Aller à…
RSS Feed

20 septembre 2020

Un clou chasse l’autre, mais Claire O’Petit et Aurore Bergé restent



Combien de rédacteurs en chef, en détresse devant la pénurie d’incendies qui assurent habituellement les ventes et gonflent l’audimat estival, ont imploré Dieu de faire un geste charitable, ce à quoi il a consenti par une pichenette divine sur un viaduc italien.

Leur été ainsi sauvés, nos médias nous ont sorti le grand jeu des photos sous tous les angles, des rescapés, des témoins. Et voici les politiciens indignés et les experts qui avouent ne pas pouvoir donner un avis à distance sans avoir enquêté, ce qui ne les empêche pas de se prêter à des débats avec d’autres experts qui n’ont pas bougé de Paris.

Quand le « marronnier » du poids des cartables (ou celui du coût de la rentrée) viendra, on oubliera la catastrophe de Gênes qui risquait d’inciter les Français à discutailler sur l’entretien de nos voies de communication et sur le projet de privatiser nos barrages.

En septembre, les « « éléments de langage » de LREM auront été rédigés, Claire O’Petit et Aurore Bergé (photos) les auront (presque) compris, BFM-TV aura déniché les Saint-Jean Bouche d’Or qui sauront nous convaincre que l’argent empoché par les actionnaires ne fait pas défaut à la surveillance des constructions et à leur entretien.

Théophraste R. (Auteur du manuel médical : « Les risques du triple-pontage dans un hôpital délabré »).





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut