Aller à…
RSS Feed

25 septembre 2020

c’est la claque…. – Les moutons enragés



Pouvoir d’achat ! Ça concerne tout le monde et encore plus, ceux qui ont de faibles moyens. Il est tout de même indécent qu’un travailleur ne puisse pas vivre correctement de son travail, que l’on impose un « seuil » de pauvreté, à une grande partie de la population, alors que ceux qui font les calculs ignorent comment on vit avec un RSA, où avec une petite retraite, alors qu’il y a des années de travail et de cotisations pour une somme au final souvent insuffisante pour vivre, obligeant à des sacrifices permanents. Il y a certainement des économies à faire, sur le train de vie de l’état, en taxant les gros capitaux. Ce qui évidemment n’est pas fait, bien au contraire avec les cadeaux fiscaux aux plus aisés, censés relancer la croâssance. On attend toujours. Pourtant, les dividendes distribués n’ont jamais été aussi important en France pour les grosses entreprises. Il y a comme un défaut quelque part.. Vous n’avez pas de gros moyens, comment faites vous ? Partagez ! Volti

********

Source La Tribune article enrichit de vidéos par Aphadolie

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd’hui, c’est la claque du pouvoir d’achat.

La claque était attendue, pas sa violence. Au 1er trimestre, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut ajusté par unité de consommation, c’est-à-dire ce dont les ménages disposent réellement pour consommer plus et investir a chuté de 0,5%. C’est son premier recul depuis le deuxième trimestre 2015 et il faut remonter à fin 2012 pour voir une baisse encore plus prononcée, c’était le début du mandat Hollande, marqué par un véritable choc fiscal.

Des charges alourdies

Et, bis repetita c’est l’alourdissement de la barque fiscale qui a fait chavirer le revenu des Français début 2018 : l’augmentation de la CSG, n’a été que partiellement compensée, au niveau global, par la baisse des cotisations sociales. Pour schématiser, en début d’année les retraités ont perdu avec la CSG sans pouvoir se récupérer sur la baisse des cotisations et les actifs ont perdu presque autant avec la hausse de la CSG qu’ils n’ont gagné avec la baisse des cotisations. Le bilan de tous ces mouvements c’est une ponction supplémentaire de 2,5% sur les revenus, soit l’équivalent de 2,5 milliards d’euros.

Par foyer, la facture s’élève à 85 euros. Cette accélération des prélèvements fait d’autant plus mal, qu’elle fait suite à un second semestre 2017 déjà en forte progression. Si bien que depuis la prise de fonction dEmmanuel Macron, les charges en direction des ménages ont gonflé de 4,5 milliards d’euros et le poids des prélèvements fiscaux et sociaux atteint 22,3% des ressources des Français, record historique.

Le retour de l’inflation

À cet alourdissement des charges s’est ajouté le retour de l’inflation. Une histoire de circonstance en partie. La faute à pas de chance, avec un cours du brut qui s’est élevé en début d’année à son plus haut niveau depuis le 1er trimestre 2017, en hausse de 4%.

…/….

Lire la suite

 Source La Tribune via Aphadolie

Sources complémentaires :

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/pouvoir-d-achat-c-est-la-claque-787112.html

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/passee-fortune-de-macron-depenserait-smic-jour-reprise/

http://www.liberation.fr/france/2018/08/19/prelevement-a-la-source-et-pouvoir-d-achat-ne-font-pas-bon-menage_1673460



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut