Aller à…
RSS Feed

2 octobre 2020

Gaza n’est pas un pays et Israël ne protège donc pas ses frontières



Gaza est une enclave habitée par des Palestiniens, dont la plupart sont des réfugiés. Gaza n’a pas de souveraineté, elle est plutôt sous occupation. En tant que tel, alors que les médias occidentaux aiment présenter cela comme une guerre, ce n’est pas le cas. En vertu du droit international et des conventions internationales, la puissance occupante a d’abord la responsabilité des citoyens sous son contrôle, ce qu’Israël a complètement négligé. Deuxièmement, en droit international, les personnes sous occupation ont le droit de résister par tous les moyens à leur disposition.

Le récit de contrôle du cadre à deux États de la période post-Oslo engendre un contexte politique à confusion délibérée pour les Palestiniens. Alors que l’ Accord sur la bande de Gaza et la région de Jéricho de 1994 explique qu’il y aura un désengagement des territoires palestiniens, il décrit simultanément toutes les façons dont Israël maintiendra le contrôle et, en tant que tel, la souveraineté sur ces territoires.

Des acteurs extérieurs prétendent que la Palestine est un État et utilisent des expressions telles que le Hamas, qu’ils “dirigent Gaza” (cité dans l’article de la BBC susmentionné). Le Hamas ne dirige pas Gaza. Il reçoit ses salaires de l’Autorité palestinienne à Ramallah qui retient ces salaires pour leurs propres besoins et pour lesquels il ya eu des manifestations récentes en Cisjordanie. Le Hamas a peu de contrôle sur l’économie de Gaza; ils utilisent la monnaie israélienne, le shekel , et n’ont aucun contrôle sur leur propre commerce international. Avant la deuxième Intifada, de nombreux ouvriers, et encore aujourd’hui de nombreux travailleurs, ont recours à des ouvriers pour travailler et compléter leurs revenus. Et le Hamas n’a certainement pas de contrôle sur les frontières de Gaza, car il n’ya pas de frontières d’État dans un sens juridique, physique ou économique. Ce ne sont pas des frontières militairement non plus.

Ainsi, quand Israël dit qu’il défend ses frontières, cette langue légitime ses actions aux yeux des médias et des gouvernements occidentaux. Il légitime une sorte de guerre qui a du sens pour les téléspectateurs européens, américains et israéliens. Le cadrage des frontières suggère qu’il s’agit d’une guerre et qu’Israël peut donc prétendre qu’il attaque des cibles militaires dans la bande de Gaza. Israël peut prétendre défendre ses frontières. Ces frontières appartiennent à Israël; elle gère leurs activités quotidiennes, tant militairement que par le biais de son bureau administratif civil, le COGAT. C’est l’occupation et la gestion d’Israël à Gaza qui ont amené ses habitants palestiniens à manifester.

L’article de la BBC contient beaucoup de termes qui maintiennent cette erreur: “Israël dit qu’il n’a ouvert le feu qu’en légitime défense ou sur des personnes qui tentent de s’infiltrer sur son territoire sous le couvert des manifestations”.

Israël ne peut pas prétendre à une infiltration, car il occupe Gaza. Les citoyens de Gaza sont sous le contrôle total de l’occupation israélienne et de l’administration israélienne de cette occupation. Il ne peut prétendre à la légitime défense. Alors que les médias israéliens et occidentaux veulent affirmer que le Hamas contrôle les attaques depuis Gaza, le Hamas est sous occupation, tout comme le reste des Palestiniens qui résident à Gaza. Les membres du Hamas ne sont pas autorisés à quitter Gaza sans la permission d’Israël et ils n’ont pas de contrôle souverain sur le territoire de Gaza.

La fin de l’article de la BBC cite le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman: «Si le Hamas continue de tirer des roquettes, Israël répondra de manière beaucoup plus dure qu’ils ne le pensent».

La BBC répète une déclaration qui pourrait prédire le massacre d’un peuple qui se voit refuser la citoyenneté et les droits d’appartenance à un État et qui est pourtant visé et tué comme s’il appartenait à un pays en guerre avec un autre. La langue israélienne, qui est acceptée par les médias, maintient ce statut illusoire, ce qui lui permet de poursuivre son attaque contre les Palestiniens sous prétexte délibérément faux de défendre les frontières. Il n’y a pas de frontières dans les territoires occupés.



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut