Aller à…
RSS Feed

1 octobre 2020

Mordu par un requin, un Américain est infecté par une bactérie «mangeuse de chair»




Société

URL courte

Après avoir survécu à une morsure de requin-bouledogue, un Texan a développé une infection bactérienne qui «dévore» la chair humaine.

Bien que la blessure que lui avait faite un requin n’ait présenté au premier examen aucune menace pour sa vie, un Texan a dû revenir d’urgence à l’hôpital en raison d’une infection provoquée par une bactérie «mangeuse de chair».

Le 9 août, Blaine Shelton, ouvrier de 42 ans, nageait seul dans les eaux du golfe du Mexique, quand sa baignade rafraîchissante a été douloureusement interrompue par l’attaque d’un-squale qui l’a soudainement mordu au-dessus d’un genou.

«J’ai vu l’aileron et je savais que ce n’était pas un marsouin», a déclaré l’homme au journal local KHOU11. «Alors, je me retourne pour sortir de l’eau, et c’est alors qu’il m’a attrapé par la jambe.»

Heureusement, Shelton a pu atteindre le rivage où il a reçu les premiers soins. En observant la morsure, un expert a conclu qu’il avait été attaqué par un requin-bouledogue de plus de deux mètres.

Shelton a été soigné dans l’hôpital de l’Université du Texas à Galveston pendant quatre jours avant d’être renvoyé chez lui pour se remettre sur pied. Mais quelques jours plus tard, sa blessure a commencé à lui faire mal et il a dû retourner à l’hôpital.

L’homme a probablement été infecté par Vibrio vulnificus, une espèce de bactérie qui se développe dans les eaux chaudes qui baignent les côtes. La bactérie est souvent appelée «mangeuse de chair» parce qu’elle se multiplie dans les blessures ouvertes, ce qui provoque la décomposition et la mort de la peau et des tissus environnants, phénomène autrement connu comme fasciite nécrosante. Si elle n’est pas traitée immédiatement, l’infection peut être fatale.

«L’eau de mer regorge de bactéries et de virus et de toutes sortes de choses», a déclaré Craig Baker-Austin, microbiologiste marin au Centre for Environment Fisheries and Aquaculture Science au Royaume-Uni. Les personnes ayant des plaies ouvertes ou des coupures offrent un «portail d’entrée» pour les bactéries, a-t-il déclaré, et doivent donc minimiser leur exposition à l’eau de mer.

Actuellement, l’homme mordu est soigné à l’hôpital. 





Source link

Mots clés: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut