Scottish Power, said: « The Ofgem Business Case consultation on market-wide half-hourly settlement is due to conclude by the second half of 2019.

« As the regulator states, this could help deliver significant benefits for consumers in the coming decades. Scottish Power agrees and we would aim to introduce tariffs that offer savings to our customers based on real-time information.

« Beyond this, half-hourly data will benefit consumers by delivering a smarter grid. Network companies will be able to monitor the exact flow of power and manage the local network in real time to respond to how people live their lives. For example, as we shift to electric transport with more people owning their own electric cars, smart meters could help avoid potential reinforcements to the grid which would be paid through customer bills».

« Under the Government’s £11bn smart meter roll out every home in the UK will be offered a smart meter by 2020, in an effort to help people save money and use less energy.

« Unlike ordinary meters, smart meters transmit information about when households use most energy to suppliers. At present customers with smart meters are charged a flat fee per unit of energy used.

« News of Scottish Power’s plans come after a former head of gas and electric meterology at Ofgem, the energy regulator, warned that the introduction of surge pricing was the « hidden agenda » behind the smart meter roll out.

« He said: « It is claimed that smart meters are safe and secure. Not having one, because they are not needed, is even more safe and secure».

« Mr Fulton added that switching to a cheaper deal would become « a complete nightmare » once time of day tariffs have been introduced, as fluctuating prices would be difficult to compare.

« A spokesman for the Department for Business Energy and Industrial Strategy said: « No one will be forced into switching to a ‘time of use’ tariff».
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…

« Les compteurs intelligents permettront aux entreprises de changer le coût de l’électricité toutes les 30 minutes, au titre de la «tarification des surtensions».

« Les compteurs intelligents permettront aux entreprises énergétiques d’introduire une « tarification des surtensions », ce que l’un des plus grands fournisseurs de gaz et d’électricité de Grande-Bretagne a admis pour la première fois.

« De nouvelles tarifications, qui signifieront que le prix de l’énergie fluctue chaque demi-heure, seront introduites, dès que le régulateur de l’énergie leur aura donné le feu vert », a déclaré l’opérateur électrique « Scottish Power » au journal « The Telegraph ».

« Les tarifs controversés s’appuient sur des compteurs intelligents et changeront radicalement la façon dont les ménages consomment de l’énergie, ce qui leur permettra de payer plus pour regarder la télévision, charger des applications électroniques et faire fonctionner la machine à laver pendant les périodes les plus prisées, comme le matin et le soir.

« Les prix de l’énergie facturés au client dans le cadre de tels tarifs culmineront pour des événements spéciaux, comme à Noël et à Pâques, quand des millions de ménages utilisent tous des fours en même temps.

« Mais l’espoir est qu’une nouvelle vague d’objets connectés, qui peuvent échanger avec des compteurs intelligents, finira par réduire les factures des ménages à long terme, en rendant le système plus efficace.

« Objectif d’épargne annuel par client: objectif initial d’épargne: £26 (29€); économie probable après révision: £11 (12€).

« Il (le compteur intelligent) est également conçu pour réduire le coût de la charge des véhicules électriques, qui sont éventuellement censés devenir la principale source de consommation d’énergie des ménages, au fur et à mesure qu’ils gagnent en popularité.

« À l’heure actuelle, la tarification de l’énergie de surtension est techniquement autorisée au Royaume-Uni, mais aucun de ces tarifs n’est disponible, dès lors que les clients doivent choisir de partager leurs données d’utilisation par tranches d’une demi-heure. Mais l’OFGEM (Office of the gaz and electricity markets – équivalent britannique de la CRE – Commission de régulation de l’énergie), consulte actuellement quant à l’opportunité d’autoriser en standard la collecte automatisée de ces données, préalable à ce que ladite collecte devienne la norme de référence.

« Keith Anderson, CEO (Chief Executive Officer – équivalent de PDG) de l’opérateur écossais « Scottish Power » (CA : 4 M£, 4ème opérateur britannique), a déclaré: « La consultation des opérateurs électriques par l’OFGEM, pour instituer une tarification semi-horaire de masse, a vocation à être achevée pour la seconde moitié de 2019.

« Comme l’affirme le régulateur, cela pourrait aider à apporter aux consommateurs des avantages importants au cours des prochaines décennies. Scottish Power partage cet avis, et nous visons à introduire des tarifs qui offrent des économies à nos clients en fonction de l’information en temps réel.

« Au-delà, les données semi-horaires bénéficieront aux consommateurs en offrant une grille plus intelligente. Les distributeurs seront en mesure de surveiller le flux exact de puissance et de gérer le réseau local en temps réel pour répondre au rythme de vie des gens. Par exemple, comme nous voyons émerger le transport électrique, avec davantage de personnes possédant leurs propres voitures électriques, les compteurs intelligents pourraient aider à éviter les renforts potentiels de réseau, qui seraient financés par les factures des clients ».

« Le gouvernement a investi 11 milliards de £, afin d’implémenter dans chaque maison au Royaume-Uni un compteur intelligent en 2020, pour aider les gens à économiser de l’argent et à utiliser moins d’énergie.

« Contrairement aux compteurs ordinaires, les compteurs intelligents transmettent aux fournisseurs des informations sur les périodes où les ménages utilisent le plus d’énergie. Actuellement, les clients équipés de compteurs intelligents se voient facturer forfaitairement chaque unité d’énergie utilisée.

« Les informations relatives au projet de la société «Scottish Power » surviennent après la mise en garde de Jerry Fulton, ancien chef prévisionniste en météorologie à l’Ofgem, le régulateur de l’énergie, mise en garde relative au fait que l’introduction de la tarification des surtensions constituait l’ « agenda caché », arrière le déploiement du compteur intelligent.

« Il a déclaré : «On affirme que les compteurs intelligents sont sûrs et sécurisés. Ne pas en avoir un, parce qu’ils ne sont pas nécessaires, est encore plus sûr et sécurisé ».

« M. Jerry Fulton a ajouté que l’accès à une transaction moins coûteuse deviendrait « un cauchemar complet », une fois que les tarifs horaires du jour auront été introduits, car les fluctuations des prix seraient difficiles à comparer.

« Un porte-parole du Département de l’Énergie des Entreprises et de la Stratégie Industrielle a déclaré: «Personne ne sera contraint de passer à un «temps d’utilisation» du tarif ».
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…
Ces trois articles de la presse britannique ont été repris par Anne Dolhein, sur le site reinformation.tv du 31 juillet 2018 :
https://reinformation.tv/aveu-compteurs-intelligents-modulation-prix-30-minutes-fournisseurs-energie-britanniques-dolhein-86853-2/
Titre : « L’aveu des fournisseurs d’énergie britanniques : les compteurs intelligents permettront la modulation des prix par tranche de trente minutes ».
« L’aveu des fournisseurs d’énergie, quant à leur volonté de pratiquer la modulation constante des prix grâce aux compteurs intelligents, est une étape clef de la controverse sur ces nouveaux outils de surveillance introduits dans nos foyers sous prétexte de nous faire faire des « économies ». C’est au Royaume-Uni que, pour la première fois, les plus gros opérateurs ont reconnu leur intention de faire varier les tarifs appliqués par tranche de trente minutes. Qu’il s’agisse de l’électricité ou du gaz, le plan est déjà en place : augmenter les prix au moment des pics de consommation.
« En France, les heureux bénéficiaires ou prospects de Linky ou Gazpar feraient bien de se méfier !
« L’aveu de Scottish Power auprès du Telegraph de Londres (https://www.telegraph.co.uk/news) précise que les gros fournisseurs d’énergie n’attendent plus que le feu vert du régulateur national de l’énergie pour mettre en place leurs tarifs à la carte.
« Il s’agit de changer radicalement la manière dont seront facturés le gaz et l’électricité : tous les foyers utilisant de l’électricité aux heures de pointe seront pénalisés. Il leur coûtera ainsi plus cher d’allumer la télévision, de charger une application électronique ou de faire tourner une machine à laver le matin ou le soir, heures de forte consommation. Même chose pour la cuisine aux heures traditionnelles de repas…
« On prévoit ainsi des tarifs boostés pour Noël ou Pâques, à l’heure où la dinde ou le gigot a précisément besoin de rôtir au four. Ça tombe bien, à ces dates-là les trains et les avions sont aussi plus chers ! Haro sur les chrétiens, en somme…
« Déjà, les fournisseurs britanniques ont revu à la baisse les économies dont ils affirment vouloir faire bénéficier les abonnés au gaz et à l’électricité. A l’origine ils affichaient une baisse de charges annuelle d’environ 26 livres (une petite trentaine d’euros). L’objectif annuel visé a été ramené à 11 livres. Des cacahuètes.
« La tarification différenciée selon les heures de consommation est déjà autorisée au Royaume-Uni, mais uniquement sur la base du volontariat, puisque les usagers équipés de compteurs intelligents doivent donner leur autorisation expresse. La nouveauté consistera à permettre la collecte de données systématique sur la consommation, de demi-heure en demi-heure, pour généraliser le système, et sur ce point, les discussions sont déjà en cours, avec une décision prévue d’ici au deuxième semestre de 2019.
« Scottish Power y voit une promesse d’« avantages significatifs » pour les usagers au cours des décennies à venir. L’opérateur veut « introduire des tarifs qui permettent à (ses) clients de bénéficier de réductions fondées sur l’information en temps réel ». Une argumentation qui ne tient pas la route: la surfacturation aux heures de pointe suppose qu’elle s’applique justement à un moment où le plus grand nombre des clients consomme de l’énergie, et où, par conséquent, le plus grand nombre de clients subit un tarif plus élevé.
« La société estime par ailleurs que le nouveau système permettra d’éviter un renforcement de la puissance électrique acheminée, à mesure que les foyers s’équipent de véhicules électriques qui devraient, selon les autorités, constituer le premier poste d’utilisation d’énergie des foyers d’ici à quelques années. On attend de voir…
« En attendant, la surveillance se renforce bel et bien. Pour un coût de 11 milliards de livres, le gouvernement britannique cherche à équiper chaque foyer d’un compteur intelligent d’ici à 2020, prétendument pour leur permettre de bénéficier d’une baisse de leurs factures.
« Mais selon un ancien responsable de la métrologie du gaz et de l’électricité chez Ofgem, le régulateur britannique de l’énergie, l’introduction de la surfacturation aux heures de pointe est l’objectif réel des compteurs intelligents. Ce sont ses déclarations, justement, qui ont poussé la presse à demander des réponses précises à Scottish Power. M. Fulton avait d’ailleurs précisé : « On prétend que les compteurs intelligents sont sûrs et sécurisés. Ne pas en avoir un, parce qu’on n’en a pas besoin, est encore plus sûr et offre plus de sécurité. » Il avait également observé que le choix d’un opérateur intéressant se transformerait sous le nouveau système en « cauchemar total », dès l’instant où la modulation des tarifs en temps réel serait mise en place, les prix devenant impossibles à comparer.
« Un porte-parole du département britannique de l’énergie des entreprises et de la stratégie industrielle a réagi en affirmant : « Personne ne sera obligé de choisir un tarif modulé. » ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
CONCLUSION : Linky, un cauchemar juridique.
Vous avez aimé la crise des subprimes ?
http://www.claudereichman.com/articles/martoiamareenoire.htm http://jovanovic.com/angeQDM.htm

Vous avez aimé la suppression des avoués ?
(La lettre de la Société de Courtage des Barreaux, numéro 5 d’octobre 2015, page 2) :
http://www.avouepericchi.fr/Les-consequences-des-decrets-Magendie-sur-la-responsabilite-civile-professionnelle-des-avocats_a30.html
http://www.ablitis-avocats-rennes.bzh/contenus/La-lettre-de-la-scb-n-5-Consequences-des-decrets-magendie-sur-la-rcpa.pdf

Vous avez aimé la faillite d’Areva ?
http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-areva-est-au-bord-faillite-atlantico-business-jean-marc-sylvestre-2128253.html
https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/05/13/affaire-uramin-anne-lauvergeon-convoquee-devant-les-juges-d-instruction_4919310_1653578.html
Vous allez adorer le Linky !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Linky

Première objection :
À qui appartient le compteur ? Aux collectivités locales, de droit propriétaires des ouvrages, des réseaux de distribution basse tension sur leurs territoires, des compteurs et des systèmes de comptage, comme cela est prévu dans les cahiers des charges de concession, signés par EDF puis par ENEDIS, ainsi que par la loi (article L322-4 du Code de l’énergie).

Dans un premier temps, ni ENEDIS, ni l’usager ne sont propriétaires du compteur.
Dans un deuxième temps, selon la Direction générale des collectivités locales (DGCL), si les compteurs sont effectivement la propriété des autorités organisatrices de distribution (AOD) d’électricité, « seul le concessionnaire a le droit de les développer et de les exploiter » et, les communes ayant conclu un contrat de concession avec ENEDIS, elles ne peuvent pas refuser le déploiement du compteur.
Dans un troisième temps, quel est le contenu de ces contrats de concession ? Secret défense.

Deuxième objection :
Quelle est l’architecture, matérielle et logicielle, de ces compteurs, fabriqués notamment aux États-Unis, en Suisse, au Japon, en Allemagne et en Espagne (front office) et des serveurs de traitement des données (back office) ? Secret défense.

Troisième objection :
Combien cela va-t’ il coûter ? 5 milliards d’€, soit un coût unitaire moyen d’environ 150 € par compteur, la CRE ayant défini un mécanisme de différé tarifaire et accordé à ENEDIS une autorisation de financement de l’investissement avec un engagement sur dix ans, le taux de rémunération spécifique des investissements liés au déploiement du Linky étant fixé à 7,25 %/an et, si les objectifs du projet sont atteints, pouvant atteindre 10,25 %/an ; un bref calcul actuariel fait ressortir, à terme, une surfacturation pour chaque usager de 300 €.
Et après ? « Il est institué, à compter du 1er février 1996 et jusqu’au 31 janvier 2009, une contribution de 0, 5% … » (Ordonnance n° 96-50 du 24 janvier 1996 relative au remboursement de la dette sociale). Bref : 1) depuis le 1er février 2009, vous ne payez plus de CRDS ;
2) chat échaudé craint l’eau froide.

Quatrième objection :
L’extrême sensibilité du Linky : là où un compteur mécanique, dont le disjoncteur avait été étalonné à 30 ampères, tolérait un dépassement temporaire d’un ou deux ampères (lave-linge + sèche-linge + fer à repasser), cette fois-ci, le dépassement d’un milliampère fait mettre en sécurité l’ensemble, ce qui nécessitera le déplacement d’un technicien et la souscription d’un contrat à 60 ampères. Niam !

Cinquième objection :
L’installation du compteur Linky est obligatoire.

Première stratégie : que dispose l’article L111-6-7 du Code de la construction et de l’habitation, créé par la loi n° 2015-992 du 17 août 2015, article 29 ?
« Pour l’application des articles L. 322-8 et L. 432-8 du code de l’énergie, les propriétaires ou, en cas de copropriété, le syndicat représenté par le syndic permettent aux opérateurs des distributeurs de gaz naturel et d’électricité et aux opérateurs des sociétés agissant pour leur compte d’accéder aux ouvrages relatifs à la distribution de gaz naturel et d’électricité. »
Il est bien précisé : « accéder », c’est-à-dire relever périodiquement les index de consommation ; et non point : « remplacer de force et subrepticement un compteur en bon état, par un mouchard, permettant de décupler la facturation au moment où vous avez besoin d’énergie », ceci sans souscrire préalablement un avenant, analogue au contrat EJP (Effacement Jour de Pointe).

Deuxième stratégie : Bertrand Dauce, directeur technique en charge de l’opération pour ERDF : « Nous allons déployer Linky un peu en peau de léopard. Nous allons passer des appels d’offres pour que le déploiement commence dans tous les départements, sur des secteurs précis, en se poursuivant progressivement et en s’appuyant sur les retours d’expérience » ; un safari, en somme.

Troisième stratégie : l’opération est-elle réversible ? Sur ce point, le silence est assourdissant.

Sixième objection :
« Le compteur intelligent est également conçu pour réduire le coût de la charge des véhicules électriques, qui sont éventuellement censés devenir la principale source de consommation d’énergie des ménages, au fur et à mesure qu’ils gagnent en popularité. »
Objection irrecevable : cette invention de 1931 est disponible aux archives déclassifiées du FBI :
http://quanthomme.free.fr/qhsuite/2017News/Nouv18052017.htm
https://vault.fbi.gov/nikola-tesla/Nikola%20Tesla%20Part%2001%20of%2003/view
https://vault.fbi.gov/nikola-tesla/Nikola%20Tesla%20Part%2002%20of%2003/view
https://vault.fbi.gov/nikola-tesla/Nikola%20Tesla%20Part%2003%20of%2003/view

Septième objection :
Last but not least, le “surge pricing”.
Ce concept a toujours été passé sous silence; il a fallu que, le 28 juin 2018, Jerry Fulton, ancien chef prévisionniste en météorologie à l’Ofgem, vende la mèche, pour que, poussé dans ses retranchements, le 30 juillet 2018, Keith Anderson lâche le morceau :
« Les compteurs intelligents permettront aux entreprises de changer le coût de l’électricité toutes les 30 minutes, au titre de la «tarification des surtensions».

Première question : le Linky permet-il de mesurer une consommation semi-horaire ? Réponse : oui.

Deuxième question : le Linky est-il équipé d’un interrupteur permettant d’autoriser ou d’interdire physiquement la mesure de la consommation semi-horaire ? Réponse : non.

Troisième question : à terme, combien y aura-t’ il de Linky ? Réponse : 35 millions.

Quatrième question : combien y a-t’ il d’opérateurs électriques ? Réponse : 29, à savoir Direct Energie, Total Spring, Plüm Energie, EkWateur, Happ-e, Cdiscount Energie, Eni, Elecocite, Ilek, Planète Oui, Butagaz, Proxelia, EDF, Enercoop, Energie d’Ici, GreenYellow, Mint Energie, Ohm Energie, Électricité de Provence, Engie, Alterna, Energem, Lucia, Energies du Santerre, Dyneff, GEG, Gaz de Bordeaux, Sowee, Urban Solar Energy.

Cinquième question : combien y a-t’ il de releveurs de compteurs ? Réponse : 1, à savoir ENEDIS.

Sixième question : même et surtout si l’usager n’a pas souscrit un avenant tarifaire adossé à la mesure explicite de la consommation semi-horaire, la société ENEDIS, ès qualité de releveur de compteurs, peut-elle relever subrepticement cette consommation semi-horaire ? Réponse : oui.

Septième question : si la société ENEDIS, ès qualité de releveur de compteurs, relève subrepticement la consommation semi-horaire de 35 millions de Linky (front office), de 2016 à 2021, pour mouliner lesdits relevés sur ses serveurs (back office), que peut-elle en faire ? Réponse : du big data.

Huitième question : quel est l’outil mathématique pour traiter le big data ? Réponse : les algorithmes.

Neuvième question : Anne LAUVERGEON (ENS, agrégation de physique, Mines de Paris, French-American Foundation 1996) sait-elle programmer et exploiter un algorithme ? Réponse : oui.

Dixième question : la firme Dehomag (https://www.lexpress.fr/informations/holocauste-les-listes-ibm_641323.html) savait-elle programmer et exploiter un algorithme en 1934 ? Réponse : oui.

Onzième question : en décembre 2013, un jury toulousain, composé des Professeurs Marie-Thérèse URVOY, Muhammad-Ali AMIR-MOEZZI, François DÉROCHE, Christian MIRA, Louis FÉRAUD et Andréa BELLANTONE (les plus grandes sommités européennes en mathématiques et en histoire) a-t’ il validé une thèse de doctorat, fondée exclusivement sur la programmation et l’exploitation d’algorithmes (https://ripostelaique.com/lautopsie-du-coran-par-jean-jacques-walter.html)? Réponse : oui.

Douzième question : la firme ENEDIS, au terme de la période d’implantation des Linky (2016-2021), sera-t’ elle en mesure de « profiler » chacun de ses 35 millions de clients (par exemple en fixant un tarif de pointe aux chrétiens, le dimanche de Pâques entre 10h et 13h ; idem pour les musulmans, en période de Ramadan, de 21h à 7h ; idem, pour les possesseurs de véhicules électriques, de 18h à 6h du matin ; idem pour les possesseurs de réfrigérateurs usagés, en revendant à des fabricants d’électro-ménager des listes de prospects ; etc …) ? Réponse : oui.

Treizième question : la firme ENEDIS, qui, détenant le monopole des relevés de compteurs, et qui, au terme de la période d’implantation des Linky (2016-2021), sera en mesure de ne communiquer à ses concurrents que le chiffre brut des index de début et de fin de période semestrielle de consommation, tout en disposant du « big data », bénéficiera-t’ elle d’un avantage concurrentiel ? Réponse : oui.

Quatorzième et dernière question : quand la firme ENEDIS aura phagocyté ses concurrents, et puisqu’aussi bien le compteur Linky appartient aux collectivités locales, n’existe-t’ il pas, pour les responsables desdites collectivité, un risque de « nervous breakdown », au sens que lui donnait Michel Audiard (https://www.dailymotion.com/video/xhey4s)?

En définitive, et pour reprendre les termes de son mentor (Tertullien, Somme Théologique, Prima Secundae, Question 40, Article 6) : « Omnes stulti, et deliberatione non utentes, omnia tentant » (https://www.youtube.com/watch?time_continue=21&v=oTYCCrUi-SE)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut